Un homme se coupe le doigt pour sauver sa vie après une morsure de serpent, les médecins lui disent que ce n’était pas du tout nécessaire


Un homme en Chine coupait du bois de chauffage près de son village dans les montagnes du district de Shangyu, dans la province du Zhejiang, quand un serpent l’a mordu à l’index de sa main droite.

Croyant qu’il s’agit d’un serpent venimeux (Deinagkistrodon acutus), et croyant la morsure du serpent fatale, l’homme nommé Zhang par les médias locaux a pris la décision de se couper le doigt avant que le venin puisse se répandre dans son corps. Le serpent est connu localement sous le nom de cent pas parce qu’on croit que son venin est si fort que vous ne pourrez pas marcher plus de 100 pas avant de mourir.

Zhang a enveloppé sa main dans un chiffon et s’est rendu à l’hôpital le plus proche à 80 kilomètres pour recevoir des soins, laissant ce qu’il croyait être son doigt maintenant inutile sur la montagne, rapporte le South China Morning Post.

“Je l’ai coupée pour sauver ma vie”, a dit l’homme de 60 ans à son médecin, Yuan Chengda, après avoir fait le voyage, selon Fox News. Le médecin l’a alors informé que c’était complètement inutile.

“Ce n’est pas nécessaire du tout”, a dit le Dr Yuan au Hangzhou Daily. “Le serpent à cent pas n’est pas si toxique.”

Deinagkistrodon acutus : Moins mortel que sa réputation.

Bien que la morsure de Deinagkistrodon soit dangereuse – les symptômes les plus fréquents comprennent des saignements locaux sévères, enflures, boursouflures, cloques, nécroses et des palpitations cardiaques – et peut causer des décès, sa réputation de serpent mortel est exagérée. Un antivenin est disponible et, dans la plupart des cas, les patients survivront, à condition que le traitement soit recherché rapidement et administré en moins de six heures.

“Certaines victimes de morsures ont utilisé des couteaux pour se couper les doigts ou les orteils, d’autres ont utilisé des cordes ou des fils de fer pour lier fermement le membre mordu, et certains ont même essayé de détruire le venin dans leur corps en brûlant leur peau”, a déclaré le Dr Yuan au Hangzhou Daily.

“Quand ils arrivent à l’hôpital, certains membres montrent déjà des signes de gangrène.”

Les médecins de l’hôpital disent que s’il avait amené son doigt avec lui, ils auraient même pu le rattacher.

Selon Clinical Toxinology Resources (CTR), lorsqu’il s’agit d’une morsure, “la plaie ne doit en aucun cas être altérée”. Ils vous conseillent de ne pas utiliser de garrots ou de “couper, aspirer ou scarifier la plaie ou appliquer des produits chimiques ou un choc électrique”, mais de consulter immédiatement un médecin, en déplaçant le moins possible la zone affectée.

Toute victime d’une morsure doit être rassurée.

“Beaucoup seront terrifiés, craignant la mort subite et, dans cet état d’esprit, ils peuvent se comporter de façon irrationnelle ou même hystérique”, note CTR. “La base pour être rassuré est le fait que de nombreuses piqûres venimeuses ne provoquent pas d’envenimement, la progression relativement lente en un traitement sévère (plusieurs heures après les morsures d’Elapidae, plusieurs jours après les piqûres de vipère) et l’efficacité des traitements médicaux modernes.”

Lire aussi : Des scientifiques ont fabriqué de la vodka à partir de la zone radioactive de Tchernobyl. Ils disent que c’est sans danger à boire

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *