Le PDG de Boeing s’excuse auprès des familles des victimes et admet que des erreurs ont été commises


Muilenburg s’est excusé lors d’un témoignage devant le comité sénatorial du commerce.

dennis-muilenburg-excuses

Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, s’est excusé mardi lors d’un témoignage devant le Comité sénatorial américain sur le commerce.

Dans les mois ayant suivi les accidents mortels survenus en Indonésie et en Éthiopie, l’entreprise n’a connu que des problèmes – la chute de ses actions et les organismes de réglementation de l’aviation s’interrogeant sur la fiabilité de l’entreprise.

Les excuses

M. Muilenburg a déclaré au comité que “nous savons que nous avons commis des erreurs et que nous nous sommes trompés sur certains points”, en parlant de la façon dont la société a géré la conception et la production du 737 Max 8.

Au total, les deux accidents ont tué 346 personnes.

En lisant une déclaration préparée lors de l’audience, M. Muilenburg a reconnu que les accidents étaient liés à un capteur défectueux du système MCAS de l’avion. Ces capteurs, comme on l’a signalé, ont donné des lectures erronées au système de contrôle de l’avion et les ont fait commencer une plongée en piqué. Les pilotes avaient de la difficulté à relever l’avion et, dans le cas des deux accidents mortels, ils n’ont pas réussi à le faire.

L’audience n’était pas seulement une excuse de la part du chef de Boeing. Les sénateurs de tout le pays ont pris le temps de faire pression sur Muilenburg dans les efforts de lobbying de Boeing pour affaiblir l’autorité réglementaire de la Federal Aviation Administration. Récemment, il a été découvert que l’ancien pilote technique en chef de la société avait discuté de “tromperies de Jedi” auprès des régulateurs.

Il a également été noté que la compagnie avait recommandé que toutes les références au système MCAS soient retirées du manuel du pilote avant le lancement du nouvel avion.

M. Muilenburg a continué à présenter des excuses apparemment sincères, offrant ses “sincères condoléances” aux familles des victimes et aux compagnies aériennes.

Toutefois, M. Muilenburg a notamment évité de se demander si Boeing n’avait pas divulgué correctement les problèmes du MCAS aux pilotes et aux compagnies aériennes avant le lancement de l’avion.

Boeing est actuellement confronté à environ 150 procès intentés par les différentes familles des victimes qui sont décédées dans les deux accidents. Dans une affiche symbolisant leur refus de garder le silence, plusieurs membres de la famille des victimes se sont présentés à l’audience avec des photos de leurs proches.

Dans un moment de sincérité et d’émotion, M. Muilenburg a été contraint d’affronter les familles de la victime et de s’excuser directement. Le chef de Boeing s’est tourné vers Nadia Milleron, la membre de la famille qui avait posé une question, et s’est excusé directement en disant “Je suis désolé”.

Quelle est la prochaine étape ?

Le 737 Max 8 reste au sol comme il l’a été depuis mars de cette année. M. Muilenburg a déclaré qu’il espère que les régulateurs du monde entier n’approuveront le retour du 737 Max dans le ciel qu’après avoir soumis l’avion à un “examen rigoureux”.

Dans la même déclaration, le PDG de Boeing a mentionné à quel point les immobilisations causaient des problèmes dans l’industrie, tant pour les compagnies aériennes que pour les clients. Ce commentaire avait probablement pour but d’inciter les organismes de réglementation à ne pas laisser les avions cloués au sol indéfiniment.

Selon la FAA, l’agence est toujours en train de déterminer comment et quand l’avion pourra être remis en service.

Lire aussi : Le logiciel de vol du 737 Max est défectueux, car Boeing a confié le travail à des ingénieurs payés 9 $/h ?

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *