Une alerte nucléaire d’urgence envoyée à des millions de personnes au Canada s’avère être une fausse alarme


Les Canadiens de toute la province de l’Ontario ont reçu une alerte d’urgence d’urgence tôt dimanche matin au sujet d’un “incident” nucléaire dans la ville de Pickering, à 30 minutes de Toronto.

L’alerte a déclaré qu’elle s’appliquait aux personnes se trouvant dans un rayon de 10 kilomètres de la centrale nucléaire de Pickering, et alors qu’elle indiquait “AUCUN rejet anormal de radioactivité de la centrale”, les gens ayant reçu l’avis étaient terrifiés – jusqu’à ce qu’au moins certains reçoivent un deuxième avis plus d’une heure plus tard indiquant qu’il s’agissait d’une erreur.

L’alerte initiale envoyée aux téléphones cellulaires vers 7 h 30 indiquait que le “personnel d’urgence” réagissait à la situation, mais que les personnes se trouvant à proximité n’avaient pas besoin de prendre des “mesures proactives” à ce moment-là et qu’elles devraient être alertées pour obtenir d’autres nouvelles sur l’incident.

Cependant, les responsables ont confirmé vers 8 h 30 que l’alerte avait été envoyée par erreur. Certains destinataires de l’alerte ont reçu une autre notification après 9 h 00 disant “Il n’y a PAS de situation nucléaire active” et qui clarifiait l’erreur, mais les rapports en ligne montrent que tout le monde n’a pas reçu la deuxième alerte.

Le compte Twitter officiel de la Ville de Pickering a également confirmé qu’il n’y avait “aucun danger pour le public” malgré l’alerte, ce qui rappelle l’alerte à la menace de missiles balistiques accidentels beaucoup plus terrifiante envoyée aux Hawaïens il y a presque exactement deux ans.

Ontario Power Generation, qui supervise la centrale nucléaire, a également confirmé que la notification était une erreur et qu’aucun incident dangereux ne s’était produit. De nombreux responsables ont parlé de l’alerte de poussée accidentelle, y compris le maire de Pickering sur Twitter.

“Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été très troublé d’avoir reçu cette alerte d’urgence ce matin”, a-t-il écrit. “Bien que je sois soulagé qu’il n’y ait pas eu d’urgence réelle, je suis contrarié qu’une erreur comme celle-ci se soit produite. J’ai parlé à la Province et je demande qu’une enquête complète ait lieu.”

Lire aussi : Les lasers pourraient réduire la durée de vie des déchets nucléaires de “un million d’années à 30 minutes”, selon un lauréat du prix Nobel

Sources : ScienceAlert, Business Insider – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *