Un enregistrement audio révèle que Boeing n’a pas cédé aux demandes des pilotes en colère de modifier les 737 Max

En novembre dernier

Il y a du nouveau dans l’affaire Crashs aériens de Boeing 737 Max. Les données d’une réunion tenue quelques semaines après le premier accident mortel du 737 Max ont montré que les pilotes d’American Airlines ont pressé avec colère les dirigeants de Boeing de travailler d’urgence sur un correctif. En effet, Mike Sinnett, vice-président de Boeing, Craig Bomben, pilote d’essai de Boeing et John Moloney, lobbyiste en chef Boeing, ont participé à une réunion à huis clos qui a eu lieu au siège de l’Allied Pilots Association (l’APA) à Fort Worth, au Texas en novembre. L’APA représente les pilotes d’American Airlines.

Lors de la réunion privée, les pilotes ont demandé à Boeing de prendre des mesures d’urgence afin de réparer les défaillances du système mis en cause depuis le premier accident du Max 737. Les pilotes ont même demandé aux responsables de Boeing de pousser les autorités à émettre ce qu’on appelle une consigne de navigabilité d’urgence. Mais les responsables de Boeing ont résisté, car ces mesures d’urgence préconisées par le syndicat des pilotes auraient probablement immobilisé le 737 Max pendant longtemps, selon un enregistrement audio de la réunion que le syndicat a partagé avec CNBC.

Au lieu des mesures d’urgence, M. Sinnett a informé les pilotes présents à la réunion que l’entreprise travaillait sur une mise à jour de son logiciel, soupçonné d’être à la base des accidents mortels, qui serait prêt dans six semaines à partir de la date de la réunion, et qu’elle ne se précipitait pas au risque de faire un mauvais travail. Il a également déclaré aux pilotes que rien ne prouvait pour l’instant que le nouveau système fût à l’origine de l’accident du vol de la compagnie indonésienne Lion Air, qui a tué 189 personnes : « Personne n’a encore conclu que la seule cause de cette situation était cette fonction dans l’avion ».

En effet, un Boeing 737 Max de Lion Air a été impliqué dans un accident mortel en octobre dernier tuant 189 personnes. Environ cinq mois après ce premier crash, un second accident a frappé la compagnie Ethipian Airlines le 10 mars 2019. Dans les deux crashs, le logiciel de Boeing, le MCAS a été pointé du doigt.

Le premier rapport sur le crash du 737 MAX d’Ethiopian Airlines publié en début d’avril dernier, n’a pas donné d’analyse détaillée du vol, mais a établi assez clairement que les pilotes n’ont pas effectué de procédures incorrectes. Le rapport a préconisé au constructeur américain de revoir le système de contrôle de vol de son avion et a exhorté les autorités de réglementation compétentes à prendre toutes les dispositions afin de s’assurer que le problème a bien été résolu avant d’autoriser à nouveau ce type d’appareil à voler.

Toutefois, ce dernier accident aurait pu être évité si les responsables de Boeing avaient exécuté les demandes des pilotes d’American Airlines lors de leur réunion privée en novembre. Le syndicat a enregistré la réunion conflictuelle à l’insu des responsables de Boeing, parce qu’il craignait que Boeing ne traite pas la situation comme une urgence à l’époque, et a partagé l’enregistrement audio avec les médias dont CNBC. Selon l’enregistrement audio examiné par CNBC, les dirigeants de Boeing ont résisté aux demandes des pilotes d’American Airlines. Ils ne voulaient pas se précipiter pour trouver une solution, et ils s’attendaient à ce que les pilotes soient capables de régler les problèmes qui surviendraient.

CNBC a rapporté que lors de la réunion de novembre, les pilotes ont dit qu’ils n’étaient pas au courant du système logiciel anti-décrochage du 737 Max. Et ils étaient furieux que le système ne leur ait été révélé qu’après le crash d’octobre en Indonésie. Michael Michaelis, pilote d’American Airlines, a déclaré lors de la réunion : « Ces gars ne savaient même pas que ce fichu système était à bord de l’avion, ni personne d’autre ».

Michaelis, qui est aussi le chef de la sécurité du syndicat, a également exhorté Boeing à pousser la Federal Aviation Administration (FAA) à publier une directive de navigabilité d’urgence supplémentaire afin de mettre à jour le logiciel. La FAA avait déjà publié une directive après le crash de Lion Air, demandant aux compagnies aériennes de réviser leurs manuels de vol pour y inclure des renseignements sur la façon de réagir à un mauvais fonctionnement du système anti-décrochage appelé MCAS. Mais M. Michaelis a poussé Boeing à envisager d’en demander un autre afin de mettre à jour son logiciel.

Michaelis demanda lors de la réunion : « Ma question pour vous, en tant que Boeing, est pourquoi ne pas dire que c’est la chose la plus intelligente à faire ? » « Disons que nous allons faire tout ce que nous pouvons pour protéger ce public de voyageurs conformément à ce que nos syndicats de pilotes nous disent », avait-il ajouté.

Selon CNBC, Todd Wissing, un autre pilote américain, était furieux que le système MCAS ne soit pas inclus dans le manuel de formation de Max. Il s’est indigné lors de la réunion et a dit aux dirigeants de Boeing : « J’aurais pensé qu’il serait prioritaire de donner des explications sur les choses qui pourraient vous tuer ».

Cependant, M. Sinnett a déclaré que le géant américain de construction d’avion ne croyait pas que les pilotes de leurs clients avaient besoin de connaître l’existence du logiciel, puisqu’ils avaient déjà reçu une formation sur la façon de se comporter en cas d’urgence. En effet, le Boeing 737 Max est une mise à jour du 737 initial pour lequel les pilotes avaient déjà été formés. Boeing n’a pas jugé utile de faire une nouvelle certification qui pourrait lui perdre le temps. M. Sinnett a déclaré aux pilotes :

« Je ne sais pas si le fait de comprendre ce système aurait changé le résultat. Nous essayons de ne pas surcharger les équipages avec des informations inutiles pour qu’ils sachent quelles sont les informations que nous croyons importantes ».

Boeing fait l’objet d’un examen minutieux pour la conception et la certification du 737 Max, ainsi que pour sa réaction aux deux accidents. La Federal Aviation Administration est également sous le feu des critiques pour son rôle dans l’approbation du Max et pour sa décision d’attendre des jours après le deuxième accident avant d’interdire le 737 Max de vol.

En fin avril dernier, un article du journal le monde a rapporté que les inspecteurs de l’agence fédérale de l’aviation avaient découvert que Boeing avait choisi de rendre optionnel et payant le signal d’alerte lumineux depuis 2018, après que Southwest Airlines a demandé au constructeur américain de le réactiver à la suite de l’accident d’un 737 MAX de Lion Air en octobre dernier. Ils avaient émis l’hypothèse d’une immobilisation des avions pour se donner le temps de déterminer si les pilotes avaient besoin ou pas d’une formation supplémentaire, selon les sources d’information. Mais, après des discussions, les inspecteurs avaient finalement abandonné cette option.

Lors de la réunion privée, M. Sinnett a reconnu que le constructeur évaluait les défauts de conception potentiels de l’avion, y compris son nouveau logiciel anti-décrochage. Il a dit à ce sujet aux pilotes : « L’une des questions sera de savoir si notre hypothèse de conception est fausse ». « Nous sommes en train de réfléchir à la question : nos hypothèses étaient-elles vraiment valides ? » Pour ne pas dire, pendant que Boeing réfléchissait à l’époque à son hypothèse de conception, les 737 Max continuaient à voler, avec cette hypothèse de conception incertaine, transportant des milliers de personnes par jour.

Lors de la réunion, M. Sinnett est resté inébranlable sur le fait que les pilotes devraient savoir comment faire face à un dysfonctionnement du nouveau logiciel à bord de l’avion, compte tenu de leur formation existante. Boeing a refusé de commenter la réunion de novembre. Dans un communiqué, la compagnie a déclaré : « Nous nous concentrons sur la collaboration avec les pilotes, les compagnies aériennes et les organismes de réglementation mondiaux afin de certifier les mises à jour du Max et de fournir une formation supplémentaire pour que les avions puissent reprendre leur vol en toute sécurité ».

Depuis son interdiction de vol, les 737 Max sont restés immobilisés au sol jusqu’à présent et Boeing travaille toujours sur une mise à jour du logiciel. D’après CNBC, la compagnie a révélé également qu’elle était au courant du problème lié aux capteurs du Max Jet l’année précédant le crash du Lion Air, mais qu’elle n’a pas émis de correctifs. Avec ces nouvelles révélations et le premier rapport sur le crash d’Ethopian Airlines, les pilotes seront peut-être lavés de toute accusation de mauvaises manipulations.

Lire aussi : Faisant face à des questions pointues, le PDG de Boeing refuse d’admettre les défauts du design du 737 Max

Sources : Developpez.com par Stan AdkensCNBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *