C’est officiel : Nous avons maintenant une confirmation indépendante du méthane sur Mars


Il y a eu un grand remue-ménage lorsque des rapports ont révélé que le rover Curiosity avait détecté du méthane sur Mars. Mais il y avait un problème : on ne pouvait pas exclure que ses capteurs étaient défaillants, ou que quelque chose ait été mal interprété.

méthane sur Mars

Il semble maintenant que nous pouvons mettre fin à cette préoccupation, car une source indépendante a également détecté du méthane sur Mars.

Le 16 juin 2013, un jour avant que Curiosity ne détecte du méthane dans la même région, la mission Mars Express de l’Agence spatiale européenne, en orbite autour de la planète rouge, a détecté une bouffée de méthane près du cratère de Gale, la région explorée par Curiosity.

D’autres instruments ont détecté du méthane sur Mars. Mais c’est la première fois que deux appareils distincts détectent du méthane (CH4) dans la même région au même moment.

“Malgré diverses détections signalées par des groupes distincts et différentes expériences, et bien que des mécanismes plausibles aient été proposés pour expliquer l’abondance, la variabilité et la durée de vie du méthane dans l’atmosphère martienne actuelle, le débat sur le méthane divise toujours la communauté martienne”, a déclaré Marco Giuranna, scientifique planétaire de l’Instituto Nazionale di Astrofisica italien à ScienceAlert.

“Avant notre étude, les détections de méthane sur Mars n’étaient pas confirmées par des observations indépendantes. Cette dernière découverte constitue la première confirmation indépendante d’une détection de méthane.”

Cela rend les détections antérieures plus difficiles à expliquer comme un problème dans les données, ou une mauvaise résolution spectrale, ou même – comme on l’a dit – du méthane qui se trouvait dans Curiosity au départ.

Non, non. Ce méthane est bien martien.

Et ça pourrait être vraiment important. Ici sur Terre, nous en avons une bonne quantité – environ 1800 parties par milliard en volume (ppbv) dans l’atmosphère en 2011, dont 90 à 95 % sont générées par des créatures vivantes ou mortes.

Il existe des processus géologiques qui peuvent produire du méthane de façon abiotique. Sur les géantes gazeuses et de glace tels que Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, une grande quantité de méthane est produite par des procédés chimiques.

Pluton a de la glace de méthane. La lune de Saturne Titan a des lacs de méthane liquide. Ce n’est pas vraiment rare dans le système solaire.

Sur Mars aussi, la concentration globale est minuscule par rapport à celle de la Terre – elle apparaît en rafales, avec une moyenne globale de seulement 10 ppbv. Mais découvrir d’où vient le méthane martien, et comment, nous apprendra quelque chose de nouveau et d’excitant sur la planète rouge – même si cette source n’est pas un microbe.

L’orbiteur Mars Express a déjà détecté du méthane une fois auparavant, en 2004, à l’aide du spectromètre planétaire de Fourier (Planetary Fourier Spectrometer – PFS). C’est aussi cet instrument qui a permis la détection de 2013, mais avec de nouvelles techniques d’observation et d’analyse qui augmentent la confiance dans les résultats.

“En raison de sa faible absorption, de son abondance relativement faible et de sa grande variabilité spatiale et temporelle, les analyses quantitatives de CH4 avec PFS requièrent une attention particulière à la façon dont les spectres sont recueillis, manipulés et analysés”, a déclaré Giuranna.

Elle a ajouté que l’équipe a mis au point une nouvelle approche pour sélectionner et extraire les données du PFS, en les analysant avec des méthodes qui améliorent l’exactitude et “réduisent les incertitudes statistiques”.

méthane sur Mars

(Giuranna et al., Nature Geoscience, 2019)

Cela a nécessité beaucoup de travail de fond en comble – c’est pourquoi le résultat n’est publié que maintenant, près de six ans après la détection. Mais ce travail minutieux a porté ses fruits, parce qu’il a permis de réduire le nombre d’endroits sur Mars où l’on peut trouver du méthane qui s’échappe.

Selon les chercheurs, les événements transitoires dans une région de failles près du cratère de Gale sont le lieu le plus probable de rejet de méthane. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi il disparaît et réapparaît si bizarrement.

“Le terrain accidenté d’Aeolis Mensae est en contact avec la région de la Formation de Medusae Fossae (FFM) et se trouve à proximité des endroits où il a été proposé que la FFM contient de la glace en vrac peu profonde”, a déclaré Giuranna à ScienceAlert.

“Comme le pergélisol est l’un des meilleurs gisements de méthane, il est possible que la glace en vrac dans la FFM puisse emprisonner et sceller le méthane sous la surface.

Ce méthane pourrait être libéré épisodiquement le long de failles qui traversent le pergélisol en raison de la fonte partielle de la glace, de l’accumulation de pression de gaz induite par l’accumulation de gaz pendant la migration, ou des contraintes dues aux ajustements planétaires ou à l’impact local des météorites.”

Nous ne le saurons pas tant que nous ne pourrons pas aller voir, mais nous savons maintenant que ça vaudrait vraiment le coup de poursuivre l’enquête.

Pendant ce temps, la recherche de méthane se poursuit. L’instrument PFS continue de surveiller l’atmosphère martienne, et l’ensemble de ses données sera réanalysé à l’aide des nouvelles techniques de l’équipe.

La recherche a été publiée dans Nature Geoscience.

Lire aussi : C’est réel : des astronomes viennent de découvrir une deuxième galaxie sans matière noire

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *