Selon les autorités chinoises, le scientifique des “bébés CRISPR” a falsifié les évaluations éthiques


En novembre, le scientifique chinois He Jiankui a annoncé qu’il avait créé les premiers bébés génétiquement modifiés au monde.

Le mouvement a été accueilli par une vague de critiques de la communauté scientifique et les médias l’ont rapidement qualifié de “Frankenstein chinois”.

Quelques jours plus tard, les autorités chinoises ont annoncé qu’elles lui interdisaient de poursuivre ses recherches et une enquête sur ses allégations a été lancée.

Le lundi, ces autorités ont révélé les résultats de leur enquête à l’agence de presse Xinhua – et si leurs affirmations sont fiables, il semble que ses recherches étaient encore plus contraires à l’éthique que prévu.

Selon des chercheurs de la province chinoise du Guangdong, ses recherches ont commencé en juin 2016 lorsqu’il a mis sur pied une équipe de chercheurs, dont certains viennent de l’étranger.

Il a ensuite recruté huit couples de volontaires pour participer au projet après leur avoir montré un faux certificat d’évaluation éthique – une énorme transgression éthique.

Tout comme le couple qui a donné naissance aux jumeaux génétiquement modifiés, tous les pères potentiels ont été testés positifs pour l’anticorps du VIH et toutes les mères potentielles négatives.

Pour contourner le fait que les personnes vivant avec le VIH n’ont pas le droit de participer aux efforts de procréation assistée, il a demandé à des bénévoles de remplacer les hommes lors des analyses sanguines.

Il a réalisé ses expériences sur les couples entre mars 2017 et novembre 2018.

Au cours de ces expériences, il a utilisé une technologie qui n’avait aucune garantie de sécurité ou d’efficacité pour modifier les gènes des embryons humains et les implanter chez les volontaires féminines, tout en évitant intentionnellement la surveillance, selon les autorités.

Une femme de l’un des couples est tombée enceinte et a donné naissance à des jumeaux. Une autre femme est toujours enceinte, et cinq autres n’ont pas réussi à tomber enceinte à la suite de l’expérience.

Le dernier couple a démissionné à mi-parcours du projet. Les autorités ont indiqué à Xinhua qu’elles prévoyaient d’assurer aux jumeaux et à la femme encore enceinte des visites de suivi et une observation médicale continue.

Peu après que les détails de l’enquête ont été dévoilés lundi, son employeur, la Southern University of Science and Technology, a annoncé qu’elle congédiait le scientifique déshonoré – mais le chômage est peut-être le dernier de ses soucis pour l’instant.

Les enquêteurs ont dit à Xinhua que ses recherches “ont gravement violé les principes éthiques et l’intégrité scientifique et ont violé les réglementations chinoises pertinentes”.

Maintenant qu’ils ont terminé leur enquête, ils affirment que la prochaine étape consiste à traduire en justice He Jiankui et ses complices en les transférant aux “autorités de sécurité publique” pour qu’ils puissent “être punis conformément aux lois et règlements” – et étant donné qu’il s’agit d’une première infraction du genre, on ne sait vraiment pas quelle pourrait être cette sanction.

Lire aussi : Un scientifique explique pourquoi les prétendues nouvelles de clonage de bébés sont plus choquantes que vous ne pourriez le réaliser

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *