Une nouvelle étude met au défi l’une des principales théories de Darwin sur le début de la vie sur Terre


Une nouvelle étude remet en cause l’une des théories clés sur l’origine de la vie sur Terre, présentée pour la première fois par Charles Darwin. Il a suggéré que la vie a d’abord surgi dans des mares d’eau peu profondes.

Cependant, des chercheurs de l’University College de Londres ont réussi à créer des protocellules dans de l’eau de mer chaude et alcaline semblable aux milieux marins que l’on trouve près des évents hydrothermaux en eau profonde, ce qui suggère que la vie terrestre aurait pu commencer dans les parties les plus profondes du monde plutôt que dans les plus peu profondes.

“Il y a de multiples théories contradictoires sur où et comment la vie a commencé. Les cheminées hydrothermales sous-marines sont parmi les endroits les plus prometteurs pour les débuts de la vie – nos résultats ajoutent maintenant du poids à cette théorie avec des preuves expérimentales solides”, a déclaré l’auteur principal de l’étude, Nick Lane, dans une déclaration.

Des expériences précédentes ont tenté sans succès de former des protocellules, considérées comme l’un des éléments clés de l’évolution de la vie cellulaire. Cependant, la création de protocellules à partir de molécules simples présentes naturellement a réussi dans l’eau douce plus froide dans des conditions expérimentales étroitement contrôlées qui se sont ensuite effondrées lorsqu’elles ont été reproduites dans des environnements semblables aux évents hydrothermaux.

“D’autres expériences avaient toutes utilisé un petit nombre de types de molécules, principalement avec des acides gras de la même taille, alors que dans des environnements naturels, on s’attendrait à voir une plus grande variété de molécules”, explique le premier auteur Sean Jordan.

Dans Nature Ecology & Evolution, les auteurs notent qu’ils ont été capables de créer des protocellules capables de s’auto-assembler dans des environnements similaires aux évents hydrothermaux. En particulier, la chaleur, le sel et l’alcalinité n’ont pas entravé leur développement, mais ont contribué à le stimuler.

“Dans nos expériences, nous avons créé l’une des composantes essentielles de la vie dans des conditions qui reflètent mieux les environnements anciens que bien d’autres études en laboratoire”, a déclaré M. Jordan. “Nous ne savons toujours pas où la vie s’est formée, mais notre étude montre qu’on ne peut exclure la possibilité de cheminées hydrothermales en eau profonde.”

Les évents hydrothermaux océaniques se trouvent à des endroits dans le monde entier qui n’ont été accessibles aux humains que récemment grâce à une technologie de pointe. De telles caractéristiques marines sont des évents qui rejettent des minéraux sous la croûte terrestre. Au contact de l’eau de mer environnante, ces minéraux ont réagi pour créer un environnement chaud, riche en azote, caractérisé par des “cheminées” formées par des années de dépôts minéraux capables de suinter des fluides alcalins et acides. Dans l’ensemble, l’environnement fournit une énergie mûre pour les interactions entre l’hydrogène et le dioxyde de carbone qui peuvent former des composés organiques de plus en plus complexes.

Au fur et à mesure que nos connaissances sur les caractéristiques des cheminées hydrothermales dans les grands fonds marins se sont étendues, les chercheurs ont largement accepté l’idée que la vie terrestre a commencé dans les profondeurs très, très chaudes des parties les plus profondes de l’océan. Mais ce n’est pas si simple. Une étude réalisée en 2017 a ravivé la notion originale de Darwin auprès des partisans et des opposants des deux côtés de l’argumentation, d’autant plus que des cheminées hydrothermales ont été observées sur d’autres planètes de notre système solaire.

“Les missions spatiales ont trouvé des preuves que les lunes glacées de Jupiter et de Saturne pourraient aussi avoir des évents hydrothermaux alcalins similaires dans leurs mers. Bien que nous n’ayons jamais vu aucune preuve de vie sur ces lunes, si nous voulons trouver de la vie sur d’autres planètes ou lunes, des études comme la nôtre peuvent nous aider à décider où chercher”,a dit Lane.

Les tours sulfites sont le résultat d’années d’accumulation de sédiments à partir d’éléments hydrothermaux, comme on l’a vu ici au mont sous-marin Vailulu, récemment découvert aux Samoa américaines. Nautilus/Ocean Exploration Trust

Lire aussi : D’après l’Évolution, nous pourrions être la seule vie intelligente de l’Univers

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *