Le pilote de Solar Impulse 2 devient une légende de l’aviation

Par Marie-Noëlle Blessig,

À 62 ans, le pilote suisse de Solar Impulse 2 André Borschberg a marqué l’histoire de l’aviation avec un record de vol en solitaire à travers le Pacifique qu’il a définit comme «un voyage intérieur”.

Après avoir parcouru plus de 8000 kilomètres sur la dernière étape du tour du monde, il est arrivé à Hawaï vendredi dernier.

Son vol en provenance du Japon a totalisé 118 heures, près de cinq jours complets, brisant le précédent record du plus long vol en solitaire sans escale de 76 heures et 45 minutes détenu par l’aventurier américain Steve Fossett en 2006.

Le voyage difficile du pilote suisse ne s’est pas fait dans le luxe. Son avion fonctionne seulement à l’énergie solaire et son poids a donc dû être maintenu au minimum.

Borschberg a volé seul dans un cockpit où il ne pouvait que rester assis et a dormi pendant des intervalles de 20 minutes avec un brassard vibrant pour le réveiller en cas d’anomalie.

Avant le décollage le pilote a dit que ce voyage serait une «occasion extraordinaire de se découvrir soi-même”.

Lors de son atterrissage il a tweeté “c’est un rêve qui se réalise”.

Borschberg était en partenariat avec le psychiatre et aéronaute suisse Bertrand Piccard pour préparer le vol sans précédent à travers le monde avec un avion propulsé exclusivement par l’énergie solaire.

Solar Impulse 2 est parti de Abu Dhabi plus tôt cette année dans une tentative difficile de voler autour du monde sans utiliser de carburant.

L’avion va maintenant être piloté à travers les États-Unis et finalement si tout se passe selon le plan, retour au pays à Abu Dhabi en mars prochain.

Il compte 17.000 cellules photovoltaïques et possède à bord des batteries rechargeables au lithium qui lui permettent de voler la nuit.

solar_impulse_2-pilote-andré_borshberg

Le Solar Impulse 2, piloté par André Borschberg atterri à l’aéroport Kalaeloa d’Hawaii le 3 Juillet 2015

Son envergure est plus longue que celle d’un Boeing 747 mais il ne pèse que 2,3 tonnes, l’équivalent d’une grosse voiture.

Une passion pour l’aviation

Le pilote né à Zurich n’est pas étranger à l’aventure. Il y a quinze ans il avait échappé à une avalanche, puis en 2013 il a été impliqué dans un accident d’hélicoptère qui lui a laissé quelques blessures mineures.

Il a obtenu son diplôme en mécanique et thermodynamique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse et a poursuivi avec des maîtrises du MIT aux États-Unis.

Borschberg a auparavant travaillé comme pilote de l’armée et consultant pour la firme suisse McKinsey (avant de s’essayer à l’esprit d’entreprise,) co-fondateur d’une société spécialisée dans les microprocesseurs.

Il a supervisé la construction du premier avion Solar Impulse et en 2010 il a pour la première fois dans l’histoire volé 26 heures en ligne droite en utilisant uniquement l’énergie solaire.

En 2013 sur une période de deux mois le duo dynamique de l’aviation a fait le voyage à travers les États-Unis.

Depuis le 12 mars les deux hommes ont commencé un autre voyage avec Solar Impulse 2, avec Borschberg au pilotage de l’avion et Piccard en charge sur le terrain.

borshberg-pilote

Cette photo publiée le 2 Juillet 2015 montre André Borschberg après son vol de trois jours consécutifs

Trouver la force avec le yoga

Avec une stature imposante et une carrure athlétique, Borschberg attribue sa force mentale grâce au yoga et la méditation, où il s’exerce dans son jardin à son domicile sur les rives du lac idyllique de Genève.

Borschberg n’a pas laissé le minuscule cockpit de l’avion Solar Impulse l’empêcher de pratiquer le yoga. Le pilote a transformé son petit banc en un tapis de yoga, utilisant des postures spécialisées et adaptées pour lui par son yogi personnel Sanjeev Bhanot.

professeur-yoga-hangar-aéroport

Le professeur de yoga Sanjeev Bhanot masse André Borschberg dans le hangar à l’aéroport international Sardar Patel Vallabhbhai à Ahmedabad le 11 mars 2015

«Le yoga est un grand soutien pour ce vol au-dessus du Pacifique : il affecte positivement mon humeur et mon mental” a tweeté Borschberg jeudi avec une photo de lui-même dans une position de yoga.

Après le départ sans accroche, Borschberg a connu un problème médical avec l’un de ses yeux qui l’a forcé à réduire son vol au-dessus de l’Asie et à revenir en Suisse pendant plusieurs jours.

En plus des problèmes médicaux le vol a connu plusieurs retards en raison de la météo et a été contraint de s’arrêter au Japon avant de commencer l’étape du voyage à Hawaï.

Borschberg a atterri peu après l’aube vendredi à l’aéroport Kalaeloa sur la principale île hawaïenne d’Oahu, terminant son vol historique à travers le Pacifique et le propulse directement dans le livre des records.

Source : Phys.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *