Les scientifiques viennent de trouver une bactérie fascinante mangeuse de pétrole


Nous avons encore tant de choses à explorer dans le monde sous-marin, notamment la fosse des Mariannes – la fosse naturelle la plus profonde de l’océan – qui descend jusqu’à 10 994 mètres par endroits. Maintenant, une autre découverte fantastique de cet abîme subaquatique vient d’être révélée.

bactérie-mangeuse-pétrole

L’analyse microbienne la plus complète de la fosse à ce jour a permis de découvrir un nouveau type de bactéries qui se nourrissent de composés semblables à ceux que l’on trouve dans le pétrole. Les scientifiques ont déjà vu des micro-organismes oléagineux, mais jamais à ces profondeurs.

Les concentrations de ce plancton microbien se sont avérées plus élevées au fond de la fosse des Mariannes que partout ailleurs dans le monde, ce qui pourrait nous donner un nouvel aperçu de la façon dont la vie existe et prospère à de telles profondeurs – où la pression est l’équivalent de 1 091 kg pressés contre un ongle.

“Nous avons étudié les échantillons qui ont été ramenés et identifié un nouveau groupe de bactéries dégradant les hydrocarbures”, explique l’un des chercheurs, Jonathan Todd de l’Université d’East Anglia (UEA), au Royaume-Uni.

“Les hydrocarbures sont des composés organiques faits uniquement d’hydrogène et d’atomes de carbone, et on les trouve en de nombreux endroits, y compris le pétrole brut et le gaz naturel.”

“Ainsi, ces types de micro-organismes mangent essentiellement des composés semblables à ceux de l’huile et s’en servent ensuite comme carburant. Des micro-organismes similaires jouent un rôle dans la dégradation des marées noires lors de catastrophes naturelles telles que la marée noire de BP en 2010 dans le Golfe du Mexique.”

Reste à savoir si nous pourrons un jour recruter ces créatures pour aider à nettoyer les déversements d’hydrocarbures, mais les chercheurs s’intéressent davantage à la façon dont ces bactéries se nourrissent si profondément sous l’eau – et peut-être ce qui s’en nourrit.

Une partie des résultats de l’étude porte sur les hydrocarbures qui maintiennent les microbes en vie et sur leur provenance possible. La pollution que nous avons causée est susceptible de s’infiltrer dans la fosse, située dans l’océan Pacifique Ouest.

“Nous avons découvert que les hydrocarbures existent jusqu’à 6 000 mètres sous la surface de l’océan et probablement même plus profondément”, explique l’un des membres de l’équipe, Nikolai Pedentchouk de l’UEA. “Une proportion importante d’entre eux provient probablement de la pollution de la surface de l’océan.”

“À notre grande surprise, nous avons également identifié des hydrocarbures produits biologiquement dans les sédiments océaniques au fond de la fosse. Cela suggère qu’une population microbienne unique produit des hydrocarbures dans cet environnement.”

Les hydrocarbures recherchés par les chercheurs ont déjà été repérés dans des algues à la surface de l’océan, mais leur présence à cette profondeur dans l’eau est une révélation. Au cours d’expériences en laboratoire, l’équipe a pu confirmer que la bactérie pouvait effectivement consommer des hydrocarbures dans des conditions extrêmes.

La prochaine étape consiste à recueillir plus d’informations sur ces microbes et sur l’origine possible de leur nourriture – probablement de sources naturelles et non naturelles. Il pourrait y avoir d’autres types de bactéries capables de se nourrir des composés hydrocarbonés de la même façon.

“Nous en savons plus sur Mars que sur la partie la plus profonde de l’océan”, a déclaré Xiao-Hua Zhang, chercheur principal à l’Université des océans de Chine.

La recherche a été publiée dans Microbiome.

Lire aussi : Une nouvelle technique transforme les déchets plastiques en carburant propre

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *