Bill Gates prévient que l’Humanité a « eu de la chance » avec le Covid ; un virus qui mettra « fin à la société » est à l’horizon


Le tsar officieux de la santé mondiale, Bill Gates, a déclaré que l’humanité avait “eu de la chance” avec le Covid-19, mais que cette chance n’était pas prête de durer. Selon Gates, qui s’est imposé comme le premier expert mondial en matière de virus, il y a plus de 50 % de chances qu’une autre pandémie mondiale survienne dans les 20 prochaines années et ce virus pourrait mettre fin à la société.

“Je dois dire, étant donné le bilan de cette pandémie, 20 millions de morts dans le monde, un million aux États-Unis, et cela aurait pu être bien plus fatal. Nous avons juste eu la chance que le taux de mortalité par cas soit de 0,2 %”, a déclaré M. Gates lors du sommet TIME 100 à New York mardi.

Selon Gates, le fondateur de Microsoft qui n’a pas pu sauver le système d’exploitation Windows des virus, “la probabilité d’une autre pandémie dans les 20 prochaines années, qu’elle soit naturelle ou intentionnelle, je dirais qu’elle est supérieure à 50 %”.

“Si l’on considère à quel point la pandémie de COVID-19 a été déstabilisante malgré un taux de mortalité extrêmement faible, si un autre virus émerge avec une virulence similaire mais un taux de mortalité beaucoup plus élevé – disons 5 % – cela pourrait ‘mettre fin à la société'”, a déclaré M. Gates.

Un tel avertissement est particulièrement inquiétant de la part d’une personne comme Gates, qui semble se délecter des restrictions imposées à l’humanité par des gouvernements autoritaires utilisant des mesures d’urgence sanitaire pour supprimer les libertés de la société.

Au cours de son entretien avec le magazine TIME 100, M. Gates a fait l’éloge de l’Australie et de Taïwan, deux pays qui ont imposé des contrôles extrêmement restrictifs à leurs citoyens pendant la pandémie. Selon M. Gates, les États-Unis doivent tirer les leçons de ces pays et mettre en place des restrictions plus sévères à l’avenir.

M. Gates a également exhorté les États-Unis à financer une équipe Global Epidemic Response and Mobilization gérée par l’Organisation mondiale de la santé. Composé de 3 000 “experts” en maladies infectieuses triés sur le volet, ce groupe mènerait des “exercices d’épidémies” dans les pays afin de tester leur état de préparation.

Le mois dernier, M. Gates a déclaré au journal espagnol El Diaro qu’il y avait 50 % de chances que la “prochaine pandémie” soit causée par le changement climatique ou diffusée intentionnellement par un “bio-terroriste”.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. jules dit :

    Si çà pouvait mettre fin a ces connerie sa serait chouette

  2. Cafard34 dit :

    On a de la chance d’avoir Bill Gates aux commandes avec “son” fric, qui va nous débarrasser peu à peu et par tous moyens, d’une partie de l’humanité et de nos biens, et ainsi nous rendre heureux (les survivants).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *