Des scientifiques découvrent une nouvelle forme de pollution plastique qui ressemble exactement à des cailloux


“Parce qu’ils ont l’air géologiques, vous pourriez passer devant des centaines d’entre eux sans vous en rendre compte.” Et chose choquante, ils contiennent aussi du plomb.

plastique-cailloux

Des plus hauts sommets du monde aux profondeurs des fonds marins, il n’y a pas un seul endroit sur la planète qui soit à l’abri du fléau de la pollution plastique.

Mais l’inondation des débris de plastique ne se fait pas uniquement sous forme de sacs de plastique, de bouteilles et de pailles – selon une nouvelle étude publiée dans Science of The Total Environment, le plastique prend maintenant la forme et la forme de cailloux qui ressemblent exactement à des cailloux.

Les petits morceaux de plastique sont gris, ronds et ressemblent à de petites pierres. Pourtant, ces nouveaux objets minuscules, ressemblant à des roches, sont en fait une nouvelle forme de pollution plastique connue sous le nom de pyroplastiques.

Et parce que ces cailloux de plastique ressemblent tellement à de vraies roches, ils nous entourent probablement depuis un bon moment.

Andrew Turner, auteur de l’étude et spécialiste de l’environnement à l’Université de Plymouth, a déclaré au National Geographic :

“Parce qu’ils ont l’air géologiques, vous pourriez passer devant des centaines d’entre eux sans vous en rendre compte.”

Les pyroplastiques sont le résultat soit d’un plastique qui a été chauffé pendant la production, soit d’un processus qui n’est pas encore connu dans notre environnement. Ces plastiques sont soumis aux mêmes forces de la nature que les roches, mais comme ils sont jetés avec le sable dans l’océan, ils perdent du microplastique dans leur sillage et pourraient même lessiver du plomb dans l’océan.

Les chercheurs expliquent :

“Les pyroplastiques sont évidemment formés à partir de la fusion ou de la combustion de plastique et sont nettement différents des plastiques marins fabriqués (primaires et secondaires) en termes d’origine, d’apparence et d’épaisseur.

Puisque les pyroplastiques ont été récupérés par des collègues des plages de l’Atlantique en Espagne et des plages du Pacifique de Vancouver, ils ne sont pas un phénomène régional, et on soupçonne que leur distribution peut être répandue mais que la documentation fait défaut en raison de leur apparence nettement géogénique.”

Turner et ses collègues ont fait des recherches sur 165 morceaux de plastique de la baie de Whitsand, où se trouvent certaines des plages les plus vierges et les mieux protégées de la côte sud de Cornwall, en Angleterre. Ils ont également examiné des portées similaires provenant d’Irlande, d’Écosse et d’Espagne.

Après avoir mesuré la taille et la densité des “pierres”, ils ont soumis les échantillons à une série de tests pour déterminer leur composition chimique précise.

Grâce à la spectroscopie infrarouge et à la réflectance totale atténuée, l’équipe de Turner a appris que les échantillons étaient effectivement constitués des deux formes les plus courantes de polyéthylène plastique et de polypropylène.

Fait alarmant, lorsqu’ils ont soumis les pierres pyroplastiques à la fluorescence des rayons X, ils ont détecté une gamme d’additifs chimiques et une forte présence de plomb, ainsi que de chrome.

Ce que cela signifiait pour Turner était que les pierres contenaient du chromate de plomb, un composé commun que les fabricants ajoutent au plastique pour les colorer en jaune vif ou en rouge. Au fil des ans, ces couleurs ont été atténuées en brûlant jusqu’à ce qu’elles deviennent gris foncé. Bien sûr, quand Turner et son équipe ont fait fondre des plastiques brillants et colorés dans leur laboratoire, ceux-là aussi sont devenus gris foncé.

L’étude note que les pyroplastiques peuvent avoir subi une combustion informelle, par exemple dans un feu de camp, ou avoir été brûlés en masse dans un incinérateur ou une autre installation industrielle organisée similaire.

L’étude a noté :

“Évitant d’être détectés facilement en raison de leur ressemblance visuelle frappante avec les matériaux géogéniques, les pyroplastiques peuvent contribuer à une sous-estimation du stock de plastiques échoués sur les plages dans de nombreux cas.

Et ce qui est le plus choquant, c’est que beaucoup de ces cailloux en plastique contenaient des trous de ver, ce qui signifie que les plus petits animaux marins les mangent et les font passer dans la chaîne alimentaire.

Ces cailloux de plastique sont également broyés en particules aussi fines que de la poussière.

Rob Arnold, un bénévole qui a travaillé avec Turner et qui aide à nettoyer les plages, a expliqué à Weather.com :

“Ce sont ces nanoplastiques qui sont notre plus gros problème, en polluant notre environnement marin.

La plus petite des créatures marines ingérera ce plastique, ce qui le mettra directement dans la chaîne alimentaire. Comme nous le savons tous, nous sommes au sommet de cette chaîne. C’est particulièrement effrayant quand on sait que ces plastiques peuvent contenir des produits chimiques nocifs et des métaux lourds.”

L’étude souligne que des recherches plus poussées sont nécessaires pour déterminer avec précision la quantité de ce pyroplastique qui pollue nos côtes et libère des composés dangereux dans l’environnement.

Comme l’équipe le note dans son article :

“Les pyroplastiques doivent être classés dans la catégorie des déchets marins et sont une source de particules de plastique plus fines par décomposition mécanique et une source potentielle de contaminants pour les organismes qui les habitent ou les ingèrent.

Lire aussi : “Il pleut du plastique” : Des microplastiques trouvés dans l’eau de pluie du Colorado

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *