Le monde pourrait bientôt manquer d’une ressource cruciale et personne n’en parle


Le monde fait face à beaucoup de choses en ce moment. Le climat se réchauffe rapidement, les océans deviennent dangereusement acides et une sixième extinction est officiellement en cours.

ressource-phosphore-pénurie

Mais il y a une autre crise à l’horizon dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler. Et si le monde continue de l’ignorer, les scientifiques disent que cela pourrait causer une catastrophe mondiale pour la prochaine génération.

Le phosphore est un minéral essentiel pour toutes les plantes et tous les animaux sur Terre, y compris les humains. Composante de l’ADN, cette ressource de base permet aux cellules vivantes de transférer de l’énergie et, lorsqu’elle est extraite du minerai de phosphate, elle peut être ajoutée aux engrais pour augmenter la production agricole.

Le problème est que le phosphore n’est pas un élément renouvelable et qu’il n’existe actuellement aucun substitut connu et très peu de régions où il est extrait. Alors que le monde entier en consomme de plus en plus, notre approvisionnement en cette matière première, qui se raréfie, devient de plus en plus pressant.

Un groupe de 40 experts internationaux a maintenant averti que si rien n’est fait pour conserver cet élément crucial, notre planète pourrait bientôt s’épuiser complètement. Rien qu’au cours des 50 dernières années, les engrais phosphatés ont quintuplé et, avec l’explosion démographique, la demande devrait doubler d’ici 2050.

Alors que nous approchons du point de non-retour, les scientifiques des industries, des universités et des instituts de recherche affirment que le monde n’est pas du tout préparé à la crise du phosphore qui se profile à l’horizon.

“Il n’y a pas de collaboration ou de coordination à l’échelle mondiale qui prenne la responsabilité de gouverner la ressource de phosphore mondiale, pas même entre les États membres de l’UE ou les États des États-Unis”, déclare l’écologiste Kasper Reitzel, qui étudie le phosphore dans les écosystèmes aquatiques et qui a aidé à rédiger le récent rapport.

“Les directives-cadres sur l’eau de l’UE ou le Clean Water Act américain se concentrent principalement sur la qualité écologique de l’eau et n’intègrent pas la durabilité du phosphore à un niveau suffisant.”

Aux niveaux de consommation actuels, certains modèles suggèrent que nous manquerons de réserves connues de phosphore dans 80 ans. Des estimations plus conservatrices situent le jour zéro à 400 ans, tandis que d’autres nous donnent moins de 40 ans pour trouver une solution à ce problème imminent. Presque toutes les études s’entendent pour dire qu’il s’agit d’une question imminente qui nécessite plus de recherche.

Bien que la réduction de notre consommation sera sans aucun doute essentielle pour régler le problème, apprendre à recycler le phosphore le sera tout autant – et les deux seront particulièrement bénéfiques dans les pays en développement. Alors qu’il y a 30 ans, les États-Unis étaient le premier producteur mondial de phosphore, l’Inde et la Chine représentent aujourd’hui plus de 45 % de la consommation mondiale totale.

Pendant tout ce temps, nos pratiques d’exploitation et de consommation de ce minerai se sont à peine améliorées. Aujourd’hui, les mélanges chimiques enrichis en phosphates ne sont ajoutés qu’une seule fois au sol privé d’éléments nutritifs avant d’être emportés vers la mer. Non seulement cela pollue les océans et les cours d’eau, créant des zones mortes où les poissons ne peuvent pas vivre et empoisonnant l’eau potable, mais c’est aussi non durable.

En mettant sur pied un système de recyclage en circuit fermé, les chercheurs affirment que le phosphate pourrait être réutilisé environ 46 fois comme carburant, engrais ou nourriture – tout ce dont nous pourrions avoir besoin.

“Notre mauvaise gestion actuelle de cet élément nutritif essentiel représente un défi pressant, qui cause la pollution des ressources en eau à l’échelle mondiale tout en ne permettant pas un accès équitable aux engrais pour soutenir la production alimentaire mondiale”, écrit le groupe d’experts internationaux en phosphore dans un récent rapport.

“Lorsqu’elles existent, les réglementations existantes qui prennent en compte le phosphore sont dépassées et ne prennent pas suffisamment en compte les aspects plus larges de l’utilisation durable ou des besoins futurs pour soutenir un accès équitable aux ressources à l’échelle mondiale.”

En réponse à des années d’inaction, les auteurs exhortent les industries et les autorités mondiales à développer une nouvelle génération de professionnels de la durabilité des nutriments, qui peuvent travailler ensemble pour “assurer une gestion internationale du phosphore et un environnement propre” pour le reste du monde.

“Ces personnes ne devraient pas être de simples spécialistes du phosphore, mais plutôt des ‘penseurs systémiques’ qui peuvent prendre des décisions judicieuses sur tous les aspects de la gestion du phosphore”, dit M. Reitzel.

Nourrir des milliards de nouvelles bouches au cours des prochaines décennies sera un énorme défi, rendu encore plus difficile lorsque les réserves de phosphore commenceront à diminuer. Il y a beaucoup de ressources cruciales dont nous, les humains, ne pouvons pas vivre sans, mais il y en a peu qui sont aussi irremplaçables que celle-ci.

Marissa de Boer, spécialiste des phosphates, a récemment déclaré au Guardian que le manque de sensibilisation du public fait de cette question la crise environnementale “inconnue”. “Nous dépendons vraiment du phosphate, mais nous le tenons pour acquis”, dit-elle.

Les résultats ont été publiés dans Environmental Science & Technology.

Lire aussi : Le côté sale des énergies renouvelables

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *