Manger mal tue plus de gens dans le monde que fumer, selon une nouvelle étude

Trop de sel – et un manque de grains entiers, de fruits et de légumes – peut nous faire perdre des années de vie, selon une nouvelle analyse.

Manger mal

Dans une étude publiée mercredi dans la revue Lancet, des chercheurs se sont penchés sur les habitudes alimentaires de 195 pays afin d’estimer dans quelle mesure une mauvaise alimentation contribue à la mortalité.

Leurs conclusions ? Selon l’étude, 11 millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause, du moins en partie, de certains aliments ou de leur absence.

L’auteur principal Ashkan Afshin, épidémiologiste à l’Université de Washington, a déclaré que les chercheurs estimaient que, dans l’ensemble, les mauvaises habitudes alimentaires sont responsables de plus de décès dans le monde que tout autre facteur de risque, dont le tabagisme, connu pour être une des plus grandes menaces pour la santé publique.

Le problème, dit-il, n’est pas seulement ce que les gens mangent, c’est aussi ce qu’ils ne mangent pas.

L’étude a estimé qu’à l’échelle mondiale, 3 millions de décès ont été attribués à une trop grande quantité de sodium, mais que 3 millions d’autres décès ont été attribués à un manque de grains entiers adéquats et 2 millions à un manque de fruits adéquats.

Les experts affirment que cela confirme ce que les professionnels de la santé enseignent depuis des années – une alimentation équilibrée est importante pour une vie longue et saine.

M. Afshin, professeur adjoint au département des sciences métriques de la santé de l’Université de Washington, a déclaré que les chercheurs avaient évalué les données d’enquête sur la consommation alimentaire, les ventes de produits alimentaires et les dépenses des ménages au cours des trois dernières décennies pour estimer l’impact d’une mauvaise alimentation sur la mortalité due aux maladies non transmissibles, comme les maladies cardiaques.

Les chercheurs ont estimé qu’en 2017, les maladies cardiovasculaires étaient la principale cause de décès liés à l’alimentation dans le monde, suivies par certains cancers et le diabète.

“Les résultats sont basés sur des données et des hypothèses limitées, mais les conclusions concordent avec les principaux rapports des autorités médicales et de santé publique”, a déclaré Marion Nestle, professeure émérite en nutrition, études alimentaires et santé publique à l’Université de New York. Nestle a noté que les chercheurs semblent recommander une alimentation largement, mais pas exclusivement, à base de plantes, “et c’est ce que tout le monde dit de nos jours”.

M. Afshin a déclaré que les pays où les gens mangent un régime méditerranéen – riche en graisses et en fibres saines pour le cœur – ont obtenu les meilleurs résultats selon le modèle des chercheurs, Israël se classant au premier rang pour le nombre le plus faible de décès liés au régime. La France et l’Espagne se classent respectivement deuxième et troisième, selon l’étude.

Afshin a défini le régime méditerranéen comme un régime à forte consommation de fruits, de légumes, de noix et d’huiles saines, comme l’huile d’olive.

Les États-Unis se sont classés au 43e rang.

L’Ouzbékistan, une ancienne république soviétique où les glucides raffinés tels que le pain et les pâtes sont des aliments de base, a obtenu les pires résultats, avec un taux de mortalité de 891 pour 100 000 habitants.

Bruce Y. Lee, professeur agrégé de santé internationale à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health et directeur exécutif du Global Obesity Prevention Center, a déclaré que la recherche fournit un soutien supplémentaire que les régimes alimentaires pauvres sont associés aux maladies non transmissibles, qui sont devenues une cause majeure de mortalité dans le monde, mais il a noté que la nutrition n’est pas le seul facteur.

L’inactivité physique, ainsi que divers facteurs environnementaux, économiques et sociaux, y contribuent largement, a-t-il dit.

“L’alimentation peut contribuer aux maladies non transmissibles (MNT) par l’augmentation du poids corporel et de l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hyperlipidémie ou des taux élevés de graisse dans le sang, et les conditions qui conduisent à des taux élevés de sucre dans le sang”, a déclaré Lee dans un email.

Il a ajouté que l’un des problèmes est que “les aliments malsains tels que ceux qui sont hautement transformés avec des ingrédients artificiels sont souvent moins chers à fabriquer, stocker, expédier et préparer. Par conséquent, ces aliments ont remplacé les aliments plus naturels et plus sains dans les systèmes alimentaires du monde entier.”

Mais une mauvaise alimentation est-elle vraiment responsable d’un plus grand nombre de décès que le tabagisme ?

Marion Nestle, de l’Université de New York, a laissé entendre qu’il est logique que les risques alimentaires soient plus élevés parce que tout le monde mange, mais que tout le monde ne fume pas. Alors, elle a dit que “l’alimentation est un facteur de risque pour tout le monde”.

Les chercheurs n’ont pas trouvé un pays qui s’est toujours bien comporté dans toutes les formes d’alimentation. Par exemple, Israël, qui a obtenu le score le plus élevé dans l’ensemble, s’est classé bien plus bas lorsqu’il s’est agi de la consommation de viandes transformées.

Mais, a dit M. Afshin, les conclusions devraient inciter les gens à essayer de mieux manger et les décideurs politiques à créer et promouvoir des politiques qui visent à augmenter la consommation d’aliments sains.

Lire aussi : Vous voulez améliorer votre humeur ? Il est temps d’abandonner la malbouffe

Sources : ScienceAlert, The Washington Post – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *