La Belle au bois dormant : le cas étrange de cette jeune femme qui peut dormir durant des dizaines de jours !


Récemment, la télévision colombienne a présenté une jeune femme de 17 ans capable de dormir durant plus d’un mois pratiquement sans interruption ! Cela a permis de faire à nouveau la lumière sur une maladie rare : le syndrome de Kleine-Levin (SKL).

Long sommeil et pertes de mémoire

Le média colombien Noticias Caracol a publié un reportage ce 23 octobre 2019. Il y dévoilait le quotidien de Sharik Tovar, une adolescente de 17 ans atteinte du syndrome de Kleine-Levin (SKL). Le premier épisode de long sommeil lié au syndrome de “la Belle au bois dormant” est apparu dés l’âge de deux ans chez la jeune femme.

Et s’il peut être difficile à vivre pour la personne touchée, il s’avère que le syndrome de Kleine-Levin est également difficile à vivre pour sa famille. Sa mère a raconté que durant un épisode de sommeil de 48 jours, Sharik avait perdu la mémoire temporairement. Après un autre épisode de 22 jours, la jeune femme était totalement perdue en se réveillant. Elle ne savait pas où elle était et n’avait même pas reconnu sa mère. En 2017, nous avions déjà évoqué un cas similaire, à savoir celui d’une fillette russe de 18 mois. Or, ce cas avait à l’époque longuement interrogé la communauté scientifique avant d’être associé au syndrome de Kleine-Levin.

La jeune Sharik Tovar ne quitte pratiquement jamais son lit !
Crédits : capture YouTube / Noticias Caracol

Vivre comme dans un rêve

Selon le portail de l’Association française de Narcolepsie Cataplexie et d’Hypersomnies rares (ANC), cette affection neurologique est très rare (1 à 5 cas pour un million). Le SKL touche principalement les adolescents âgés de 15 à 20 ans et majoritairement les sujets masculins. Les épisodes d’hypersomnie arrivent plus ou moins vite et l’individu dort alors entre 12 à 24 heures par jour durant plusieurs jours de suite. Évidemment, le cas de la jeune colombienne est un cas plutôt extrême.

Par ailleurs, les hypersomnies peuvent s’associer à des troubles du comportement et des troubles psychologiques. Citons par exemple des moments de boulimie ou encore une hypersexualité parfois décomplexée à l’extrême chez les garçons. Il peut également y avoir des changements excessifs d’humeur et de comportement. Les filles sont par exemple beaucoup plus assujetties à la dépréciation de soi et à des pensées suicidaires.

Évoquons aussi l’apparition de troubles cognitifs tels que des pertes de mémoire temporaires et des difficultés à se concentrer. Les patients qui en souffrent peuvent enfin ressentir des impressions d’irréalité des personnes ou des objets. Autrement dit, c’est comme s’ils vivaient dans un rêve.

Voici le court reportage diffusé par Noticias Caracol :

Lire aussi : HSAM : La condition extrêmement rare de la mémoire surhumaine

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *