Le rêve des alchimistes : les scientifiques trouvent des bactéries qui transforment les toxines en or


Les scientifiques ont trouvé une bactérie qui excrète de l’or en se détoxifiant des métaux lourds. Les pépites peuvent atteindre la taille des grains de sable, disent les experts.

C’est le rêve de tous les alchimistes. Si nous prenons une lecture rapide sur l’alchimie, nous tomberons sur la pierre philosophale et une substance qui pourrait transformer les métaux ordinaires en métaux précieux, tels que l’or et l’argent.

Pendant longtemps, trouver cette pierre magique a été le but le plus recherché dans le monde de l’alchimie, l’ancêtre médiéval de la chimie.

Aujourd’hui, une équipe de scientifiques allemands et australiens a réussi à dévoiler le mystérieux processus moléculaire qui permet à une certaine bactérie, Cupriavidus metallidurans, de digérer les métaux toxiques et de les transformer en or.

Comme le note ScienceAlert : “C. metallidurans en forme de tige a été trouvé pour la première fois en 2009, quand les scientifiques ont découvert qu’elle réussit à ingérer des composés d’or toxiques et à les convertir en une forme métallique de l’élément sans danger apparent pour l’organisme lui-même.”

“Les résultats de cette étude montrent leur implication dans la détoxification active des complexes d’or conduisant à la formation de biominéraux d’or”, a déclaré Frank Reith, géomicrobiologiste, en 2009.

Selon les résultats de la nouvelle étude, la bactérie, qui vit principalement dans des sols à forte teneur en métaux lourds, a réussi à s’adapter à des conditions environnementales hautement toxiques.

“Si un organisme choisit de survivre ici, il doit trouver un moyen de se protéger de ces substances toxiques”, déclare le microbiologiste Dietrich H. Nies, de l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg en Allemagne.

Une image des pépites d’or de la taille d’un micromètre excrétées par C. metallidurans alors qu’elle se détoxifie des métaux lourds. Les pépites font environ la taille des grains de sable. Crédit d’image : Université technique de Munich

Pour éviter d’être empoisonné par des métaux lourds qui sont mortels pour d’autres créatures, Cupriavidus metallidurans absorbe les métaux et excrète des pépites d’or microscopiques.

En plus de l’or, le cuivre est introduit dans C. Metadillurans et lorsque les particules de l’un et de l’autre métal entrent en contact, une série de processus chimiques ont lieu.

Cupriavidus metallidurans emploie des enzymes pour déplacer les métaux agressifs de leurs cellules et pour le cuivre ; elle utilise une enzyme appelée CupA. Cependant, la présence de l’or rend les choses un peu plus difficiles notent les experts.

“Lorsque des composés d’or sont également présents, l’enzyme est supprimée et les composés toxiques du cuivre et de l’or restent à l’intérieur de la cellule”, explique M. Nies.

Mais, tout comme pour le cuivre, la “bactérie alchimiste” emploie une autre enzyme que les scientifiques ont étiquetée CopA. En utilisant CupA et CopA, la bactérie a la capacité de convertir les composés de cuivre et d’or en formes qui sont moins rapidement absorbées par la cellule.

“Cela permet de réduire le nombre de composés de cuivre et d’or qui pénètrent à l’intérieur des cellules”, explique M. Nies.

“La bactérie est moins empoisonnée, et l’enzyme qui pompe le cuivre peut se débarrasser de l’excès de cuivre sans entrave.”

Grâce à l’interaction de différentes enzymes, la bactérie se retient à l’intérieur des composés toxiques des deux métaux et transforme moléculairement les composés pour sécréter ce qu’on appelle de l’or secondaire.

Ainsi, le rôle de cette bactérie dans la nature est décisif pour la formation de ce type d’or, qui résulte de la décomposition de l’or primaire, permettant aux scientifiques de démêler le cycle biochimique du métal précieux.

La recherche a été publiée dans Metallomics.

Crédit d’image en vedette : Les flèches pointent vers les particules d’or sur C. metallidurans (American Society for Microbiology).

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *