Quelqu’un a laissé des seaux de minerai d’uranium radioactif dans le musée populaire du Grand Canyon

Quelque chose d’inexplicable s’est passé au musée du Grand Canyon, et la vérité est plus étrange que la fiction.

Tout a commencé en mars 2018, lorsque le fils adolescent d’un employé du parc a testé leur compteur Geiger dans la salle de collection du musée. Alors que le jeune passionné de radiations errait dans l’espace, ils ont remarqué que l’instrument a soudainement atteint un pic.

C’est ici, juste à côté de l’exposition sur la taxidermie, que les fonctionnaires ont trouvé trois seaux remplis à ras bord de minerai d’uranium hautement radioactif. L’un des contenants de 19 litres était tellement surchargé qu’il ne pouvait même pas fermer correctement.

Ce n’est qu’à ce moment-là que la vérité a été pleinement comprise : pendant près de deux décennies, depuis que les seaux ont été inexplicablement apportés au musée, les touristes, les employés et les enfants étaient passés à proximité d’une source de rayonnement dangereuse.

Après huit mois de silence de la part du US National Park Service (NPS), l’histoire atteint enfin le public.

Le 4 février, AZ Central rapporte qu’un email malhonnête a été envoyé à tous les employés du NPS détaillant toute la débâcle et blâmant “l’échec de la haute direction”.

Il a été rédigé par nul autre que le directeur de la sécurité, de la santé et du bien-être du parc, Elston “Swede” Stephenson, qui a découvert l’uranium et l’a signalé aux responsables du service du parc en juin 2018, quelques mois après sa découverte et son transfert dans un autre bâtiment.

M. Stephenson, qui s’inquiétait principalement des conséquences sur la santé, dit qu’il a envoyé à maintes reprises des emails aux responsables du NPS pour les exhorter à informer le public. Mais après des mois d’attente infructueuse, il a pris les choses en main.

“Si vous étiez dans le bâtiment des collections du musée entre l’an 2000 et le 18 juin 2018, vous avez été ‘exposé’ à l’uranium selon la définition de la [Occupational Safety and Health Administration]”, écrit Stephenson dans l’email, selon AZ Central.

Bien que cette exposition n’entraîne pas nécessairement des conséquences dangereuses pour la santé, il a exhorté les employés inquiets à envisager de subir un examen médical.

“Ce qui est particulièrement préoccupant, ce sont les milliers d’enfants qui assistent à des ‘spectacles’ à proximité immédiate de l’uranium”, remarque Stephenson.

Juste à côté des trois seaux, explique-t-il, les enfants s’arrêtent souvent pour écouter les démonstrations du musée, ce qui signifie qu’ils sont parfois assis à côté d’une substance radioactive pendant 30 minutes ou plus.

En se basant sur les lectures de rayonnement et les normes de la Nuclear Regulatory Commission des États-Unis, Stephenson a conclu qu’en trois secondes, ces enfants auraient pu être exposés à des niveaux de rayonnement bien au-delà des normes de sécurité fédérales. Pour les adultes, cela aurait pris moins de 30 secondes.

En fait, il a calculé que l’exposition potentielle était plus de 1 400 fois supérieure au niveau sécuritaire pour les enfants et plus de 140 fois supérieure au niveau sécuritaire pour les adultes.

Grand Canyon

(Elston Stephenson/AZ Central)

Mais lorsque Stephenson a appelé des techniciens experts pour venir se débarrasser définitivement de l’uranium en juin 2018, il a dit qu’ils avaient gardé les relevés de radiation de son point de vue.

Une fois que les techniciens auraient déversé le minerai dans une mine voisine, ils auraient retourné les seaux radioactifs au musée. En novembre 2018, ils ont été retrouvés et retirés par des responsables de l’OSHA qui assuraient le suivi du rapport Stephenson.

Depuis l’envoi du courriel, Stephenson n’a pas eu de nouvelles du NPS, et il a dit à AZ Central qu’il pense que les fonctionnaires sont “en mode camouflage”.

Néanmoins, le Service du parc a assuré au public que l’uranium a été officiellement retiré et que les niveaux de rayonnement de fond au musée sont sous contrôle. Une enquête conjointe entre l’OSHA et le ministère de la Santé de l’Arizona est actuellement en cours.

Lire aussi : De la radioactivité de Fukushima trouvée dans le vin de Californie

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *