Hong Kong : plus grande manifestation depuis le début du mouvement de contestation


Le 18 août à Hong Kong s’est déroulée la plus grande manifestation d’opposition au gouvernement local pro-Pékin depuis plusieurs semaines de mobilisation. Les manifestants ont bravé l’interdiction de la police, sortant du périmètre autorisé.

Le 18 août, à Hong Kong, a été organisée la plus grande manifestation depuis plusieurs de semaines de mobilisation contre l’exécutif local pro-Pékin. Le Front civil des droits de l’Homme (FCDH), qui avait appelé à un rassemblement «rationnel et non violent», a estimé à plus de 1,7 million le nombre de manifestants. La police a de son côté avancé le chiffre de 128 000 personnes ayant participé à la manifestation autorisée dans un parc de la ville – sans compter celles massées dans les nombreuses rues avoisinantes.

La protestation, qui a débuté en juin et est sans précédent dans l’ex-colonie britannique, avait vu son image ternie cette semaine par des scènes de violences, après cinq jours de sit-in dans l’aéroport international. L’appel à manifester pacifiquement de ce 18 août visait notamment à démentir les accusations de «terrorisme» qui ont émané du gouvernement central chinois.

En début d’après-midi, la foule s’est d’abord massée sous une pluie battante dans le Parc Victoria, au cœur de l’île de Hong Kong, formant une mer de parapluies multicolores. Les manifestants ont ensuite défilé en direction du quartier d’Admiralty, plus à l’ouest, bravant l’interdiction de la police, qui n’avait autorisé qu’un rassemblement statique dans le parc.

Dans la soirée, des centaines de manifestants masqués tournaient autour du siège du gouvernement local, scandant «Reprenons Hong Kong, révolution de notre temps».

Heurts et accusations d’ingérence

Les manifestants ont commencé à descendre dans la rue, il y a deux mois, pour protester contre un projet de loi hongkongais qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, et qui est désormais suspendu. A présent, le mouvement a élargi ses revendications, exigeant des réformes de libéralisation politique, et dénonçant ce qu’il considère être une emprise de plus en plus forte de Pékin sur l’ancienne colonie britannique.

Les manifestations ont rapidement été marquées par des scènes de violences entre certains protestataires et les forces de l’ordre, les premiers mobilisant parfois des équipements et techniques impressionnants (lanceurs de grenade M320 selon le média public chinois CCTV, lasers, multiples projectiles dont des briques), les seconds répliquant en usant notamment de gaz lacrymogènes et de tirs de balles en caoutchouc. Plus de 700 personnes ont été arrêtées depuis deux mois.

Les autorités chinoises accusent en outre les Etats-Unis d’ingérence en faveur de ce mouvement. Pékin avait en effet mis en garde le 8 août le consulat américain, l’exhortant à «couper immédiatement tout lien avec des émeutiers anti-Chine» et à «cesser immédiatement toute interférence dans les affaires de Hong Kong».

Lire aussi : «Eviter tout recours à la violence» : des députés LREM interpellent l’exécutif… hongkongais

Source : RT France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *