Une femme momifiée retrouvée enterrée en Sibérie portant des bas en peau de poulain et une croix en cuivre


Le pergélisol sibérien a si bien conservé cette femme du XIXe siècle que certains de ses vêtements sont restés parfaitement intacts.

La région de Yakoutie en Sibérie, près de l’Arctique russe, est si froide que les températures peuvent descendre en dessous de -60 degrés Celsius. C’est de mauvais augure pour les vivants, mais cela fait des merveilles pour préserver les morts.

Selon le Siberian Times, c’est là que le Dr Elena Solovyova a trouvé une momie cet été. Enfouie dans une fosse de sable sous le pergélisol, les éléments l’avaient si bien préservée que ses bas en peau de poulain et la croix chrétienne sur sa poitrine restaient intacts.

“Ses tissus mous se sont très bien conservés”, a dit Solovyova. “C’était une momification naturelle. Peut-être qu’elle a été enterrée en hiver et gelée.”

Selon The Sun, on a d’abord cru qu’il s’agissait du site de Lensky Ostrog – le premier établissement russe dans la région, fondé en 1632. D’anciennes datations au radiocarbone sur les tombes de la région ont confirmé l’idée que les sépultures s’y sont déroulées entre 1440 et 1670.

Cette dernière découverte, cependant, a anéanti tous les espoirs que ce fut le cas.

Les chercheurs ont analysé la croix de cuivre de la femme momifiée, qui ne semblait pas être traditionnelle.

Non seulement on craignait que ces dates ne soient pas fiables, mais la croix de cuivre, les vêtements et la datation au radiocarbone de la femme indiquent clairement qu’elle était d’origine yakoute – et non russe – et enterrée beaucoup plus tard.

Cela a forcé les experts régionaux à réévaluer ce qu’ils savent.

Selon le Daily Mail, alors que la femme était clairement chrétienne, elle était presque définitivement une yakoute d’origine ethnique et enterrée au milieu des années 1800. Si le site avait été celui de Lensky Ostrog, la conquête de la Sibérie aurait remonté aux années 1630.

“Après avoir nettoyé cette croix, nous avons remarqué qu’elle n’avait pas l’air très traditionnelle”, explique Solovyova. “Nous avons analysé les inscriptions et en sommes arrivés à la conclusion qu’elles avaient été faites par un maître yakutian local parce qu’il y avait quelques ‘erreurs’ dans les lettres.”

Non seulement les chercheurs croient maintenant que le site date du 19e siècle, mais qu’une partie des vêtements de la femme a été fabriquée à la machine. Ses bas en cuir étaient même ornés d’une torbasa – des bottes traditionnelles yakutiennes doublées de fourrure.

“La partie inférieure de ses vêtements est conservée”, dit Solovyova. “Il s’agissait de sous-vêtements en fourrure, de vêtements traditionnels yakutiens, plus des bas jusqu’aux hanches, faits de la peau d’un poulain avec de la fourrure dedans.”

D’autres vestiges déterrés en 2014 n’étaient pas datés de manière fiable pour correspondre à la fondation de Lensky Ostrog.

Alors que les archéologues comme Solovyova ne sont pas étrangers à déterrer des corps et à rencontrer des antiquités inesthétiques, elle se sentait mal à l’aise avec une analyse exhaustive sur les restes de la femme enterrée.

Nous n’avons pas fait toute la recherche morphologique [sur] cette femme, même s’il y avait un plan pour prendre les crânes des gens enterrés sur ce cimetière pour comprendre s’ils étaient Russes ou Yakoutes”, dit-elle. “Je ne pouvais pas faire ça pour des raisons éthiques.”

“La femme était momifiée, pas seulement des os éparpillés. Je ne pouvais pas me forcer à séparer sa tête de son corps. Mais je suis sûr que cette femme était Yakoute.”

Bien que Solovyova ne rejette pas la possibilité que ce cimetière ait pu être construit sur un cimetière beaucoup plus ancien – et que Lensky Ostrog puisse très bien s’asseoir en dessous – il n’y a tout simplement pas encore eu de preuve de cela.

Alors que la Sibérie continue de révéler des spécimens plus anciens comme des chevaux, des lions et des loups, il semble que le premier établissement russe dans la région n’ait pas encore été découvert.

Lire aussi : Les formes de vie anciennes de la Terre se réveillent après 40 000 ans dans le pergélisol

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *