Un chercheur affirme avoir décodé le “le plus mystérieux livre au monde” en seulement deux semaines


Un professeur de l’université de Bristol, au Royaume-Uni, aurait déchiffré le code derrière les écritures du manuscrit de Voynich. Le langage utilisé dans ce manuscrit de 200 pages est resté un mystère depuis qu’il a été découvert il y a plus d’un siècle.

Le manuscrit de Voynich porte le nom de Wilfrid M. Voynich, un antiquaire et libraire polonais qui a obtenu le manuscrit en 1912. D’après sa datation par le radiocarbone, il date du milieu du XVe siècle. Strictement parlant, ce n’est pas du code, mais plutôt une langue perdue : une sorte de proto langues romanes.

Néanmoins, ses secrets ont échappé aux cryptographes, linguistes et informaticiens, dont Alan Turing et les spécialiste en décodage du Bletchley Park (Royaume-Uni), le FBI, et plus récemment, l’intelligence artificielle. Pourtant, ils se sont apparemment révélés au Pr Gerard Cheshire de l’université de Bristol après seulement deux semaines, grâce à “une combinaison de pensée latérale et d’ingéniosité”.

page-manuscrit

Une illustration tirée des manuscrits montre la baignade des enfants. (Voynich manuscript)

Selon M. Cheshire, c’est le seul exemple survivant connu d’une langue proto-romane, un ancêtre linguistique des langues modernes, dont le français, l’espagnol, l’italien et le roumain. On pensait que la langue avait été perdue grâce à la prédominance du latin dans les documents écrits de l’époque : “la langue de la royauté, de l’église et du gouvernement”, précise le Dr Cheshire.

La langue contient un mélange de symboles reconnaissables et inconnus, sans ponctuation spécifique. Au lieu de cela, les symboles des lettres sont adaptés pour suggérer la ponctuation ou la prononciation. Le langage ne contient pas seulement des diphtongues, des sons formés par la combinaison de deux voyelles, mais aussi des triphtongues, des quadriphtongues et même des quintiphtongues. M. Cheshire explique qu’ils sont utilisés, de façon quelque peu contre-intuitive, pour abréger les parties phonétiques des mots. Notamment, la langue est entièrement dépourvue de majuscules.

page-manuscrit

Le mot palina, une tige pour mesurer la profondeur de l’eau, accompagné d’une illustration. (Voynich manuscript)

Selon M. Cheshire :

J’ai vécu une série de moments d’eurêka en déchiffrant le code, suivi d’un sentiment d’incrédulité et d’excitation lorsque j’ai réalisé l’ampleur de l’exploit. Tant par son importance linguistique que par les révélations sur l’origine et le contenu du manuscrit.

Le document révèle qu’il a été réalisé par des religieuses dominicaines pour la reine d’Aragon, Marie de Castille, grande tante de Catherine d’Aragon, la première épouse d’Henri VIII d’Angleterre.

Son contenu comprend des remèdes à base de plantes médicinales, des textes d’astrologie, des pratiques thérapeutiques pour le bain et des écrits sur la reproduction et le rôle parental.

Le manuscrit contient également une carte (ci-dessous) commémorant le sauvetage des survivants de l’île de Vulcano à la suite d’une éruption volcanique en 1444, une mission de sauvetage menée par la reine Marie elle-même. Le décodage de la carte donne au manuscrit une date d’origine plus précise.

manuscrit-voynich

La carte représentant le sauvetage de Vulcano. A : le volcan en éruption qui est devenu Vulcanello, près de Vulcano. B : le volcan d’Ischia. C : Castello Aragonese. D : l’île de Lipari (Voynich manuscript)

On pense que le manuscrit est devenu la propriété de Wilfrid M. Voynich lorsque le Castello Aragonese en Italie a été vendu en privé et son contenu enlevé. C’était autrefois la maison d’Alphonse V d’Aragon, mari de Marie de Castille. Toutefois, ce fut un mariage malheureux et elle a passé une grande partie de son temps en Espagne.

Il y a beaucoup de scepticisme à l’égard de ces dernières révélations, et même s’il est admis que le Pr Cheshire a découvert les moyens de traduire le document, le dur travail de la traduction complète reste à faire.

L’étude publiée dans la revue Romance Studies : The Language and Writing System of MS408 (Voynich) Explained et présentée sur le site de l’université de Bristol : Bristol academic publishes solution to Voynich mystery.

Lire aussi : Le Codex Gigas (Bible du Diable) : le plus grand manuscrit du monde

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *