Un adolescent vacciné de son propre chef blâme Facebook pour la décision de sa mère

Un jeune homme de 18 ans de l’Ohio, qui s’est fait vacciner contre la volonté de sa mère en décembre, dit qu’il attribue l’idéologie anti-vaccin de sa mère à une seule source : Facebook.

Ethan Lindenberger, un lycéen, a témoigné mardi devant le Comité sénatorial de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions, et a souligné l’importance d’une information “crédible”.

En revanche, les croyances fausses et profondément enracinées de sa mère, à savoir que les vaccins étaient dangereux, ont été perpétuées par les médias sociaux, a-t-il dit. Plus précisément, dit-il, elle s’est tournée vers des groupes anti-vaccins sur les médias sociaux pour obtenir des preuves à l’appui de son point de vue.

Dans une entrevue accordée mardi au Washington Post, M. Lindenberger a déclaré que Facebook, ou les sites Web qui étaient reliés à Facebook, est vraiment la seule source sur laquelle sa mère s’est jamais appuyée pour obtenir des renseignements anti-vaccins.

Le plus important, a dit M. Lindenberger, c’est l’impact que les communautés anti-vax de Facebook ont eu sur sa famille.

“J’ai l’impression que si ma mère n’avait pas interagi avec cette information et qu’elle n’avait pas été influencée par ces arguments et ces histoires, cela aurait pu tout changer”, dit-il. “Toute ma famille aurait pu être vaccinée.”

M. Lindenberger a dit qu’il croyait que ses frères et sœurs plus âgés, qui étaient antérieurs à Facebook, avaient été vaccinés. Il a dit que ses frères et sœurs plus jeunes ne l’ont pas été.

Les Centers for Disease Control and Prevention déclarent explicitement qu’il n’y a pas de lien entre les vaccins et l’autisme, et avertissent également des informations incorrectes qui sont facilement diffusées et mises en ligne.

Jill Wheeler, la mère de Lindenberger, a déclaré à l’Associated Press : “Je n’étais pas d’accord avec ce qu’il disait. Ils ont fait de lui l’enfant modèle de l’industrie pharmaceutique.”

Wheeler n’était pas disponible pour faire des commentaires avant la publication de cet article.

Le Washington Post a déjà fait état de la façon dont Facebook a servi de refuge aux parents qui rejettent les faits sur l’immunisation.

Les législateurs et les professionnels de la santé ont fait pression sur la plateforme pour qu’elle diffuse des informations erronées sur les vaccins, en particulier des publicités ciblées et du matériel anti-vaccination destiné aux femmes des régions où le nombre de cas de rougeole est élevé.

“Nous avons pris des mesures pour réduire la diffusion de la désinformation en matière de santé sur Facebook, mais nous savons qu’il nous reste encore beaucoup à faire”, a déclaré Facebook dans une déclaration au Post le mois dernier.

La plateforme a indiqué qu’elle envisageait de réduire l’apparition de résultat anti-vaccin dans les résultats de recherche et les “groupes auxquels vous devriez adhérer”.

Facebook a été évoqué à plusieurs reprises dans le témoignage de Lindenberger devant le Congrès mardi.

“Est-ce que votre mère obtient la plupart de ses informations en ligne ?” demanda le sénateur Johnny Isakson.

“Oui… Principalement Facebook”, répondit Lindenberger.

“Et où obtenez-vous la plupart de vos informations ?” demanda Isakson.

“Pas de Facebook”, dit Lindenberger en riant. “Des CDC, de l’Organisation mondiale de la santé, des revues scientifiques et aussi des informations citées par ces organisations… Des sources accréditées.”

Il a témoigné que sa mère avait exprimé ses opinions anti-vaccination tout au long de sa vie et qu’avec le temps, il avait commencé à remarquer que les avantages des vaccins l’emportaient sur les risques perçus.

Cela est devenu évident lorsque sa mère partageait des vidéos et que les gens contestaient ses affirmations dans les réponses.

“C’était vraiment frustrant pour moi”, a dit Lindenberger au Post. “Je savais que si je continuais à me disputer et à défendre ma position, même si elle était correcte, je n’irais nulle part.”

Dans son témoignage, il a dit qu’il s’était adressé à sa mère à plusieurs reprises pour tenter de la faire changer d’avis. Dans un cas, il a cité le CDC. Sa mère lui a répondu : “C’est ce qu’ils veulent que tu penses.”

Lors des disputes avec sa mère, Lindenberger a déclaré qu’elle ferait des affirmations répétées et qu’elle se fierait à l’information de Facebook qui n’avait aucune véritable attribution ou soutien. Certains des faits sont des théories du complot, y compris une allégation selon laquelle les CDC sont financés par les grandes sociétés pharmaceutiques, qui paient l’agence pour pousser les vaccins.

“Elle ne faisait confiance à aucune source”, a-t-il dit au Post. “Elle pensait que les vaccins étaient une conspiration du gouvernement pour tuer des enfants.”

M. Lindenberger a dit que sa mère n’est pas un cas unique et que beaucoup sont influencés par des informations faussement présentées sur Facebook comme étant exactes. Ces données sans fondement sont souvent complétées par des graphiques et des tableaux qui donnent l’impression que les allégations sont factuelles.

La reprise des discussions sur les vaccins s’inscrit dans un contexte de résurgence de la rougeole – qui a été éliminée aux États-Unis en 2000 – sous l’impulsion d’un nombre croissant de personnes qui voyagent à l’étranger et ramènent la maladie, d’après les CDC. La propagation de la rougeole est exacerbée par ce que le CDC décrit comme “des communautés américaines avec des poches de personnes non vaccinées”.

Une récente épidémie de rougeole dans l’État de Washington, l’une des six épidémies en cours aux États-Unis, a touché 71 personnes, selon le ministère de la Santé de l’État.

L’épicentre de cette éclosion se trouve dans le comté de Clark, une région près de Portland, en Oregon, que les fonctionnaires ont surnommée un “point chaud” anti-vaccination en raison du taux élevé d’exemption non médicale des vaccins requis.

Il y a eu 206 cas confirmés de rougeole signalés aux États-Unis, répartis dans 11 États, selon les CDC.

M. Lindenberger a déclaré que Facebook doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la désinformation concernant les vaccins, en particulier pour permettre qu’ils soient partagés d’une manière qui “semble légitime”.

“Les gens peuvent l’ignorer, mais c’est un énorme problème”, a-t-il dit au Post. Il a ajouté qu’il faut plus de clarté sur l’approvisionnement, en séparant les faussetés des “vraies revues scientifiques”.

Lire aussi : Une étude effectuée durant une décennie sur plus de 650’000 enfants, n’a toujours pas montré de lien entre le vaccin ROR et l’autisme

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *