Confinement renforcé : sport limité, fermeture des marchés… ce qui change en France dès le 24 mars


Le gouvernement français a décidé de préciser et renforcer le confinement par décret, applicable dès le 24 mars, pour mieux lutter contre le coronavirus. Voici ce que change.

C’est au journal de 20 heures sur TF1 que le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé un durcissement des mesures pour enrayer la propagation du Coronavirus (Covid-19). Sans aller jusqu’à un confinement total, « général et absolu », pour que « les citoyens mangent », il a précisé les nouvelles règles qui entrent en vigueur dès le mardi 24 mars, après une semaine de confinement. Il n’y aura donc pas de confinement total comme en Italie ou à Wuhan, épicentre chinois de la pandémie. Édouard Philippe a également affirmé publiquement pour la première fois ce que le personnel médical et les scientifiques murmurent depuis l’annonce du confinement : il faut être prêts à ce qu’il dure « quelques semaines ».

D’autres précisions pourraient être apportées par le décret qui sera signé dans la soirée et publié le 24 au matin. Nous mettrons à jour cet article le cas échéant.

Deux nouvelles règles, une précision

  • La pratique sportive est plus encadrée : à partir du 24 mars 2020, les règles du confinement sont précisées pour le sport et l’activité des enfants. L’activité sportive est limitée à 1h par jour, à moins d’un kilomètre de chez soi, et seul·e. Cela signifie qu’il faudra spécifier l’heure de départ sur l’attestation dérogatoire de déplacement, mais également le lieu de départ.
  • Les marchés ouverts sont interdits : à partir du 24 mars 2020, les marchés ouverts sont interdits. Ils sont une zone de contamination trop importante, avec des personnes proches les unes des autres dans des espaces restreints. À cette interdiction, le Premier Ministre ajoute une dérogation : si des maires jugent que le marché est vital pour leur communauté (dans les villages par exemple), ils peuvent demander leur maintien au préfet, qui décidera.
  • Le parcours de soins hors coronavirus : Lorsqu’on doit se rendre dans un centre de dialyse, ou un établissement de santé pour un problème de santé qui n’est pas lié au coronavirus, c’est évidemment toujours possible. Il n’y aura pas d’interruption des soins de ceux qui ont une maladie chronique, mais il faut que ce soit urgent si le déplacement vers les centres de soin est spontané, ou alors sur convocation d’un médecin.

Les autres mesures restent en vigueur et seront toujours sanctionnées par des amendes de 135 € pour un premier contrôle sans attestation ou sans déplacement jugé essentiel, sanction qui peut monter jusqu’à 1 500 € en cas de récidive.

Lire aussi : Comment se protéger à la maison en cas de coronavirus, et que faire si quelqu’un a été exposé ?

Source : Numerama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *