Deux régions du cerveau semblent plus synchronisées chez les personnes qui réussissent à arrêter de fumer

fumer

L’image montre la connectivité fonctionnelle moyenne entre les régions du cerveau et la partie postérieure du cortex insulaire.

Par Kate Bagaley,

Les scientifiques ont découvert une différence dans les cerveaux des fumeurs qui cèdent à leurs envies irrésistibles quand ils essayent d’arrêter de fumer et ceux qui évitent une rechute. Une étude publiée aujourd’hui dans Neuropsychopharmacology suggère que les personnes ayant cessé de fumer ont une plus grande connectivité entre les différentes parties de leur cerveau.

Quand une envie de cigarette se fait connaitre, une partie du cerveau appelée cortex insulaire devient actif. Cette région relie les sensations physiologiques et cognitives; les scientifiques croient que cette activité peut inciter des fumeurs à devenir conscient de leurs envies irrésistibles. Le cortex insulaire peut être partagé en plusieurs parties, qui peuvent avoir des rôles uniques dans le maintien de la dépendance.

“Autrement dit, le cortex insulaire envoie des messages à d’autres parties du cerveau qui prennent alors la décision de prendre une cigarette ou non,” a déclaré le co-auteur Merideth Addicott de l’Université Duke dans un communiqué de presse.

Addicott et son équipe ont scanné le cerveau de 85 fumeurs avant et après qu’ils aient essayé d’arrêter de fumer, ils cherchent à évaluer les interactions synchronisées entre le cortex insulaire et d’autres régions du cerveau (une mesure connue sous le nom de connectivité fonctionnelle) lorsque le cerveau est en état de repos et que les participants n’effectuent pas des tâches particulières.

Après 10 semaines, près de la moitié des fumeurs avaient rechuté. Par rapport à ceux qui n’ont pas résisté, les fumeurs qui se sont abstenus avaient augmenté l’activité simultanée entre le cortex insulaire et le cortex moteur primaire, les parties du cerveau qui reçoivent les sensations et envoient des signaux de mouvement.

Des études antérieures ont suggéré que le cortex insulaire a un rôle clé dans la dépendance et la cessation, ont dit les chercheurs. Les nouveaux résultats suggèrent qu’il est possible d’avoir une connectivité plus fonctionnelle dans cette zone, le mécanisme qui rend plus facile pour certaines personnes de résister à l’envie d’une cigarette. Mais plus de recherches sont nécessaires pour comprendre plus exactement cette grande connectivité qui augmente les chances de succès, et les scientifiques pourraient moduler l’activité du cortex insulaire pour aider les gens à arrêter de fumer, selon les chercheurs.

Source: Brain Decoder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *