HSAM : La condition extrêmement rare de la mémoire surhumaine


Que faisiez-vous le matin du 9 août 2002 ? Si vous êtes comme la plupart des gens, vous n’avez pas la moindre idée.

HSAM-super-mémoire

Si vous êtes l’une des rares personnes à posséder une mémoire autobiographique hautement supérieure (highly superior autobiographical memory – HSAM), vous vous souviendrez probablement de presque tout de la journée, même jusqu’à ce que vous ressentiez. Les scientifiques ne savent pas exactement ce qui donne cette superpuissance aux personnes atteintes de HSAM, mais ils ont quelques théories.

Une bénédiction et une malédiction

Le premier cas documenté de HSAM a été publié en 2006. Il racontait l’histoire de “AJ” – le pseudonyme de Jill Price, qui a depuis fait connaître son identité – et décrivait la façon particulière dont sa mémoire fonctionne. L’étude cite le courriel qu’elle a d’abord envoyé à une chercheuse au sujet de son don particulier : “Je peux prendre un rendez-vous, entre 1974 et aujourd’hui, et vous dire quel jour il tombe, ce que je faisais ce jour-là et si quelque chose de très important (ex. : L’explosion de Challenger, le mardi 28 janvier 1986) s’est produit ce jour-là. Je peux aussi vous décrire cela… Chaque fois que je vois une date défiler à la télévision (ou ailleurs), je retourne automatiquement à cette journée et me souviens où je me trouvais, ce que je faisais, quel jour c’était et encore et encore et encore et encore. C’est sans arrêt, incontrôlable et totalement épuisant.”

Depuis lors, quelques autres personnes se sont manifestées et – après des tests minutieux – ont été identifiées comme ayant une HSAM. Malgré cela, la condition est encore très rare et ne touche qu’une soixantaine de personnes dans le monde. Les scientifiques travaillent d’arrache-pied à étudier ces gens dans l’espoir de découvrir la racine de leur pouvoir et de découvrir comment fonctionne la mémoire humaine moyenne.

Qu’est-ce qui se passe ?

Il y a quelques éléments qui rendent les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des affections connexes différentes du reste de la population. La plupart semblent avoir des comportements obsessionnels, comme une tendance à collectionner, nettoyer ou organiser les choses à un degré inhabituel. Cela a un certain sens – quelqu’un qui “collectionne” et organise ses souvenirs aurait plus de facilité à s’en souvenir. Mais ça n’explique pas tout.

Les scintigraphies cérébrales montrent des différences structurelles dans les parties associées à la création de mémoire autobiographique, et les études montrent que lorsque vous demandez à des personnes atteintes de la condition et à des personnes ordinaires de se rappeler un événement en même temps, la plupart des gens l’oublieront après environ une semaine alors que les sujets atteints de HSAM se souviendront pendant une décennie ou plus.

Ce qui est plus intéressant à propos de la condition, ce ne sont pas leurs différences par rapport aux autres personnes, mais leurs similitudes. Par exemple, ce n’est pas parce qu’ils se souviennent à merveille de leurs souvenirs qu’ils sont parfaits : Les personnes atteintes de HSAM sont tout aussi sensibles aux faux souvenirs que le reste d’entre nous.

De même, les personnes atteintes de HSAM se souviennent de leurs souvenirs avec les mêmes systèmes que les autres. The Guardian rapporte : “Cela implique également que ce que les gens avec une HSAM font différemment de nous se produit quelque part entre l’encodage d’un souvenir et sa récupération – dans l’espace où la consolidation dans une mémoire à long terme a lieu.” C’est ce que tout le monde devine, mais les scientifiques tentent de le savoir.

Lire aussi : La mémoire parfaite est-elle un fardeau ou un super-pouvoir ?

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *