Une explosion de fracturation hydraulique en Ohio a laissé échapper plus de méthane en 20 jours que certains pays n’en émettent en un an


L’incident a produit 60 000 tonnes de méthane dans l’atmosphère.

fracturation-hydraulique-tremblements

En février 2018, un puits de gaz naturel appartenant à une filiale du géant pétrolier Exxon a explosé sur un site de fracturation hydraulique dans le comté de Belmont, près de la frontière entre l’Ohio et la Virginie occidentale. L’incident a forcé les habitants des environs à évacuer leurs maisons, mais personne ne s’est vraiment rendu compte de l’impact réel de l’explosion à ce moment-là.

Bien pire qu’il n’y paraissait

Aujourd’hui, une nouvelle étude utilisant la technologie des satellites révèle que la situation était bien pire que ce que l’on pensait au départ. Les nouvelles données montrent qu’au cours des 20 jours qu’il a fallu à Exxon pour boucher le puits, plus de 60 000 tonnes de méthane ont fui, à un rythme d’environ 120 tonnes de méthane par heure.

“L’éruption et la période pendant laquelle elle s’est produite ont contribué à l’émission de 60 000 tonnes de méthane dans l’atmosphère, et cela représente dans le cas de l’Ohio un quart des émissions annuelles provenant de l’industrie du pétrole et du gaz”, a déclaré à Radio WOSU Steven Hamburg, l’un des auteurs de l’étude et le scientifique en chef du Fonds de Défense de l’Environnement.

C’est plus de méthane que ce que certains pays émettent en un an, et la fuite est maintenant considérée comme la plus importante de l’histoire des États-Unis. Elle est deux fois plus importante que la fuite s’étant produite dans une installation de stockage de pétrole et de gaz en Californie en 2015, qui détenait auparavant le record de la plus grande fuite jamais enregistrée.

Mauvais pour l’environnement

C’est particulièrement déconcertant car le méthane est un gaz très dangereux pour l’environnement. “Le méthane est responsable d’un quart du réchauffement que nous connaissons actuellement”, a déclaré M. Hamburg.

“C’est un gaz à effet de serre très puissant mais de courte durée, donc la réduction de ces émissions aura le plus grand impact sur le ralentissement du réchauffement.”

Les nouvelles mettent en évidence l’importance croissante de regarder au-delà des combustibles fossiles pour répondre à nos besoins énergétiques. Et avec la stabilité et l’efficacité croissantes des énergies renouvelables, le moment est venu d’envisager des options alternatives.

Lire aussi : Le gouvernement du Royaume-Uni interdit la fracturation hydraulique jusqu’à ce que la recherche prouve qu’elle est “sûre”


Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *