Des scientifiques stupéfaits après la disparition d’un grand observatoire sous-marin sans laisser de traces


Depuis plus de six décennies, l’observatoire marin de Boknis Eck effectue des mesures océaniques dans la mer Baltique – jusqu’à récemment.

observatoire-disparu-mystère

Le mois dernier, les transmissions ont été interrompues de manière soudaine et inattendue. À présent, les chercheurs recherchent des indices après avoir envoyé des plongeurs sur le fond marin, mais ils découvrent que les capteurs distants chargés de prendre les mesures de données ont été “retirés de force”.

“Le 21 août à 20h15, la transmission des données a été interrompue”, a déclaré le coordinateur de Boknis Eck, Hermann Bange de GEOMAR, dans un communiqué, ajoutant qu’au début son équipe soupçonnait une “erreur de transmission”, mais les plongeurs ont découvert une situation beaucoup plus sombre en atteignant le fond marin où les capteurs devaient être.

“Lorsque les plongeurs ont atteint le fond de la mer la semaine dernière à l’emplacement de l’observatoire, ils n’ont trouvé que le câble terrestre arraché. Il a été complètement déchiqueté”, a dit M. Bange.

Chaque mois depuis 1957, des scientifiques mesurent des données environnementales telles que la température, la salinité, les nutriments, la chlorophylle et l’oxygène dans la baie d’Eckernförde au large de la côte baltique allemande, ce qui permet aux chercheurs de mieux comprendre les conditions environnementales au sud-ouest de la mer Baltique. Bocknis Eck est l’un des plus anciens sites de sciences de la mer encore actifs dans le monde. En décembre 2016, le GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel et le Helmholtz Center Geesthacht ont installé un observatoire sous-marin dans une zone restreinte qui a pris des mesures supplémentaires comme la vitesse d’écoulement et les concentrations de méthane sur le fond marin.

Le cadre de l’observatoire sous-marin responsable de l’alimentation électrique pendant le déploiement. Centre de recherche en plongée de la CAU

Les articles qui ont disparu étaient deux racks de la taille d’un grand bureau pesant 250 kilogrammes et 100 kilogrammes, respectivement. L’un était destiné à alimenter la station de surveillance par l’intermédiaire d’un câble relié à la terre ferme, tandis que l’autre servait à loger les capteurs. Étant donné leur taille importante et encombrante, les scientifiques n’ont pas exclu qu’ils aient pu être arrachés par des tempêtes, des courants ou de grands mammifères marins, bien que les experts disent que c’est peu probable.

La police enquête sur la disparition de l’équipement estimé à environ 300 000 euros, mais M. Bange affirme que les données qu’il fournit sont “inestimables”.

“Au début, nous avons essayé de trouver les appareils avec nos propres recherches et d’autres applications de plongée. Jusqu’à présent sans succès. C’est pourquoi nous serions très heureux de tout indice”, dit-il, ajoutant qu’il est possible que quelqu’un ait vu quelque chose sur un terrain de camping voisin le 21 août, ou peut-être que quelqu’un ait trouvé des parties quelque part sur la plage.

“Les chercheurs s’efforcent de remettre l’observatoire en service le plus rapidement possible.”

L’observatoire de Boknis Eck fait partie du réseau COSYNA (Coastal Observing System for Northern and Arctic Seas) du HZG. Les capteurs fournissent des données importantes pour détecter les changements dans les écosystèmes marins. Centre de plongée de recherche de l’UCA

Lire aussi : L’étang d’eau bouillante continue de croître dans le cratère de Kīlauea, déconcertant les scientifiques

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *