Une étude effectuée durant une décennie sur plus de 650’000 enfants, n’a toujours pas montré de lien entre le vaccin ROR et l’autisme


Une étude a été menée sur 657’461 enfants nés entre 1999 et 2010. Parmi eux, il y a eu 6517 diagnostics de troubles du spectre de l’autisme (TSA). Au total, dans le cadre de cette étude, c’est plus d’un demi-million d’années de vie humaine. Et pourtant, il n’y a toujours aucun signe de lien entre le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (vaccin ROR) et l’autisme.

Il s’agit donc de l’une des plus grandes études menées à ce jour sur les allégations selon lesquelles les vaccins pourraient être responsables du développement des TSA. Mais cette étude en valait-elle la peine ? Cela fait maintenant plus de 20 ans que le chercheur britannique discrédité Andrew Wakefield, a déclenché une véritable hystérie mondiale en affirmant qu’une immunisation commune était en quelque sorte responsable du ralentissement du développement neurologique chez les jeunes enfants.

Dès ce moment-là, les études réalisées ont toujours échoué à soutenir ces allégations. De très nombreux scientifiques à travers le monde estiment que l’étude de Wakefield devrait également être discréditée depuis longtemps. Pourtant, nous voilà en 2019 avec une autre étude épidémiologique monumentale effectuée sur une dizaine d’années.

En prenant en compte les facteurs de risque connus de l’autisme et en les modélisant en relation avec le statut de vaccin ROR de plus d’un demi-million de sujets, une équipe de chercheurs du Statens Serum Institut pourrait exclure même les plus petites chances que le vaccin déclenche le développement de TSA.

Les troubles du spectre de l’autisme sont complexes. Un diagnostic est associé à de nombreuses caractéristiques et à des sévérités diverses, qui en font moins un trouble et plus un spectre de comportements.

Les TSA peuvent, ou non, être à la hausse, selon votre interprétation des statistiques comme une indication de l’évolution des tendances en matière de diagnostic, ou un signe de quelque chose de plus profond. Une partie du problème est que nous commençons seulement à comprendre combien de facteurs peuvent être à l’œuvre.

Il existe clairement une variété de gènes qui font une différence, dont beaucoup peuvent être hérités. Des facteurs environnementaux, tels que la pollution atmosphérique, semblent également pousser la biochimie en développement vers le spectre de l’autisme. Malgré le retrait des travaux de Wakefield de la revue dans laquelle ils ont été publiés, les chercheurs ont tout de même continué à s’interroger sur la possibilité de plus en plus éloignée que les vaccins puissent encore jouer un rôle dans le développement de ces troubles.

Ce n’est pas comme s’il y avait un doute persistant au sein de la communauté médicale. Toutefois, tandis que les taux de vaccination diminuent dans de nombreuses régions du monde et que des groupes anti-vaccination promeuvent des informations erronées sur les plateformes médiatiques, la science soutenant la sécurité relative des vaccins reste primordiale.

« Les médias sociaux continuent à être une plate-forme pour propager cela, et d’autres fausses informations sur les vaccins, suscitant des inquiétudes chez les parents », a déclaré Kristine Macartney, directrice du Centre national australien de recherche et de surveillance de la vaccination.

Est-ce que mener d’autres études scientifiques sur le sujet du lien entre le vaccin ROR et l’autisme est vraiment utile ? Macartney n’a pas participé aux recherches initiales, mais pense que malgré ses mérites, les futures études comme celle-ci ont un coût : « À l’avenir, continuer à évaluer le mythe du lien ROR-autisme, alors qu’il a déjà été complètement démystifié, se fera au détriment d’autres recherches scientifiques importantes pour mieux comprendre et prévenir l’autisme », explique-t-elle.

Hannah Kirk, de l’Institut Monash des neurosciences cliniques et cognitives, est d’accord avec Macartney. « Bien qu’il soit fantastique de voir une autre étude de grande qualité réfuter le mythe d’un lien entre l’autisme et le vaccin ROR, il est décevant que des efforts de recherche substantiels, du temps et des fonds continuent d’être consacrés à réfuter quelque chose que nous savons déjà inexact ; plutôt que d’enquêter sur des causes plus précises de l’autisme », a déclaré Kirk.

En effet, à l’heure actuelle, il serait judicieux de pouvoir en apprendre davantage sur la neurologie du spectre autistique, mais il reste encore beaucoup à faire pour savoir comment mieux communiquer et changer l’opinion publique en matière de vaccination.

Malheureusement, sur la base de ce que nous savons, des études plus grandes et de meilleure qualité ne vont pas convaincre les parents hésitants de vacciner leurs enfants avec le vaccin ROR.

« Peut-être qu’il est temps d’arrêter enfin la fausse information selon laquelle le (vaccin) ROR est à l’origine de l’autisme et de poursuivre l’objectif important d’éradiquer définitivement ces maladies pouvant être mortelles », a déclaré Katie Flanagan, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Tasmanie. À savoir qu’en 2017, environ 110’000 personnes à travers le monde sont décédées suites à des épidémies de rougeole dans des zones insuffisamment protégées par la vaccination.

Sources : Trust My ScienceAnnals of Internal Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *