Une tête de loup géante de 40 000 ans a été déterrée en Sibérie

Une énorme tête de loup préservée depuis la dernière période glaciaire a été retrouvée dans un état incroyable en Sibérie, environ 40 000 ans après avoir été ensevelie dans une nature sauvage gelée.

La tête géante, découverte par un homme local en 2018 le long des rives du fleuve Tirekhtyakh dans la République russe de Sakha (alias Yakoutie), mesure 40 centimètres de long, ce qui la distingue des spécimens de loups que les scientifiques ont étudié depuis toujours.

“Il s’agit d’une découverte unique des premiers vestiges d’un loup du Pléistocène adulte avec ses tissus préservés”, a déclaré au Siberian Times le paléontologue Albert Protopopov de l’Académie des sciences de la République de Sakha.

“Nous allons le comparer aux loups d’aujourd’hui pour comprendre comment l’espèce a évolué et reconstruire son apparence.”

(Albert Protopopov)

Cette découverte, qui fait suite à la découverte d’un certain nombre d’anciens lionceaux des cavernes dans la même région en 2015 et 2017, représente un autre animal étonnamment bien conservé retrouvé en Yakoutie : sa fourrure, ses crocs, son tissu cutané et même son tissu cérébral sont encore apparemment intacts.

Albert Protopopov, en collaboration avec des scientifiques de Suède et du Japon, étudie actuellement la tête, qui serait celle d’un loup adulte âgé de deux à quatre ans.

Leur travail comprendra l’analyse de l’ADN de l’ancien animal et l’utilisation de techniques tomographiques pour voir de façon non invasive à l’intérieur du crâne.

(Naoki Suzuki)

Selon M. Protopopov, il n’est pas rare de trouver des crânes de loup dans le dégel du pergélisol sibérien, mais ils sont rarement au même niveau que ce prédateur massif et ancien.

“Plusieurs chiots ont déjà été trouvés”, a déclaré M. Protopopov à l’agence de presse russe Interfax.

“La particularité de cette découverte est que nous avons trouvé la tête d’un loup adulte avec des tissus mous et un cerveau parfaitement préservés.”

(Naoki Suzuki)

Aux côtés du loup, les scientifiques examinent également un lionceau des cavernes nouvellement découvert, que l’on croit être une femelle. Les chercheurs pensent qu’il est peut-être mort peu après sa naissance et qu’il s’est conservé dans la glace.

Surnommé Spartak, le lionceau est également dans un état incroyablement intact, ce qui donne aux scientifiques une superbe occasion d’étudier et d’en apprendre davantage sur ces spécimens anciens.

“Leurs muscles, organes et cerveaux sont en bon état “, a déclaré la paléontologue Naoki Suzuki, de l’École de médecine de l’Université Jikei de Tokyo, à The Asahi Shimbun.

“Nous voulons évaluer leurs capacités physiques et leur écologie en les comparant aux lions et aux loups d’aujourd’hui.”

Lire aussi : Une étude suggère qu’une empreinte humaine de 15 600 ans est la plus ancienne jamais découverte dans les Amériques

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *