Le code du Copiale : Les secrets du mystérieux manuscrit chiffré

code du Copiale

Déchiffré depuis plus de 260 ans, le code du Copiale a déconcerté les experts qui tentent de percer les secrets derrière ce manuscrit déroutant.

Le manuscrit du XVIIIe siècle, crypté, de 105 pages, contient des symboles abstraits particuliers mélangés à des lettres romaines et grecques. Les scientifiques ont lutté pour déchiffrer les 75 000 caractères trouvés dans le code du Copiale et ses secrets ont finalement été révélés.

code du Copiale

Le code du Copiale pages 16-17. Crédit : Kevin Knight, Beáta Megyesi, Christiane Schaefer, Domaine public

À l’aide de programmes informatiques sophistiqués, nous savons aujourd’hui que le code du Copiale a été créé par une société secrète basée en Allemagne.

En travaillant ensemble, des chercheurs des États-Unis et de Suède ont découvert que le cryptogramme, écrit sur du papier de brocart doré et vert, contient des rituels et des tendances politiques d’une société secrète connue sous le nom d’“Ordre des Oculistes” de Wolfenbüttel.

On estime que le code du Copiale date de 1760 à 1780. Ce document inhabituel a été découvert à l’Académie de Berlin-Est après la guerre froide et fait maintenant partie d’une collection privée.

Les chercheurs qui l’ont déchiffré ont appris que les membres de l’Ordre des Oculistes qui utilisaient le manuscrit n’étaient pas médecins, mais qu’ils étaient fascinés par la chirurgie oculaire et l’ophtalmologie.

Lorsque les scientifiques ont étudié le document, ils ont observé comment les premiers mots significatifs de l’allemand sont apparus : “Cérémonies d’initiation”, suivies de “Section secrète”.

Le cryptogramme Copiale manuscrit contient une cérémonie d’initiation oculiste détaillée et des instructions sur la façon de mener des rituels qui mettent l’accent sur le but de l’œil. L’œil de la Providence est un symbole puissant qui a été utilisé pendant des centaines d’années, et il était d’une importance particulière pour diverses sociétés secrètes.

Bien que cela n’ait pas été confirmé, il semble que le propriétaire du code du Copiale était quelqu’un nommé “Philipp 1866”. Ce nom est visible sur la page de garde. Le manuscrit ne contient pas de texte en clair sauf le mot “Copiales 3”.

C’est incertain, mais il semble que cette piste mène au comte Friedrich August von Veltheim qui a fondé l’Ordre des Oculistes en 1742. L’Ordre oculiste était une société secrète qui appelait ses membres “les plus éclairés”. Selon les membres, l’objectif était de créer une communauté pacifique qui coexistait et travaillait ensemble avec toutes les nations, races et religions de la Terre. Les historiens ont déterminé que les membres de l’Ordre oculiste étaient des francs-maçons qui avaient établi la société pour transmettre les rites maçonniques.

Le code du Copiale pages 16-17. Crédit : Kevin Knight, Beáta Megyesi, Christiane Schaefer, Domaine public

Le pape Clément XII (1652-1740) qui a condamné la franc-maçonnerie a interdit la société secrète de l’Ordre des Oculistes.

Les chercheurs auraient pu déchiffrer le code plus tôt, mais ils se sont trop concentrés sur les caractères romains et grecs. Il s’est avéré que les caractères romains étaient des “faux” destinés à induire le lecteur en erreur. Les symboles abstraits contenaient le message secret.

L’utilisation des chiffres remonte loin dans le temps. Les gens ont toujours voulu communiquer en toute sécurité. Certains chiffres ont trompé nos ordinateurs modernes, mais beaucoup ont été déchiffrés.

Parfois, il n’est pas nécessaire que les chiffres soient compliqués pour être efficaces. Le dictateur de la Rome antique et général Jules César a transformé la République romaine en un puissant empire romain, mais il avait beaucoup d’ennemis.

Lorsqu’il envoyait des messages à ses généraux, il utilisait un code simple, mais difficile à déchiffrer. Le code de César a été longtemps impossible à briser, mais un jour il a aussi été décrypté.

Lire aussi : Le Codex Seraphinianus, un livre mystérieux et toujours indéchiffré aujourd’hui

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *