Les flavonoïdes pourraient réduire le risque de cancer, même pour les fumeurs et les buveurs


Les scientifiques continuent à en apprendre davantage sur cette classe de produits chimiques d’origine végétale, réputée pour ses vertus extraordinaires.

  • Une étude récente a suivi le régime alimentaire et les dossiers médicaux de plus de 53 000 Danois sur 23 ans.
  • Les résultats suggèrent que les personnes qui consomment régulièrement des flavonoïdes sont moins susceptibles de mourir d’un cancer ou d’une maladie cardiaque.
  • Pourtant, les scientifiques ont encore beaucoup à apprendre sur les flavonoïdes, et la nouvelle étude n’a pas établi de lien de causalité.

Une pomme par jour peut en fait éloigner le médecin, surtout si vous fumez ou buvez beaucoup.

Une nouvelle étude, publiée dans Nature Communications le 13 août par des chercheurs de l’Université Edith-Cowan (ECU), en Australie, a révélé que les personnes qui consomment régulièrement des flavonoïdes -une vaste classe de substances chimiques d’origine végétale appelée phytonutriments – étaient moins susceptibles de mourir d’une maladie cardiaque ou d’un cancer.

Les flavonoïdes sont présents dans presque tous les fruits et légumes, ainsi que dans d’autres aliments et boissons, comme les haricots et le thé. Ces phytonutriments sont reconnus pour leurs bienfaits extraordinaires pour la santé, notamment leurs propriétés anti-inflammatoires, antihistaminiques et antimicrobiennes. Il reste encore beaucoup à apprendre.

“L’espoir actuel des scientifiques est de découvrir exactement quels flavonoïdes devraient être consommés et en quelle quantité pour combattre des maladies spécifiques”, a déclaré Alyson Mitchell, spécialiste des aliments, à Psychology Today.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont suivi les dossiers médicaux d’environ 53 000 Danois sur 23 ans, et ont découvert une association inverse évidente entre la consommation d’un régime riche en flavonoïdes et une mort précoce. Il est intéressant de noter que ces effets potentiellement protecteurs semblaient les plus forts chez les fumeurs et les buveurs (bien que, bien sûr, les chercheurs aient noté que leur étude n’a pas établi de causalité).

“Ces résultats sont importants car ils mettent en évidence le potentiel de prévention du cancer et des maladies cardiaques en encourageant la consommation d’aliments riches en flavonoïdes, en particulier chez les personnes à haut risque de ces maladies chroniques”, a déclaré la chercheuse principale Dr Nicola Bondonno à ECU News. “Mais il est également important de noter que la consommation de flavonoïdes ne contrebalance pas tous les risques accrus de décès causés par le tabagisme et la consommation élevée d’alcool. La meilleure chose à faire pour votre santé est d’arrêter de fumer et de réduire votre consommation d’alcool.”

Pourquoi les flavonoïdes peuvent-ils être particulièrement bénéfiques pour les fumeurs et les buveurs ?

“La consommation d’alcool et le tabagisme augmentent l’inflammation et endommagent les vaisseaux sanguins, ce qui peut augmenter le risque d’une série de maladies”, a dit Dr Bondonno. “Il a été démontré que les flavonoïdes sont anti-inflammatoires et améliorent la fonction des vaisseaux sanguins, ce qui peut expliquer pourquoi ils sont associés à un risque moindre de décès par maladie cardiaque et cancer.”

Elle a reconnu qu’il n’est pas facile d’apporter ces changements au mode de vie.

“Nous savons que ce genre de changement de mode de vie peut être très difficile, donc encourager la consommation de flavonoïdes pourrait être une nouvelle façon d’atténuer le risque accru, tout en encourageant les gens à cesser de fumer et à réduire leur consommation d’alcool”, a dit Dr Bondonno.

L’étude a suggéré que les propriétés potentielles de lutte contre le cancer et la maladie semblaient les plus fortes chez les participants qui consommaient environ 500 milligrammes de flavonoïdes par jour.

“Il est important de consommer une variété de différents composés flavonoïdes que l’on trouve dans différents aliments et boissons à base de plantes”, a dit Dr Bondonno. “Cela est facilement réalisable par le régime alimentaire : une tasse de thé, une pomme, une orange, 100 g de myrtilles et 100 g de brocoli fourniraient une large gamme de composés flavonoïdes et plus de 500 mg de flavonoïdes totaux.”

D’autres sources de flavonoïdes comprennent les grenades, le chocolat, la laitue romaine, le cantaloup, les poivrons, le céleri, les oranges, le pamplemousse, les prunes, les patates douces, le quinoa, les tomates et les haricots garbanzo, pour ne nommer que celles-là. Les flavonoïdes peuvent être divisés en six sous-classes, bien que l’étude récente ait montré que toutes les sous-classes étaient inversement associées à une mort précoce. Les chercheurs ont également noté que le thé, le chocolat, le vin, les pommes et les poires étaient les principales sources de flavonoïdes chez les participants.

Néanmoins, la nouvelle étude ne démontre qu’une association – elle ne prouve pas que les flavonoïdes préviennent activement le cancer ou les maladies cardiaques.

“Il reste encore beaucoup à découvrir sur les flavonoïdes”, a dit M. Mitchell à Psychology Today. …il est important de ne pas les considérer comme le dernier remède à la mode.

Lire aussi : Manger mal tue plus de gens dans le monde que fumer, selon une nouvelle étude

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *