Plusieurs sites Web gouvernementaux hors ligne après l’arrestation de Julian Assange

Après l’arrestation cette semaine du co-fondateur de Wikileaks, Julian Assange, le groupe hacktiviste Anonymous a publié une vidéo demandant que ses ravisseurs soient tenus responsables.

sites-gouvernements-wikileaks-anonymous

La vidéo montrait la figure classique d’Anonymous portant un masque de Guy Fawkes et parlant avec une voix déformée.

“De nombreuses forces puissantes du monde entier ont travaillé pour rendre cela possible. Des personnalités influentes représentant les gouvernements du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Équateur ont toutes approuvé cette attaque sans précédent contre le journalisme. Ces intérêts ont agi contre le peuple sans crainte parce qu’ils croient que leur position de pouvoir leur assurera une protection contre les conséquences karmiques de la réalité”, dit le message.

Le gouvernement des États-Unis a demandé l’extradition d’Assange, mais des gens du monde entier ont exhorté le gouvernement du Royaume-Uni à ne pas relâcher le journaliste aux mains des autorités américaines. Une pétition pour empêcher l’extradition d’Assange a déjà recueilli plus de 67 000 signatures.

Il y a eu des actes de cyberguerre à la suite des menaces d’Anonymous, mais les pirates responsables ne prétendent pas être associés au collectif hacktiviste.

Jacob Riggs, expert d’InfoSec, a été le premier à signaler que plusieurs sites Web équatoriens ont été attaqués et mis hors ligne après l’arrestation d’Assange, notamment le site Web officiel de l’Équateur, la Banque centrale de l’Équateur, le Ministère de l’intérieur et l’Assemblée équatorienne au Royaume-Uni.

Un groupe de pirates informatiques opérant sous le nom “AL1NE3737” s’est attribué le mérite de ces attaques. Le groupe a ensuite publié une base de données contenant les noms complets et les mots de passe de ce qui semble être 728 employés du gouvernement équatorien.

Les sites de l’Équateur ont également été frappés par des attaques par déni de service (DoS). Selon DefCon Lab :

Parmi les personnes impliquées dans ces attaques se distinguent les groupes / hackers : DeathLaw, 5UB5, Cyb3r C0nven Security et Al1ne (“Pryzraky”).

Les actions du DoS ont toujours été contre les objectifs du gouvernement équatorien, le pays qui a donné Julian Assange à la police britannique. – DefCon Lab

Le hacker Al1ne (Pryzraky) a saboté des pages et publié une liste de cibles vulnérables liées au gouvernement équatorien.

Agrocalidad – L’Agence de régulation et de contrôle Fito et Zoosanitario : http://www.agrocalidad.gob.ec/

Metropolitan Transit Agency : http://www.amt.gob.ec/

Instituto Geográfico Militar – Équateur : http://www.igm.gob.ec/

sites-gouvernements-wikileaks-anonymous

Peu après l’annonce de ces piratages, Tech Crunch a signalé que le FBI avait également été touché.

Des pirates informatiques auraient piraté trois sites associés au FBI et publié des données personnelles sur des milliers d’agents différents.

L’un des pirates a fait une déclaration à Tech Crunch, dans laquelle il affirmait avoir piraté plus de 1 000 sites.

“Nous avons piraté plus de 1 000 sites. Nous sommes en train de structurer toutes les données, et elles seront bientôt vendues. Je pense que quelque chose d’autre sera publié à partir de la liste des sites gouvernementaux piratés”, a déclaré le pirate.

Cependant, le pirate n’a pas indiqué s’ils étaient associés à Anonymous ou si leur attaque était en représailles à l’arrestation d’Assange, il est donc possible que le moment des piratages du FBI soit simplement une coïncidence.

Lire aussi : «Libérez Assange ou vous allez le payer !» La menace du groupe de hackers Anonymous

Source : TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *