“Il pleut du plastique” : Des microplastiques trouvés dans l’eau de pluie du Colorado


Cette découverte surprenante provient de chercheurs du U.S. Geological Survey.

plastique-pluie-colorado

  • Environ 90 % des échantillons d’eau de pluie prélevés dans la région de Denver-Boulder, au Colorado, contenaient des microplastiques.
  • Les chercheurs ne savent pas exactement comment le plastique s’est retrouvé dans l’eau de pluie.
  • Les microplastiques ont envahi presque toutes les parties de l’environnement, mais les scientifiques ne sont toujours pas certains de l’effet que ces morceaux de plastique peuvent avoir sur la santé humaine.

Des scientifiques du U.S. Geological Survey (USGS) analysaient récemment des échantillons d’eau de pluie du Colorado lorsqu’ils ont découvert quelque chose d’inattendu : des microplastiques, ces petits morceaux de plastique (5 millimètres ou moins) qui polluent l’environnement.

Dans un nouveau rapport, carrément intitulé Il pleut du plastique, des chercheurs de l’USGS décrivent comment ils ont trouvé du plastique dans environ 90 % de leurs échantillons d’eau de pluie, prélevés à six endroits différents dans la région de Denver-Boulder.

“Les matériaux plastiques sont pour la plupart des fibres qui ne sont visibles qu’avec un grossissement (~40X)”, ont-ils écrit dans le rapport. “Les fibres étaient présentes dans une variété de couleurs ; la couleur la plus fréquemment observée était le bleu suivi du rouge > argent > violet > vert > jaune > autres couleurs. Des particules de plastique telles que des perles et des éclats ont également été observées avec grossissement.”

Les chercheurs ont confirmé que les fibres, les perles et les éclats dans l’eau de pluie étaient des microplastiques, mais ils ne savent pas comment le matériau s’est retrouvé là.

“Je pense que le résultat le plus important que nous pouvons partager avec le public américain est qu’il y a plus de plastique qu’il n’y paraît”, a déclaré Gregory Wetherbee, chercheur et chimiste de l’USGS, au Guardian. “C’est dans la pluie, c’est dans la neige. C’est une partie de notre environnement maintenant.”

Les scientifiques ont encore beaucoup à apprendre sur l’étendue de la pollution par les microplastiques, mais les preuves disponibles suggèrent que le plastique a fait son chemin dans presque toutes les parties de l’environnement, de l’atmosphère à l’océan profond, ainsi que dans la vie marine et les oiseaux. Fait alarmant, les scientifiques ont également trouvé des microplastiques dans les selles humaines et des fibres plastiques dans les poumons humains.

“Les fibres plastiques abîment aussi vos vêtements chaque fois que vous les lavez”, a déclaré Sherri Mason, chercheuse en microplastiques et coordinatrice de la durabilité chez Penn State Behrend, au Guardian, ajoutant que tous les articles en plastique pourraient perdre de minuscules particules. “Et puis ces particules sont incorporées dans les gouttelettes d’eau quand il pleut.”

Comment les microplastiques affectent-ils notre santé ? C’est difficile à dire, étant donné que nous ingérons tous un certain nombre de polluants dès la naissance et qu’il existe peu de recherches montrant exactement comment les plastiques affectent le corps humain avec le temps. Cependant, des expériences sur des souris ont montré que les microplastiques augmentaient les niveaux de molécules du stress oxydatif dans le foie. Une autre étude de 2018, publiée dans la revue Science of the Total Environment, a décrit comment le plastique contient des additifs qui agissent comme des perturbateurs endocriniens, et quand des microplastiques sont donnés à des souris, ces perturbateurs interfèrent significativement avec le microbiome.

“Les souris ne sont pas des humains, mais nous savons que lorsque le microbiome est perturbé chez les humains, il entraîne de nombreuses maladies, dont le diabète de type 2 et l’obésité”, a déclaré à LIVESTRONG.com Erin Pitkethly, RPh, pharmacienne et nutritionniste agréée chez Robinsong Health en Ontario, Canada.

Il est probablement impossible d’éviter totalement de consommer des microplastiques, mais il y a deux façons de limiter l’exposition : ne pas manger de fruits de mer (ou seulement de haute qualité) et éviter les contenants alimentaires en plastique, qui peuvent laisser échapper des particules plastiques dans les aliments.

Lire aussi : 5 grammes de plastique avalés par semaine : le gouvernement saisit l’Agence nationale de sécurité

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *