Cette image du sous-sol de Tchernobyl est vraiment terrifiante

Cette image pourrait être l’une des photographies les plus impressionnantes/insensée tous les temps.

Alors que ça pourrait ressembler à un polaroïde de boues industrielles dans un entrepôt délabré, vous avez devant vous l’épicentre de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, qui a irradié plus de 10 milliards de bananes.

Connu sous le nom de “Pied d’éléphant”, cet amas de matière radioactive en fusion refroidie était autrefois assez puissant pour tuer tout humain qui se trouvait en sa présence. Bien que sa puissance ait diminué au fil des décennies, il émet encore de la chaleur et hante les ruines de la centrale avec des niveaux dangereux de rayonnement.

Le pied d’éléphant est une masse de corium – un mélange autrefois fondu d’uranium, de graphite, de béton et de sable – qui s’est formé pendant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Dans les premières heures du 26 avril 1986, le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Lénine VI, près de la ville ukrainienne de Pripyat, a subi une surtension frénétique au cours d’un test de sécurité de routine des systèmes. Cela a provoqué une surchauffe des barres de combustible d’uranium dans leur eau de refroidissement, générant une énorme quantité de vapeur et de pression. Une explosion colossale s’est produite, suivie d’une seconde explosion peu de temps après, provoquant le déversement de matières radioactives dans l’atmosphère et la cessation de l’écoulement de l’agent de refroidissement dans le réacteur.

Comme l’indique le terme “fusion”, ce désordre a généré suffisamment d’énergie thermique pour faire fondre littéralement le cœur du réacteur et ses barres de combustible nucléaire. Cet enfer a produit un matériau en fusion qui suinte et coule comme de la lave tout en émettant des niveaux mortels de rayonnement ionisant. Au fur et à mesure que la catastrophe s’aggravait, cette lave mortelle a fondu un trou à travers les poutres d’acier et le béton sous le réacteur, tombant dans le sous-sol, où elle s’est refroidie et durcie.

Peu après la catastrophe, le tas de corium refroidissant émettait environ 10 000 roentgens de rayonnement ionisant par heure. Selon le magazine Nautilus, c’est une dose mortelle en quelques minutes, ce qui équivaut à recevoir des millions de radiographies pulmonaires.

Alors, vous vous demandez peut-être pourquoi ou comment il y a un homme sur la photo juste à côté du pied d’éléphant ?

Le type photographié avec la boue radioactive est Artur Korneyev (parfois traduit par Korneev), un inspecteur nucléaire kazakh avec un sens de l’humour noir qui est venu pour la première fois à Tchernobyl peu après l’accident. Entre autres, il a été chargé de la tâche intimidante de trouver le combustible et de mesurer les niveaux de radiation dans les entrailles de Tchernobyl.

“Nous étions les pionniers. Nous avons toujours été à l’avant-garde”, a déclaré Korneyev, 65 ans, en 2014, lors d’une rare interview accordée au New York Times.

L’image la plus célèbre de lui et du pied d’éléphant (ci-dessus) a été prise en 1996, plus de 10 ans après la catastrophe initiale. À ce moment-là, la patte d’éléphant émettait environ 10 % du rayonnement qu’elle avait autrefois. Ces niveaux de rayonnement pourraient quand même gravement atteindre un humain s’il était exposé de près pendant environ 5 minutes.

Comme vous pouvez le voir, la photographie du pied est granuleuse, déformée et parsemée d’étranges marques de surexposition. Ce n’est pas le résultat d’une mauvaise qualité d’appareil photo, ni d’un filtre Instagram, c’est dû au rayonnement qui a perturbé le développement du film.

Fait remarquable, on croit que Korneyev est toujours en vie. Bien que, peut-être étonnamment, il souffre de cataractes et d’autres problèmes de santé en raison de ses fréquents accrochages avec de fortes radiations à Tchernobyl.

“Les radiations soviétiques sont les meilleures radiations du monde”, plaisantait Korneyev.

Lire aussi : La première enquête par drone sur la “forêt rouge” de Tchernobyl révèle des points chauds radioactifs déroutants

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *