Les légendes des Menehunes, peuple nain mythologique d’Hawaï qui existe peut-être encore aujourd’hui


Partout dans le monde, il y a des histoires sur des gens de stature géante, mais aussi sur des gens relativement petits.

Dans le courant dominant, ces histoires sont presque toujours appelées mythes, et la preuve est insaisissable. Les théories du complot abondent, suggérant que les squelettes géants ont été un secret soigneusement gardé. Cependant, il y a de nombreuses raisons de croire qu’il y a plus qu’un simple mythe à ces histoires de géants et de nains.

Dans la tradition hawaïenne, il y a beaucoup d’histoires sur les Menehunes, un peuple insaisissable à la petite taille, une “tribu pygmée” qui vivait dans les forêts profondes des îles Hawaïennes. Aujourd’hui, les populations locales désignent les structures qu’elles ont laissées derrière elles comme la preuve que les Menehunes étaient bien réels, et les premiers colons des îles avant l’arrivée des Polynésiens.

Ci-dessous, regardez Bradda Roy raconter la légende de l’étang de Menehune sur l’île de Kauai, dont les habitants disent qu’il est apparu après seulement une nuit au clair de Lune il y a 1 000 ans. L’étang, une merveille d’ingénierie, a été construit avec un mur de pierre de 275 mètres de long sur 1,5 mètre de haut. La légende raconte que le peuple Menehune a créé le mur, passant des roches de lave soigneusement équarries les unes aux autres sur une distance de plusieurs kilomètres jusqu’à une carrière. (voir vidéo ci-dessous)

“Ils appellent [l’étang à poissons] les ‘mains invisibles qui ont construit l’étang à poissons’. Ils disent être revenus un jour et que l’étang à poissons a été construit”, dit Roy. “Selon la légende, le peuple Menehune aurait construit cet étang. Les Menehunes sont des gens mythiques qui vivaient à Hawaï bien avant l’arrivée des Hawaïens.”

“La légende qui entoure l’étang à poissons est basée sur le mythique peuple Menehune, les petites gens espiègles d’Hawaï ayant réalisé des prouesses techniques légendaires. Les Menehunes vivaient dans la forêt et se cachaient des humains. Selon les légendes hawaïennes, le peuple Menehune a construit cet étang en une nuit. Ils ont réussi cette tâche incroyable en faisant la queue depuis le village de Kaumakani sur 40 kilomètres, passant des pierres au corps à corps pour construire l’étang. Bien que les légendes des Menehunes abondent, certains disent que le mot a pu dériver du mot tahitien Manahune signifiant plus commun, ou petit dans le statut social, pas dans la taille physique.”

Une autre structure que le peuple Menehune peut avoir construite dans le passé ancien est la Menehune ou fossé Kīkīaola à Waimea. Le fossé d’irrigation a été construit avec 120 blocs de basalte sculptés de 60 mètres.

Dans l’émission Finding Bigfoot, l’équipe fait un détour et explore les légendes des Menehunes. Ils visitent le musée de Kauai, où le conservateur, Chucky Boy Chock, leur raconte des mythes sur différentes espèces de Menehunes, dont Menehunia musclaris, boloheadus, kokee et commercialls. (voir vidéo ci-dessous)

Le mot Menehune vient du tahitien pour Manahune, qui est Tahitien pour ” le peuple du peuple”, dit Chock. “La question qui est toujours posée est : “Ces récits sont-ils de vraies histoires ? Il y a des preuves de cela.”

Chock pointe vers la rivière Menehune, aussi appelée rivière Alekoko, ainsi que vers l’étang aux poissons. Le nom de la rivière vient d’une autre partie de la légende selon d’autres sources hawaïennes.

“L’étang à poissons aurait été construit à la demande d’un chef nommé Alekoko qui a demandé un étang pour lui-même et un autre pour sa sœur Hāhālua. Les Menehunes ont accepté, mais, comme d’habitude, ils ont insisté pour que personne ne les surveille pendant qu’ils font leur travail.
Cependant, cette nuit-là, Alekoko n’a pas pu s’en empêcher, et il a cherché à voir comment se déroulaient les travaux de construction de l’étang à poissons. Les Menehunes ont immédiatement arrêté leurs efforts, puis ils se sont tous lavés les mains ensanglantées dans la rivière. C’est ainsi que l’étang a acquis son nom Alekoko qui signifie ‘Ondulations sanglantes’.”

Une preuve supplémentaire que les Menehunes étaient de vraies personnes et non un mythe, vient du fait qu’ils ont été comptés dans un recensement de la population.

Selon la bibliothèque de l’université d’Hawaï à Manoa :

“Vers 1500, Umi, roi de la Grande Ile, aurait fait un recensement de son royaume. Rassemblant tout son peuple dans une plaine près de Hualālai, il a demandé à chacun de déposer une pierre sur une pile représentant son district.
Le premier recensement de la population de l’histoire a eu lieu dans la vallée de Wainiha, Kauai, vers le début du XIXe siècle. Un recensement minutieux de la vallée a permis de dénombrer plus de 2 000 personnes, dont soixante-cinq ont été décrites comme étant Menehune. Menehune était la race légendaire de petits gens qui travaillaient la nuit à construire des étangs à poissons, des routes et des temples.”

D’autres sources suggèrent que le recensement de 1820 a compté 65 personnes en tant que Menehune.

Diverses histoires des Menehunes restent populaires dans les îles hawaïennes aujourd’hui. Certaines histoires disent qu’ils étaient comme des elfes ; d’autres disent qu’il s’agissait d’indigènes ordinaires de stature moyenne, tandis que d’autres disent qu’il s’agissait de personnes trapues et hautement qualifiées qui mesuraient environ 60 centimètres de haut. Leur nombre se chiffrait peut-être par centaines de milliers à un moment donné à travers les îles. (voir vidéo ci-dessous)

Ci-dessous, retrouvez l’histoire fascinante de l’historienne Aletha Ka’Ohi qui partage l’historique du “Mythical Menehune” pour la Société historique Kauai. Elle pense que les Tahitiens ont donné leur nom aux Menehunes afin de les qualifier d’inférieures sociales et qu’ils étaient les descendants des premiers colons d’Hawaï.

Plutôt que d’avoir une stature de nain, ils ont été imaginés de cette façon par les occidentaux qui sont arrivés plus tard. Selon les témoins qui partagent leurs histoires, les descendants Menehunes existent encore aujourd’hui, à travers les îles, et Menehune était un “nom commun d’esclave”.

“En réalité, les Menehunes étaient un peuple distinct dans l’Antiquité”, a dit Ka’Ohi.

L’historienne et bibliothécaire croit qu’il s’agissait de vraies personnes et décrit des outils en pierre uniques qu’ils utilisaient autrefois et qu’ils appelaient des marteaux-pilons. Un outil en pierre similaire a été trouvé à Ua Huka, dans les îles Marquises, en Polynésie française. Les deux îles sont distantes d’environ 3 650 kilomètres.

“Ce type de poudrier n’a été trouvé que sur l’île d’Ua Huka et l’île de Kauai”, explique Ka’Ohi.

Aletha Ka’Ohi note également des différences dans la prononciation et l’orthographe de la langue suggérant des liens avec la Polynésie française et le peuple Menehune. En fait, elle tire sa lignée des Marquises et se considère donc comme une descendante de la culture Menehune.

D’autres histoires suggèrent que le peuple Menehune s’est peut-être retiré sur l’île Necker toute proche. Selon Ancient Origins, ces gens auraient construit les anciennes pierres cérémonielles qui s’y trouvaient.

“De nombreux anthropologues pensent que l’île était un site cérémoniel et religieux. Selon les mythes et légendes des habitants de Kauai, qui se trouve au sud-est, l’île Necker était le dernier refuge connu des Menehunes. Selon la légende, les Menehunes se sont installés sur Necker après avoir été chassés de Kauai par les Polynésiens les plus forts et y ont ensuite construit les différentes structures en pierre. Les visites de l’île auraient commencé quelques centaines d’années après l’occupation des principales îles hawaïennes, et se sont terminées quelques centaines d’années avant le contact avec les Européens.”

Relativement près des îles Marquises sur l’île de Flores, en Indonésie, les archéologues ont récemment découvert une espèce humaine précoce, Homo floresiensis, en 2003. L’espèce a été surnommée “le Hobbit” et pourrait remonter à 190 000 ans. Le squelette d’une femme venait d’une petite personne qui mesurait à peine plus d’un mètre et pesait environ 30 kg.

Ces petites personnes connues pourraient-elles être liées à la culture Menehune d’une manière ou d’une autre ?

Selon le Smithsonian :

“Les individus de H. floresiensis se tenaient debout à environ 1 mètre de hauteur, avaient un cerveau minuscule, de grandes dents pour leur petite taille, des épaules haussées vers l’avant, pas de menton, un front en retrait et des pieds relativement grands en raison de leurs jambes courtes. Malgré la petite taille de leur corps et de leur cerveau, H. floresiensis fabriquait et utilisait des outils en pierre, chassait de petits éléphants et de gros rongeurs, faisait face à des prédateurs comme les dragons géants de Komodo, et a peut-être utilisé le feu.”

Il semble très probable que les Menehunes étaient de vraies personnes et que leurs descendants vivent encore aujourd’hui à Hawaï. Les mythes continuent de divertir les nouvelles générations. Ka’Ohi dit que les enfants doivent garder les oreilles grandes ouvertes pour entendre le son des murs du bâtiment Menehune. En réalité, ils auront peut-être seulement besoin d’écouter leurs voisins hawaïens.

“Les enfants adorent les histoires sur le peuple Menehune, et le meilleur moment pour ces histoires est la nuit parce que les Menehunes ne travaillent que la nuit”, a dit Ka’Ohi.

Lire aussi : Une expédition scientifique à la recherche d’une cité maya perdue connue sous le nom de “Jaguar Blanc”

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *