7 Domaines de recherche controversés sur le plan éthique en science et technologie


La recherche scientifique contient une pléthore de dilemmes éthiques et moraux – à quel point sommes-nous allés trop loin ?

La science et la technologie sont les grands moteurs de l’innovation dans le monde qui nous entoure. Les percées technologiques et scientifiques aident les gens chaque jour, en apportant de l’eau potable aux nécessiteux, en donnant accès à l’information par Internet aux villages éloignés, en guérissant des maladies obscures.

De nombreux aspects de la découverte scientifique ne font l’objet d’aucune question éthique. Mais il y a aussi un certain nombre d’entreprises scientifiques qui repoussent les limites éthiques de ce sur quoi la science devrait tourner. Bien que tous les domaines de controverse que nous allons examiner présentent de grands avantages, ils s’accompagnent aussi de nombreux fardeaux éthiques, comme les dommages causés aux animaux, aux personnes ou à l’environnement.

Tout cela devrait nous amener à nous demander à quel moment les aspects négatifs de l’innovation éclipsent les aspects positifs qu’elle apporte. Et y a-t-il jamais une innovation qui soit si bénéfique pour le monde et l’humanité qu’elle mérite une tragédie éthique sur la voie du progrès scientifique et technologique ? Réfléchissez à ces questions alors que nous examinons sept domaines de la science et de la technologie éthiquement controversés…

1. IA

L’intelligence artificielle est à la pointe du techno-jargon de nos jours. Toutes les entreprises ayant quelque chose à voir avec la technologie l’utilisent comme un mot à la mode pour vendre leur produit. “Nouveau collier pour chien avec IA intégrée pour détecter quand votre chien est en détresse ! Installez notre simple plug-in informatique et nous optimiserons votre journée de travail.”

L’IA a certainement ses applications et ses avantages, mais il y a des domaines où elle présente de nombreux inconvénients. Prenons deux technologies d’IA clés qui présentent des avantages douteux, ou plutôt des inconvénients importants : Deep Fake et Neuralink.

Vous avez probablement entendu parler du deep fake, cette technologie d’échange de visages utilisée pour faire dire aux dirigeants mondiaux des choses qu’ils n’ont jamais faites.

Mais vous ne connaissez peut-être pas Neuralink. C’est l’un des projets technologiques d’Elon Musk visant à améliorer les interfaces cerveau-machine, à enregistrer les souvenirs et à réaliser d’autres progrès technologiques avec le cerveau.

En se concentrant d’abord sur Neuralink, les questions concernent l’éthique de la connexion des cerveaux humains aux machines et de l’utilisation de l’IA pour améliorer le fonctionnement du cerveau humain. Les questions éthiques portent principalement sur le développement de ladite technologie et ses effets secondaires potentiels. L’objectif de l’entreprise est d’optimiser le fonctionnement du cerveau humain, mais les tests nécessaires pour y parvenir seront nombreux. Cela signifie qu’il faudra faire des tests sur des cerveaux humains, avec des conséquences inconnues. À quel moment la promesse potentielle d’un progrès technologique radical ne vaut-elle pas la perte humaine potentielle dans le développement de la technologie ?

Avec Neuralink, nous sommes confrontés à une technologie, profondément fausse, qui présente moins d’avantages pour l’humanité. On peut dire qu’il y a peu de raisons de remplacer le visage de quelqu’un par celui d’un autre dans une vidéo – du moins, peu de raisons qui ne soient pas néfastes.

Pourtant, la technologie existe grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage machine. On continue à la rechercher sous le couvert de bénéfices grâce à une technologie de montage vidéo améliorée, mais au final, il n’y a aucun moyen d’empêcher qu’elle soit utilisée à des fins négatives.

Au bout du compte, l’intelligence artificielle a le potentiel de changer complètement notre façon d’interagir avec le monde, mais y a-t-il trop de points négatifs ? Le temps nous le dira…

2. CRISPR

Grâce à CRISPR, les scientifiques sont en mesure d’éditer les génomes humains. Cela signifie que les chercheurs peuvent modifier les séquences d’ADN et modifier le fonctionnement de nos gènes. Cela signifie la possibilité de corriger les défauts génétiques, de prévenir la propagation des maladies – ou pour faire des bébés sur mesure.

CRISPR est l’abréviation de CRISPR-Cas9, un outil d’édition génétique qui utilise l’enzyme Cas9 pour couper des brins d’ADN. C’est un peu comme du scrapbooking moléculaire.

L’idée et la mise en œuvre de CRISPR sont venues de la façon dont les bactéries se défendent, en découpant et en détruisant l’ADN des envahisseurs étrangers avant qu’ils ne puissent s’emparer de l’organisme.

CRISPR n’était qu’une théorie jusqu’à ce qu’en 2017, un article soit publié démontrant son fonctionnement.

Les scientifiques chinois ont commencé à utiliser CRISPR pour concevoir des bébés sur mesure ou créer des bébés humains avec des gènes modifiés, principalement sans aucune tendance aux défauts génétiques. Tout cela semble noble et peut potentiellement améliorer la qualité de vie de l’humanité, mais à quel prix ? Nous ne connaissons pratiquement pas les effets secondaires potentiels et s’il y en a, nous parlons de la vie humaine.

Concevoir des humains remet également en question ce qu’est exactement un humain. Sommes-nous des êtres naturels, ou est-ce qu’être un humain signifie simplement penser comme nous le faisons et que la forme ou le processus n’a pas d’importance ?

3. L’édition génétique (OGM)

En passant de l’édition de gènes humains à CRISPR, nous pouvons examiner les questions éthiques de l’édition de gènes sur d’autres êtres, comme les plantes. L’édition génétique englobe toutes les fois où un scientifique intervient dans la génétique d’un organisme.

Cette intervention crée des OGM ou des organismes génétiquement modifiés. Il en résulte des cultures plus fortes et plus résistantes à la sécheresse. Ou des cultures avec des rendements plus élevés à l’acre, entre autres choses.

Aujourd’hui, l’édition de gènes se fait partout dans le monde et se fait sur des plantes et des animaux, principalement dans le but d’améliorer la production alimentaire. Dans le domaine animal, l’édition génétique a été utilisée pour créer des porcs qui ne sont pas sensibles au syndrome reproducteur et respiratoire porcin, ou SDRP. L’édition génétique a été utilisée pour créer des porcs qui sont naturellement très résistants à la maladie, améliorant ainsi le bien-être des animaux.

Le processus d’édition génétique pour tous les organismes est supervisé par divers organismes fédéraux, évidemment selon le pays où l’on pratique cette science. Cela soulève de nombreuses préoccupations d’ordre éthique, surtout en ce qui concerne les effets secondaires qui pourraient en découler, et c’est encore un sujet très discuté par les éthiciens.

4. L’expérimentation animale

L’expérimentation animale est probablement le domaine de recherche scientifique le plus controversé de cette liste. Beaucoup de gens s’en moquent, tandis que d’autres s’y opposent avec véhémence. Pendant des années, les tests sur les animaux ont été utilisés pour créer de nouveaux et meilleurs produits pharmaceutiques, de meilleurs maquillages, de meilleurs shampoings, etc.

Le mot clé ici est “meilleur” car il signifie meilleur pour les humains. En fin de compte, l’expérimentation animale place la prévention de la souffrance humaine au-dessus de l’importance de la prévention de la souffrance animale. Dans certains cas, l’argument éthique en faveur de l’expérimentation animale est plus facile, par exemple la recherche sur le cancer ou d’autres activités qui permettraient d’éviter la mort d’êtres humains. Dans d’autres cas, l’argument est plus difficile, comme le développement d’un meilleur rouge à lèvres.

Le débat éthique sur l’expérimentation animale est un problème de la vie réelle. D’une part, il y a la souffrance humaine et d’autre part, la souffrance animale. Et il semble que nous n’ayons aucun problème avec la souffrance animale tant que c’est pour une plus grande cause.

En introduisant le sujet, nous l’avons fait paraître assez simple, mais, d’un point de vue scientifique, il l’est rarement. Un nombre croissant de scientifiques commencent à remettre en question la pertinence de la poursuite des essais sur les animaux à un moment où l’IA et d’autres technologies commencent à pouvoir modéliser et prédire avec précision les interfaces biologiques. De nombreux animaux sont victimes de la création de nombreux produits chimiques, est-ce que cela en vaut la peine ?

5. Essais sur les humains

La progression naturelle des essais sur les animaux est l’essai sur l’homme ou l’essai de médicaments sur des sujets humains. La recherche sur des sujets humains est souvent nécessaire pour amener les médicaments à la phase finale de l’approbation réglementaire. Elle sert de vérification finale de la façon dont un médicament ou un produit chimique donné interagira avec le système humain. Pourtant, à maintes reprises, elle a blessé, mutilé ou tué des personnes. Et nous devons nous demander encore une fois, à quel moment cela ne vaut-il plus la peine ?

L’histoire n’a pas été tendre avec la réputation des essais sur les humains, bien que les scientifiques s’efforcent constamment de créer des normes de sécurité dans le processus.

En 1947, on a découvert que deux médecins allemands avaient mené des expériences mortelles sur des prisonniers des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été poursuivis en tant que criminels de guerre dans le cadre des procès de Nuremberg. Les Alliés ont alors établi le Code de Nuremberg, qui est le premier document international pour le consentement volontaire de l’homme à la recherche.

Aujourd’hui, les tests sur l’homme sont seulement effectués si le patient y consent. Bien que cela amène souvent des personnes moins fortunées à s’inscrire à des essais sur des humains pour gagner un peu d’argent supplémentaire. L’éthique de l’ensemble de la situation de la recherche peut encore faire l’objet de débats passionnés.

6. Armes et R&D militaire

La mise au point d’armes militaires est un autre grand carrefour de la science et de l’éthique. Prenez, par exemple, le développement des bombes atomiques pendant le Projet Manhattan durant la Seconde Guerre mondiale. À bien des égards, les recherches menées au cours de ces expériences ont permis à l’humanité de mieux comprendre les atomes, les molécules et le quantum. À d’autres égards, ces recherches ont tué des dizaines de milliers de personnes.

La puissance militaire et la technologie des armes posent un dilemme éthique dû en grande partie à la nature de l’humanité. Si un pays donné n’investit pas de ressources dans le développement de la meilleure technologie d’armement, alors un autre pays plus puissant va simplement se jeter sur eux et les dominer. C’est ainsi que les choses fonctionnent aujourd’hui. C’est la malheureuse vérité de l’interaction des superpuissances mondiales.

Investissons-nous des ressources scientifiques dans le développement de meilleures armes pour nous protéger et ainsi tuer les autres, ou nous laissons-nous tuer et “protéger” les autres? Nous n’opterions certainement pas pour ce dernier, n’est-ce pas ?

7. La colonisation de l’espace

Comme il semble que la Terre a connu des jours meilleurs, il est peut-être temps d’abandonner notre planète et de passer à une nouvelle ardoise propre, comme Mars. Nous savons qu’il y a de l’eau liquide qui coule quelque part sur Mars, et nous savons aussi qu’il y a d’autres ressources pour nous aider à survivre.

Alors, pourquoi ne pas simplement y déménager l’humanité ?

Les plus grandes questions éthiques entourant la colonisation de Mars sont présentées lorsqu’on considère le potentiel de vie sur Mars ou le potentiel de vie future sur Mars. Nous ne pouvons pas affirmer avec une certitude absolue qu’il y a de la vie sur la planète. Déplacer l’humanité là-bas pourrait lui nuire. Nous ne savons pas non plus avec certitude que la vie ne se produira pas sur la planète par des moyens naturels. Si le déplacement de l’humanité interrompt la progression naturelle de la vie sur Mars, n’est-ce pas une question d’éthique ?

Les réponses à ces suppositions ont largement trait à la manière dont l’humanité dans son ensemble devrait aborder sa responsabilité éthique. Si vous croyez que la seule responsabilité éthique de l’humanité est envers elle-même, alors ce n’est probablement pas un problème. Si vous croyez que nous sommes responsables de toutes les formes de vie inférieures, alors vous rencontrerez d’innombrables dilemmes éthiques dans le processus.

En conclusion de cette discussion sur les dilemmes éthiques en science et en technologie, nous nous demandons encore une fois : que valent l’innovation et l’amélioration de l’humanité ? La réponse à cette question variera selon la personne à qui vous la poserez… mais demandez-vous ce que vaut l’innovation.

Lire aussi : Ces 10 structures abandonnées sont une fenêtre sur un passé oublié

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *