Les présidents et politiciens ayant révélé au monde qui prend vraiment les décisions

présidents et politiciens

C’est pourquoi l’“État profond” est loin d’être une “théorie du complot”.

À la fin de la journée, NOUS (l’humanité) prenons les décisions finales quant à la direction que nous voulons prendre pour notre planète. Au moment que nous choisissons, nous pouvons changer l’expérience humaine à tout moment.

“La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme invisible de la société constituent un gouvernement invisible qui est la véritable puissance dirigeante de notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont façonnés, nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n’avons jamais entendu parler.” – Edward Bernays (“le père des relations publiques”), Propaganda, 1928 (à noter que le livre de Bernays, Propaganda, commence par la citation ci-dessus).

Si vous aviez dit à quelqu’un il y a 10 ans qu’il existait une sorte de groupe secret ou de “gouvernement secret” tirant les ficelles derrière les coulisses de la politique gouvernementale, du droit international, de diverses règles/réglementations mondiales, et plus encore, ils vous auraient traité de “théoricien du complot”. Aujourd’hui, les choses ont changé, en grande partie à la suite de fuites d’information par Edward Snowden, Julian Assange et divers autres dénonciateurs et activistes au cours des dernières années. Leur bravoure a fait la lumière sur le monde du secret qui aveugle les masses depuis sa création.

Je l’ai déjà dit, et je le répète, saviez-vous que le gouvernement américain classe plus de 500 millions de pages de documents chaque année ? Saviez-vous que les États-Unis ont une histoire d’organismes gouvernementaux qui existent en secret ? Par exemple, la National Security Agency (NSA) a été fondée en 1952, mais son existence a été cachée jusqu’au milieu des années 1960. Le National Reconnaissance Office (NRO), fondé en 1960, est encore plus secret, mais il est resté complètement dans l’ombre pendant 30 ans. Ensuite, nous avons tout le monde du budget noir, un monde dominé par le secret qui a été officiellement révélé par Edward Snowden il y a quelques années. Il s’agit de ce que l’on appelle les “programmes d’accès spécial”.

Il ne s’agit pas seulement de déclarations que ces personnes “de haut niveau” font. Ce sont toutes les preuves qui vont avec.

Le ministre de la Défense du Canada Paul Hellyer

L’ancien ministre de la Défense nationale, Paul Hellyer, est l’un des politiciens les plus connus et les plus controversés du Canada. Il a été élu pour la première fois en 1949 et a été le plus jeune ministre nommé au gouvernement de Louis S. St-Laurent huit ans plus tard. Il a occupé des postes supérieurs dans les gouvernements de Lester B. Pearson et Pierre E. Trudeau. Il a obtenu le grade de maître principal (vice-premier ministre) et est devenu ministre de la Défense du Canada. Il est surtout connu pour l’unification des Forces armées canadiennes et en septembre 2005, il est devenu la première personne de rang ministériel dans le groupe de pays du G8 à affirmer sans équivoque que “les ovnis sont aussi réels que les avions qui volent”.

Voici ce qu’il avait à dire sur le monde du secret :

Il est ironique que les États-Unis commencent une guerre dévastatrice, prétendument à la recherche d’armes de destruction massive, alors que les développements les plus inquiétants dans ce domaine se produisent dans votre propre cour. Il est ironique que les États-Unis se livrent à des guerres monstrueuses en Irak et en Afghanistan, prétendument pour apporter la démocratie à ces pays, alors qu’ils ne peuvent plus prétendre être qualifiés de démocratie, alors que des milliers de milliards de dollars ont été dépensés pour des projets pour lesquels le Congrès et le commandant en chef ont été délibérément tenus dans l’ignorance. (source)

Le 28e président des États-Unis Woodrow Wilson

Woodrow Wilson, universitaire américain, homme politique et 28e président des États-Unis, avait ceci à dire (entre autres choses) dans son livre The New Freedom. Le livre contient également plusieurs autres déclarations tout aussi révélatrices :

Depuis mon entrée en politique, les opinions des hommes m’ont été confiées en privé. Certains des plus grands hommes aux États-Unis, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelqu’un, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si discret, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu’il vaut mieux ne pas en parler publiquement. (source)

Le 35e président des États-Unis John F. Kennedy

Voici ce que JFK avait à dire dans l’un de ses discours les plus célèbres :

Le mot même “secret” est répugnant dans une société libre et ouverte ; et nous sommes, en tant que peuple, intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers d’une dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents l’emportent de loin sur les dangers qui sont cités pour le justifier. Même aujourd’hui, il est peu utile de s’opposer à la menace d’une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il est peu utile d’assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il existe un très grave danger qu’un besoin annoncé d’une sécurité accrue soit saisi par ceux qui veulent étendre son sens jusqu’aux limites mêmes de la censure et de la dissimulation officielles. Je n’ai pas l’intention de le permettre dans la mesure où il est sous mon contrôle. Car nous sommes opposés dans le monde entier par une conspiration monolithique et impitoyable qui s’appuie principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence ; sur l’infiltration au lieu de l’invasion, sur la subversion au lieu des élections, sur l’intimidation au lieu du libre choix, sur la guérilla la nuit au lieu des armées le jour. C’est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine très soudée et très efficace qui combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques. Ses préparations sont cachées, non publiées. Ses erreurs sont enterrées, elles ne sont pas en tête d’affiche. Ses dissidents sont réduits au silence et discrédités. Aucune dépense n’est remise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. (source)

John C. Calhoun, 7e vice-président des États-Unis

John C. Calhoun a été le 7e vice-président des États-Unis, de 1825 à 1832. Il a également été un théoricien politique pendant la première moitié du XIXe siècle.

Voilà ce qu’il avait à dire :

Un pouvoir s’est levé dans le gouvernement plus grand que le peuple lui-même, composé d’intérêts multiples, divers et puissants, réunis en une seule masse, et maintenus ensemble par le pouvoir cohésif du vaste surplus des banques. (source)

John F. Hylan, maire de la ville de New York

John F. Hylan a été maire de New York de 1918 à 1925. Il a été célèbre pour avoir dit :

La vraie menace de notre République est le gouvernement invisible, qui s’étend comme une pieuvre géante sur nos villes, états et nations… La petite coterie de puissants banquiers internationaux dirige virtuellement le gouvernement des États-Unis à leurs propres fins égoïstes. Ils contrôlent pratiquement les deux partis…. [et] contrôlent la majorité des journaux et des magazines de ce pays. Ils utilisent les colonnes de ces journaux pour se soumettre ou chasser des fonctionnaires qui refusent d’obéir aux ordres des puissantes cliques corrompues qui composent le gouvernement invisible. Il fonctionne sous le couvert d’un écran [et] s’empare de nos exécutifs, des organes législatifs, des écoles, des tribunaux, des journaux et de toutes les agences créées pour la protection du public. (source)(source)

Le sénateur William Jenner

Un sénateur américain qui a dit cela au Congrès en 1954 :

Aujourd’hui, la voie vers la dictature totale aux États-Unis peut être tracée par des moyens strictement légaux… Nous avons un groupe d’action politique bien organisé dans ce pays, déterminé à détruire notre Constitution et à établir un État à parti unique… Il opère secrètement, silencieusement, continuellement pour transformer notre gouvernement… Cette élite impitoyable à la recherche du pouvoir est une maladie de notre siècle… Ce groupe… n’est responsable ni devant le président, ni devant le Congrès, ni devant les tribunaux. Il est pratiquement inamovible. (source)

Le sénateur Daniel K. Inouye

Inouye a été le politicien asiatico-américain le plus haut placé dans l’histoire des États-Unis, au service du parti démocratique de 1963 jusqu’à sa mort en 2012.

Il existe un gouvernement fantôme avec sa propre Force aérienne, sa propre Marine, son propre mécanisme de collecte de fonds et la capacité de poursuivre ses propres idées sur l’intérêt national, libre de tout contrôle et contrepoids et libre de la loi elle-même. (source)

Le 34e président des États-Unis et général 5 étoiles, Dwight Eisenhower

Dans son discours d’adieu à la nation, le président Eisenhower a fait preuve de prudence :

Dans les conseils de gouvernement, nous devons nous garder de l’acquisition d’une influence injustifiée, qu’elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. La possibilité d’une montée désastreuse du pouvoir mal placé existe et persistera. Seul un citoyen alerte et bien informé peut contraindre les énormes machines industrielles et militaires de la défense à s’aligner sur notre message et nos objectifs pacifiques. (source)

Ce discours est pertinent à partager ici, car la montée désastreuse du pouvoir mal placé au sein du complexe militaro-industriel s’est effectivement produite…

Benjamin Disraeli, premier député britannique

Le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qu’imaginent ceux qui ne sont pas dans les coulisses. (Coningsby, Livre 4, Chap. 15.) – Page 131

Le 26e président des États-Unis Theodore Roosevelt

Le président Roosevelt a révélé cette information :

“Les partis politiques existent pour assurer un gouvernement responsable et pour exécuter la volonté du peuple. De ces grands états-majors, les deux anciens partis se sont mis à l’écart. Au lieu d’instruments pour promouvoir le bien-être général, ils sont devenus les outils d’intérêts corrompus pour servir leurs buts égoïstes. Derrière le gouvernement ostensible se trouve un gouvernement invisible qui n’a aucune allégeance et ne reconnaît aucune responsabilité envers le peuple. Détruire ce gouvernement invisible, salir l’alliance impie entre les affaires corrompues et la politique corrompue est la première tâche de l’homme d’État de l’époque. Libéré de la tradition, non corrompu par le pouvoir, non déstabilisé par l’ampleur de la tâche, le nouveau parti s’offre comme instrument du peuple, pour balayer les anciens abus, pour construire un gouvernement nouveau et plus noble.” (source)

La liste des citations est très longue et pourrait remplir un certain nombre de pages, alors je vais m’arrêter là.

Source : Collective Evolution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *