Le pôle magnétique terrestre se déplace rapidement vers la Sibérie et les scientifiques sont déconcertés

Tout comme le corps humain, la Terre a l’équivalent d’une circulation sanguine sous la peau. Ce courant de lave en fusion génère le champ magnétique terrestre et contribue à nous protéger contre l’activité solaire qui pourrait nuire à notre survie.

Un article publié dans l’International Journal Of Science, Nature, a révélé que le champ magnétique terrestre se comporte anormalement et rapidement, se déplaçant de son foyer au Canada vers la Sibérie.

Ce changement a déclenché une mise à jour d’urgence (qui aura lieu le 30 janvier) sur le World Magnetic Model (WMM). Le WMM régit la navigation par satellite, les systèmes de géolocalisation et les GPS de smartphones. Le système ne devait pas être mis à jour avant 2020, mais le changement rapide du pôle magnétique a alerté les experts que le modèle devait être fixé d’urgence.

“L’erreur ne cesse d’augmenter”, explique Arnaud Chulliat, géomagnétiste à l’Université du Colorado à Boulder et au National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Nature rapporte : “Le pôle erre d’une façon imprévisible qui a fasciné les explorateurs et les scientifiques depuis que James Clark Ross l’a mesuré pour la première fois en 1831 dans l’Arctique canadien. Au milieu des années 1990, il a accéléré, passant d’environ 15 kilomètres par an à environ 55 kilomètres par an. En 2001, il avait pénétré dans l’océan Arctique – où, en 2007, une équipe comprenant Chulliat a fait atterrir un avion sur la glace de mer afin de tenter de localiser le pôle.”

Chaque année, la NOAA et la British Geological Survey vérifient le comportement du champ. Après les dernières vérifications, ils se sont rendu compte que leurs données étaient tellement inexactes qu’elles allaient dépasser la limite acceptable pour les erreurs de navigation.

Qu’est-ce qui cause le changement ?

Actuellement, il n’y a pas de réponse claire quant à ce qui se passe, mais les théories comprennent : Des impulsions géomagnétiques, qui “pourraient être retracées jusqu’aux ondes ‘hydromagnétiques’ provenant des profondeurs du noyau” La théorie affirme que les ondes en fusion à haute vitesse affaiblissent le champ magnétique sous le Canada.

Phil Livermore, géomagnétiste à l’Université de Leeds, au Royaume-Uni, a déclaré : “L’emplacement du pôle magnétique nord semble être régi par deux grandes plaques de champ magnétique, l’une sous le Canada et l’autre sous la Sibérie”, a-t-il poursuivi. “La plaque sibérienne gagne la compétition.”

Lire aussi : La plus précise mesure à ce jour de la vitesse à laquelle les pôles magnétiques de la Terre pourraient s’inverser

Sources : TruthTheoryNature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *