Les plus vieux arbres connus des zones humides de la planète sont en Caroline du Nord

Moins de 1% des anciennes forêts de cyprès chauves ont survécu à l’exploitation forestière dans l’histoire de l’Amérique, mais maintenant, un professeur et chercheur de l’Arkansas a découvert des arbres qui étaient vivants six siècles avant la naissance de Jésus. Ils survivent aujourd’hui à une heure de route de Wilmington, en Caroline du Nord.

Un professeur de géosciences, David Stahle, et son équipe de chercheurs affirment que les cyprès chauves de Black River, en Caroline du Nord, sont les plus vieux arbres des milieux humides connus dans le monde, dans l’une des “plus grandes régions naturelles de l’est de l’Amérique du Nord”. Certains de ces arbres datent de 605 avant J.-C., soit 2 624 ans, de loin les plus vieux arbres vivants jamais trouvés dans l’est de l’Amérique du Nord. Ils croient qu’il pourrait y avoir des arbres plus vieux dans la région.

L’écosystème le long de Black River est demeuré intact sur la majeure partie de sa longueur de plus de 100 kilomètres. M. Stahle a été étonné de découvrir que l’habitat humide vierge s’étendait sur des kilomètres et qu’il restait de nombreux secrets à découvrir pour les écologistes et les scientifiques.

“La superficie des vieux cyprès chauves de la forêt était dix fois plus grande que je ne le pensais”, a dit M. Stahle. “Nous pensons qu’il y a encore de vieux arbres dehors.”

Depuis plus de deux décennies, The Nature Conservancy a préservé 16 000 acres d’anciennes forêts de cyprès chauves le long de Black River en Caroline du Nord, mais des milliers d’autres acres risquent de disparaître à jamais. Grâce aux travaux de M. Stahle, une partie de ce patrimoine sera préservée, mais ils espèrent que leurs dernières découvertes inciteront les particuliers, les États et le gouvernement fédéral à le conserver davantage.

En se rendant dans Black River, les observateurs disent qu’ils peuvent avoir l’impression de remonter dans le temps.

“Ces arbres sont là depuis si longtemps. C’est quelque chose qu’on ne vit nulle part ailleurs. On ne s’approche pas de quelque chose d’aussi vieux ou d’aussi important dans toute sa vie. Et quand vous arrivez ici, vous obtenez cette chronologie, et vous la sentez”, explique le Capitaine Charles Robbins de Cape Fear River Watch.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de carottes dans les arbres d’une manière qui, selon eux, ne leur fait pas de mal. Le mince tube de bois extrait ouvre une fenêtre sur les changements climatiques tout au long de la vie des arbres, révélant les schémas de sécheresse et d’inondation qui se sont produits au cours des millénaires.

Selon Newsweek :

“En fait, les chercheurs affirment que les échantillons d’arbres ont fourni l’indicateur climatique le plus long et le plus daté – une source d’information climatique tirée de matériaux naturels qui peut être utilisée pour estimer les conditions passées – dans l’est de l’Amérique du Nord, montrant des signes de sécheresse et d’inondations pendant la période précoloniale.

La découverte est étonnante pour plusieurs raisons.

“C’est une découverte remarquable et c’est aussi une merveille qu’un organisme puisse vivre aussi longtemps. Et quand on ajoute à cela les anneaux annuels qui enregistrent l’histoire de l’environnement, c’est un record paléoclimatique énorme”, explique Stahle.

Les cyprès chauves de Caroline du Nord détiennent maintenant le record des plus vieux arbres des zones humides. un autre cyprès chauve du Mexique et du Texas, le cyprès de Montezuma, peut vivre 1 500 ans ou plus. Ces arbres sont devenus un point de ralliement pour les écologistes qui s’opposent à un mur de la frontière sud.

L’un des plus vieux arbres du monde demeure le pin Bristlecone du Grand Bassin, âgé de 5 066 ans.

Viennent ensuite le Fitzroya cupressoides du Chili, âgé de 3622 ans, et le séquoia géant, l’arbre le plus massif du monde et l’un des plus vieux, âgé de plus de 3266 ans.

fitzroya

https://twitter.com/EarthCareAwards/status/435650741793857536

Voir la vidéo des arbres anciens de David Stahle ci-dessous :

Lire aussi : Les arbres communiquent les uns avec les autres à l’aide d’un “Internet” de champignons

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *