Le gouvernement du Royaume-Uni interdit la fracturation hydraulique jusqu’à ce que la recherche prouve qu’elle est “sûre”


Cette semaine, le gouvernement britannique a décrété une interdiction temporaire de la fracturation hydraulique dans tout le pays.

La fracturation hydraulique est une méthode d’extraction du gaz naturel qui est devenue extrêmement controversée en raison de ses impacts environnementaux. Le fracturation est le processus consistant à forer dans le sol avant qu’un mélange d’eau sous haute pression ne soit dirigé vers la roche pour libérer le gaz qui s’y trouve.

De l’eau, du sable et des produits chimiques sont injectés dans la roche à haute pression, permettant au gaz de s’écouler vers la tête du puits. Les eaux usées produites par ce procédé sont très toxiques et contiennent divers produits chimiques.

Dans bien des cas, les gens qui vivent près des sites de fracturation ont pu mettre le feu à l’eau et à l’air qui s’échappent par leurs tuyaux. On soupçonne également que la fracturation est responsable d’un nombre inhabituellement élevé de tremblements de terre se produisant souvent dans les régions où la fracturation a lieu.

La récente décision d’interdire la fracturation au Royaume-Uni prendra effet immédiatement. Les responsables gouvernementaux qui ont appuyé l’interdiction ont cité une nouvelle étude scientifique de l’Oil and Gas Authority (OGA) mettant en garde contre les conséquences “inacceptables” pour les personnes vivant à proximité des sites de fracturation. Le rapport mettait en lumière les préoccupations concernant les dommages causés aux écosystèmes locaux, l’eau potable et le risque de tremblements de terre.

La décision rendue cette semaine indique que le gouvernement britannique n’approuvera aucun nouveau projet de fracturation tant que la sécurité du processus n’aura pas été démontrée.

Le langage utilisé par les fonctionnaires dans la décision a inquiété certains environnementalistes, qui craignent qu’il ne s’agisse que d’une mesure temporaire parce qu’elle laisse de la place à d’autres recherches pour justifier le rétablissement de projets de fracturation hydraulique. La controverse est maintenant devenue une question électorale clé, le parti libéral laissant entendre que les conservateurs renverseront rapidement leur décision après les élections si les électeurs décident de les maintenir en fonction.

La fragmentation hydraulique est également interdite dans quelques autres pays, dont l’Irlande, l’Australie, l’Allemagne, l’Uruguay, ainsi que dans certains États américains.

Les dangers de la fraude sont connus depuis de nombreuses années, mais il y avait tellement d’argent dans l’industrie en pleine croissance que les sociétés gazières ont souvent réglé à l’amiable, versant aux familles de grosses sommes d’argent liées à des ententes de non-divulgation qui les empêchent de parler publiquement de leur cas ou d’intenter des poursuites judiciaires. Il y avait aussi des lanceurs d’alerte scientifiques qui tentaient d’avertir le public de ces dangers, mais ils ont été réduits au silence par l’intermédiaire des institutions pour lesquelles ils travaillaient, comme l’a témoigné un dénonciateur.

Lire aussi : Des tremblements de terre dans le centre et l’est des États-Unis sont liés à des puits de fracturation hydraulique

Source : Truth Theory – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *