Ces experts pensent qu’il n’y a qu’un seul type d’énergie qui peut vraiment sauver notre planète

Le monde doit repenser son plan de lutte contre le changement climatique.

C’est l’affirmation du politologue Joshua S. Goldstein et de l’ingénieur en énergie Staffan A. Qvist. Vendredi, le Wall Street Journal a publié un essai dans lequel le duo affirme que nous ne pouvons pas nous attaquer au problème climatique mondial aussi rapidement que nécessaire en utilisant uniquement des énergies renouvelables comme le solaire et le vent.

Nous avons un moyen viable d’éviter une catastrophe climatique, bien que, selon ces experts, il se concentre sur beaucoup plus d’énergie nucléaire.

Même si tous les pays mettaient en œuvre les énergies renouvelables au même rythme que l’Allemagne, nous n’atteindrions qu’environ un cinquième de l’objectif mondial d’électricité propre.

À ce rythme, il faudrait 150 ans pour décarboniser complètement la planète, selon Goldstein et Qvist – mais de nombreux climatologues estiment qu’il ne nous reste qu’environ trois décennies avant d’atteindre un point de bascule climatique.

Et même si nous pouvions mettre en œuvre l’éolien et le solaire à un rythme plus rapide, ce sont deux sources d’énergie incohérentes qui nécessitent de grands segments de terrain.

“Ce dont le monde a besoin, c’est d’une source d’électricité sans carbone qui puisse être montée en puissance très rapidement et fournir de l’électricité de façon fiable 24 heures sur 24, quelles que soient les conditions météorologiques, sans augmenter la superficie totale consacrée à la production d’électricité”, ont écrit Goldstein et Qvist.

“L’énergie nucléaire répond à toutes ces exigences.”

Selon Goldstein et Qvist, des craintes erronées au sujet de l’énergie nucléaire ont empêché sa croissance. Quand les gens pensent à l’énergie nucléaire, ils pensent à la catastrophe de Tchernobyl et aux déchets radioactifs.

Mais le nombre de personnes décédées à la suite de la catastrophe de Tchernobyl – qui, selon les experts, était le seul accident nucléaire mortel en 60 ans – est faible par rapport au nombre de personnes décédées à la suite d’autres accidents industriels non nucléaires.

La quantité de déchets produits par l’énergie nucléaire est également bien inférieure à celle des déchets tout aussi toxiques produits par le charbon et les autres combustibles.

“Toute la durée de vie d’un Américain qui consomme de l’électricité produite par l’énergie nucléaire produirait une quantité de déchets à long terme qui tient dans une canette de soda”, affirment ces deux experts.

En fin de compte, disent-ils, nous devons déstigmatiser l’énergie nucléaire et l’intégrer aux efforts visant à éviter rapidement et largement les catastrophes climatiques.

Selon Goldstein et Qvist, “C’est la seule stratégie qui compte.”

Lire aussi : Bill Gates vient de publier une lettre exhortant les dirigeants américains à adopter l’énergie nucléaire

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *