Des douzaines d’ours polaires envahissent une petite ville russe

La petite ville de Belushya Guba, dans le nord de la Russie, est en état d’urgence et les habitants craignent de quitter leurs maisons à cause des dizaines d’ours polaires qui errent dans les rues à la recherche de nourriture.

Située sur l’une des deux îles qui composent l’archipel de la Novaya Zemlya dans l’océan Arctique, Belushya Guba abrite environ 3 000 personnes, dont beaucoup ont peur de quitter leur maison et d’envoyer leurs enfants à l’école, à cause des dizaines d’ours qui courent dans les rues et entrent même dans les bâtiments pour se nourrir. Bien que l’observation d’ours polaires ne soit pas vraiment rare dans cette ville éloignée, l’ampleur de cette invasion serait sans précédent. Plus de 52 observations ont été signalées en trois jours seulement, et jusqu’à 10 ours ont été vus dans la colonie à un moment donné.

douzaines d'ours

“Je suis à Novaya Zemlya depuis 1983, mais il n’y a jamais eu autant d’ours polaires dans les environs”, a déclaré samedi l’administrateur locale Zhigansha Musin à l’agence de presse russe TASS. Il a ajouté que les animaux affamés avaient également pris le contrôle d’une garnison militaire où ils “chassent littéralement les gens”.

“Les gens ont peur, ils ont peur de quitter leurs maisons et leur routine quotidienne est brisée”, a déclaré à TASS Alexandre Minaïev, directeur adjoint de la Novaya Zemlya. “Les parents ont peur de laisser leurs enfants aller à l’école ou à la maternelle.”

L’activité des ours polaires dans et autour de Belushya Guba a commencé à augmenter en décembre, et les animaux seraient devenus plus agressifs depuis, attaquant les gens et entrant dans les résidences.

L’ours blanc est considéré comme une espèce en voie de disparition en Russie, et malgré la menace qu’il représente actuellement pour les habitants de Belushya Guba, le gouvernement a refusé de délivrer des permis de chasse pour les spécimens les plus agressifs. Au lieu de cela, une équipe d’experts et un groupe de travail spécial ont été envoyés sur l’île pour surveiller la situation et protéger la population locale. Cependant, tuer certains des ours peut être un dernier recours, si les tactiques d’intimidation s’avèrent infructueuses. Les clôtures et les bruits forts, tels que les coups de feu et les klaxons, n’ont jusqu’à présent pas réussi à tenir les animaux à distance.

Bien que la raison de cette invasion d’ours polaires ne soit pas encore claire, de nombreux spécialistes sont convaincus qu’elle est liée au réchauffement planétaire et à la diminution de la glace de mer. Les ours polaires passent la plus grande partie de leur temps sur les calottes glaciaires à chasser le phoque, mais la glace se retire pendant les mois les plus chauds, ils envahissent l’intérieur des terres à la recherche de nourriture.

“C’est un peu comme si on allait dans un restaurant et que le restaurant était fermé”, a dit Andrew Derocher, professeur à l’Université de l’Alberta qui étudie les ours polaires dans l’Arctique, à Motherboard. “Alors, où allez-vous ? Vous continuez à errer jusqu’à ce que vous en trouviez un ouvert.”

Lire aussi : Russie : le cratère Patomsky, une histoire bien étrange

Source : Oddity Central – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *