Voici la preuve en images que nous sommes dans l’Anthropocène

Si vous vouliez résumer l’Anthropocène en une seule image, ce pourrait être celle-ci : une surface caillouteuse marquée par un éclat de croûte bleue clair appelée plasticrust (“croûte de plastique”).

Une image qui prouve de manière indélébile que notre culture plastique jetable est en train de créer une marque géologique sur la planète Terre.

La photo a été prise par Ignacio Gestoso, écologiste marin au Centre de recherche marine et environnementale (MARE) à Madère, Portugal, et son équipe. Maintenant, la substance a été analysée et les résultats publiés dans la revue Science of the Total Environment.

Le plasticrust a été repéré pour la première fois en 2016 et considéré comme une pièce unique. Mais de retour sur l’île en 2017 et 2019, M. Gestoso et son équipe ont découvert que non seulement la substance était toujours présente, mais qu’elle s’était propagée d’une seule observation à près de 10 % de la surface rocheuse de l’île pendant cette période de trois ans.

Plus tard, l’analyse chimique de la substance a révélé qu’il s’agissait d’un type de plastique extrêmement commun appelé polyéthylène, utilisé dans tout, de l’emballage à la construction. Et si la pollution plastique a fait couler beaucoup d’encre depuis cet épisode de “Blue Planet”, le plasticrust – disent les chercheurs – est un “tout nouveau type de pollution plastique”.

“En tant que chercheur en écologie marine, je préférerais faire état d’autres types de découvertes, et non d’un article décrivant cette triste nouvelle façon de polluer le plastique”, a déclaré Ignacio Gestoso à Earther.

“Malheureusement, l’ampleur du problème est telle que peu d’endroits sont exempts de pollution plastique.” (Comme l’ont montré les études sur la fosse des Mariannes, l’Arctique éloigné et le contenu des estomacs des poissons.)

Mais comment ce type particulier de pollution plastique est-il arrivé là ? Les chercheurs ne sont pas certains, mais ils soupçonnent que c’est lié au cycle continu des collisions hydrodynamiques de déchets plastiques contre les roches, c’est-à-dire à la configuration des vagues et de la marée.

Il existe différentes sources possibles de déchets plastiques dans une communauté maritime comme Madère, du tourisme à la pêche. Mais comme la plupart des déchets plastiques sont d’origine domestique, il est plus que probable que les plasticrusts étaient autrefois des matériaux d’emballage à usage unique, comme les sacs en plastique.

Une espèce de bigorneau mangeur d’algues a été observée sur le plasticrust, ce qui suggère que les escargots de mer pourraient ingérer le produit. M. Gestoso indique que de futures études devraient aider à déterminer si c’est le cas et, dans l’affirmative, quel effet cela a sur les escargots et la chaîne alimentaire en général. Ignacio Gestoso

Les auteurs de l’étude ne se réfèrent pas seulement aux plasticrusts récemment découverts, mais aussi à la pollution plastique en général, écrivent les auteurs de l’étude : “La dimension du problème est si grande qu’il est possible que notre ère actuelle génère un horizon marqueur anthropogénique du plastique dans les sédiments de la Terre.”

Le mot Anthropocène se traduit littéralement par la période géologique (-cène) de l’homme (anthropo-) et se réfère à la période (géologiquement parlant) où l’homme a été le principal moteur du changement climatique et environnemental. Ce n’est pas seulement le plastique qui est à blâmer, mais aussi les changements dans l’utilisation des terres et les émissions de combustibles fossiles.

C’est une expression controversée, qui n’est en aucun cas universellement reconnue par tous les experts du domaine. Il n’y a même pas de point de départ convenu, la plupart s’entendant pour dire qu’il a commencé au cours des 100 dernières années, mais certains remontent à la naissance de l’agriculture il y a des milliers d’années.

Pourtant, disent les auteurs de l’étude, “les effets de la pollution plastique d’aujourd’hui seront probablement tracés dans les couches géologiques sédimentaires”, soulignant une fois de plus l’impact de l’activité humaine sur la planète.

L’importance de ces plasticrusts doit encore être explorée et M. Gestoso a déclaré que son équipe prévoit maintenant de mener des études sur le terrain pour découvrir où les plastiques s’accumulent. Les études futures devraient examiner comment les plasticrusts affectent la faune locale et la chaîne alimentaire, comment ils se forment exactement et s’ils pourraient être répandus ou non.

Lire aussi : Anthropocène : l’ère de l’humain est en faite celle du poulet

Source : IFLScience – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *