Halloween et films d’horreur : Pourquoi aimons-nous avoir peur ?

peur-halloween

Les stores sont étroitement tirés, la porte est fermée à double tour, et vous êtes équipés d’une couverture particulièrement épaisse prête à couvrir vos yeux et boucher vos oreilles. Vous commencez provisoirement le film tout en sachant que vous ne serez pas capable de bien dormir pendant des semaines ou d’aller à la douche sans craindre ce qui pourrait se cacher derrière le rideau.

À l’approche d’Halloween, beaucoup d’entre nous qui ont dépassé l’âge d’aller demander des bonbons vont regarder un film d’horreur – un petit plaisir un peu étrange.

Des histoires sanglantes gores, des bêtes de l’au-delà et des personnages terrorisés, nos cerveaux devraient sans doute être programmés pour éviter les films d’horreur. Alors, pourquoi des millions de personnes se font peur pour se divertir ?

Au-dessous du faux sang et des prothèses, les films d’épouvante ont un centre plus “doux” : ils ont le pouvoir de nous unir et peuvent stimuler notre confiance. Ils sont aussi de grands collecteurs d’argent, réalisant un chiffre d’affaires brut de plus de 8 milliards de dollars dans le monde depuis 1995 (après les comédies romantiques), selon le site Web de statistique de films The Numbers.

“Je ne pense pas que l’on oublie notre premier film dhorreur. C’était Halloween de John Carpenter”, dit Chris Nials, le fondateur de The London Horror Society – une communauté de l’horreur – se rappelant sa première rencontre avec le genre à l’âge de 11 ans.

Il a regardé le classique de 1978 à l’insu de ses parents, et le frisson a fait de lui un grand fan du genre.

«J’ai été saisis dès le départ. Bien que j’étais incroyablement nerveux avant de le regarder. Le frisson que j’obtiens encore lorsque je regarde un nouveau film est toujours là. Pour moi, être effrayé de manière contrôlée est presque comme un sport extrême ou un tour de montagnes russes.  Je pense que c’est le même sentiment que quelqu’un obtient quand il regarde ou entend une œuvre d’art qui résonne en lui. Pour moi, je ressens ce “boost” lorsqu’un film me touche émotionnellement et est chargé avec des rebondissements et surprises. J’aime quitter le cinéma ou le canapé en pensant encore des heures à ce que j’ai vu.”

Cette attirance vers la peur contrôlée est la clé de l’appel de l’horreur, et les autres actions du genre avec les poursuites d’adrénaline comme les sports extrêmes.

Quand une personne a peur, l’amygdale, un ensemble de neurones dans le cerveau en forme d’amande, déclenche la réponse «combat ou fuite», provoquant des sueurs, la dilatation des pupilles, et assure que le corps est alimenté à la dopamine et l’adrénaline.

Nos organismes répondent généralement à la peur de cette manière, mais des sentiments de plaisir dépendent de l’individu s’il sait “inconsciemment” qu’il n’y a aucun risque.

peur-film-nosferatu

Film d’horreur de 1921 Nosferatu avec Max Schreck dans le rôle du vampire le Comte Orlock

Une récente étude menée par le Dr David Zald, professeur de psychologie à l’université Vanderbilt aux États-Unis, a montré que le cerveau de certaines personnes manquent de ce qu’il a appelé les «freins» à la libération de dopamine – ce qui signifie qu’ils sont plus attirés par le fait de se faire peur.

“La peur et le plaisir sont très étroitement liés. Les mêmes réactions physiologiques se produisent dans les deux cas, et en fait à l’aide d’une machine pour mesurer la fréquence cardiaque, la dilatation des pupilles, la conduction électrique de la peau, la fréquence respiratoire, et d’autres activités physiologiques ne seront pas vraiment vous dire si une personne a peur ou est excitée”, explique le Dr Bryan Roche, professeur de psychologie, université de Maynooth en Irlande.

“Pour certaines personnes, l’expérience de regarder un film d’horreur crée des sentiments physiologiques qui sont toujours interprétés comme “amusants”, “un court frisson” et ainsi de suite. Mais pour d’autres, les sentiments dans leurs corps sont interprétés comme de la “terreur” ou d’autres états négatifs similaires.”

Et le fait de profiter de cette sensation n’est pas un phénomène moderne. “S’effrayer soi-même” a longtemps été une façon d’unir les gens, leur donnant un sentiment d’appartenance et une augmentation des émotions, dit Margee Kerr, un sociologue qui se spécialise dans la peur.

“Nous nous effrayons depuis toujours – des histoires effrayantes autour d’un feu de camp au bord de falaises, jusqu’à la promenade en traîneau en bas des collines, nous poursuivions toujours le frisson.”

Par exemple, les montagnes russes peuvent sembler être une invention du XXe siècle, mais elles étaient en fait inspirées par des toboggans de glace russe au 17ème siècle, où les coureurs défilaient des pentes sur des luges à des vitesses élevées.

“Pour certains avoir peur dans un endroit sûr est une source de plaisir, fait se sentir bien physiquement et peut même apporter un élan de confiance en nous rappelant que nous pouvons le faire à travers une situation effrayante, nous sommes forts», ajoute le Dr Kerr.

Regarder un film d’horreur est aussi sans doute “une partie de notre d’héritage culturel et génétique”, explique le Dr Roche.

“Les humains aiment les expériences émotionnelles intenses dans des groupes. Les gens vont aux concerts de rock, au Vatican pour entendre le Pape parler, aux événements de la famille royale etc, éprouver un sentiment de connexion avec d’autres et partager des émotions intenses, même avec des étrangers.”

Et ceux qui craignent que leur penchant pour l’horreur est peut-être le symptôme d’un problème sous-jacent, les experts soulignent qu’il n’y a aucune preuve de cela – mais vous n’êtes certainement pas seul si vous vous sentez instable après avoir regardé un film d’horreur.

“Certes, si un individu est devenu obsédé par des images et des scénarios horribles cela pourrait indiquer des problèmes psychologiques importants“, déclare le professeur Glenn Sparks de The Brian Lamb School of Communication.

“Mais, dans l’ensemble, un effet plus dommageable peut-être ce que nous appelons des troubles émotionnels persistants que les gens peuvent ressentir après avoir vu quelque chose de particulièrement bouleversant. Ma recherche a montré que parfois les perturbations durent pendant des semaines, des mois, ou même des années.”

Source : The Independent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *