Nouveau record : Le grand collisionneur de hadrons recrée les premières nanosecondes de l’existence

collisionneur

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) a atteint une nouvelle étape dans la collision de particules qui pourrait aider les scientifiques à comprendre le début de l’existence elle-même.

La réalisation remarquable par le plus grand et le plus puissant collisionneur de particules du monde a permis aux scientifiques d’étudier l’état de la matière qui existait juste après le Big Bang.

Ceci a été réalisé en utilisant des collisions d’ions lourds à haute énergie – 1045 milliards d’électron-volts – deux fois plus élevé que toutes les expériences précédentes.

Le record a été effectué par les physiciens de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), le 25 novembre.

Le pas de géant dans la collision de particules a été rendu possible par une période de maintenance de longue haleine qui a mis le super collisionneur hors tension entre 2013 et 2015.

Le LHC a été de nouveau opérationnel en avril et a depuis retrouver ses pleines capacités.

Le collisionneur puissant permet aux spécialistes de reproduire les conditions qui existaient au sein d’un milliardième de seconde après le Big Bang par la collision des faisceaux de protons à haute énergie ou des ions à des vitesses colossales – proche de la vitesse de la lumière.

collisionneur-ions

Le LHC a utilisé des collisions d’ions lourds à haute énergie, un record : 1045 milliards d’électron-volts

Les spécialistes de l’accélérateur au CERN à Genève ont travaillé sans relâche pour reconfigurer le LHC.

Les scientifiques ont effectué l’expérience d’ions lourds en collision le 17 novembre et les ont déclaré stables quelques jours plus tard.

Le directeur général du CERN, Rolf Heuer a déclaré : “C’est une tradition de faire entrer en collision des ions pendant un mois chaque année dans le cadre de notre programme de recherche diversifié au LHC. Cette année est cependant particulière comme nous atteignons une nouvelle énergie et allons explorer la matière à un stade encore plus précoce de notre univers”.

«Au début de la vie de notre univers, pendant quelques millionièmes de seconde, la matière était un milieu très chaud et très dense – une sorte de «soupe» primordiale de particules, principalement composée de particules fondamentales appelées quarks et gluons. Dans l’univers froid d’aujourd’hui, les gluons “collent” des quarks ensemble dans les protons et les neutrons qui forment la matière en vrac, y compris nous, aussi bien que d’autres sortes de particules.”

vie-terre-collisionneur

La percée pourrait aider les scientifiques à obtenir une nouvelle compréhension de la façon dont la vie a commencé sur Terre

Le LHC peut augmenter le volume et la température de la matière en augmentant l’énergie de collision d’ions lourds.

L’étude de ce matériau pourrait fournir aux scientifiques une nouvelle compréhension de la façon dont la vie a commencé sur Terre.

lhc-collisionneur-maintenance

Le LHC a subi une longue période de maintenance

Guy Wilkinson, le porte-parole du Large Hadron Collider beauty experiment (LHCb) a dit : “C’est une étape passionnante dans l’inconnu pour LHCb, qui possède des capacités d’identification des particules très précises. Notre détecteur va nous permettre d’effectuer des mesures qui sont très complémentaires de celles de nos amis ailleurs autour du globe”.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *