Hippocampe : Les astronomes ont découvert une nouvelle lune autour de Neptune


Neptune, semble-t-il, a gardé quelques secrets. Une lune minuscule a été trouvée en orbite autour de l’énigmatique planète la plus éloignée – jusque-là non détectée, même si elle se trouve ici même dans notre système solaire.

Elle s’appelle Hippocampe, d’après la mythologie grecque, mi-poisson, mi-cheval (en accord avec le thème de la mer de Neptune), et elle ne fait que 34 kilomètres de large. Cela porte le nombre officiel de lunes de Neptune à 14.

Pensez-y une seconde. Neptune se trouve en moyenne à 4,5 milliards de kilomètres du Soleil. C’est plus de 30 fois la distance entre la Terre et le Soleil. Pourtant, une équipe d’astronomes a réussi à apercevoir un morceau de roche un peu plus gros que le mont Olympe.

C’était un exploit à la fois d’ingéniosité et de persévérance tenace.

“Le problème avec cette lune est qu’elle est trop petite pour être vue dans une seule exposition du télescope, même après 5 minutes”, a déclaré à ScienceAlert Mark Showalter, astronome planétaire de l’Institut SETI.

“Cependant, elle se déplace aussi assez vite pour qu’on ne puisse pas combiner plusieurs images, parce que la lune s’écarte.”

Lui et une équipe d’astronomes n’avaient pas, au départ, cherché de lunes. Depuis 2004, ils utilisaient le télescope spatial Hubble pour étudier l’évolution des arcs de Neptune – des anneaux incomplets imaginés pour la première fois par la mission Voyager en 1989. Mais les arcs étaient difficiles à voir clairement, alors l’équipe devait faire preuve de créativité.

“Nous avons mis au point une technique pour déformer chaque image dans une séquence basée sur notre connaissance du mouvement orbital. Cela nous a permis d’arrêter le système Neptune et de combiner huit expositions de cinq minutes en une seule exposition de 40 minutes”, a déclaré Showalter.

Hippocampe

(Mark R. Showalter/SETI Institute)

Et elle était là. Quelque chose d’étrange, dans le quartier de Neptune. “Un ‘point’ supplémentaire est apparu dans nos images. Il s’est avéré que c’était Hippocampe… En trouvant le même point sur d’autres images, et en montrant que tous les points correspondent à une seule orbite, nous avons confirmé la découverte.”

Même Voyager n’avait pas vu cette lune lors de sa rencontre avec Neptune en 1989.

Anciennement connue sous le nom de Neptune XIV, la découverte de la lune a été annoncée pour la première fois en 2013, mais des observations de suivi étaient nécessaires pour bien comprendre son orbite. L’ensemble complet des données couvre la période allant de 2004 à 2016.

Qu’est-ce que Hippocampe ? D’où vient-elle ? Eh bien, il y a un indice : elle orbite très près d’une autre petite lune intérieure de Neptune, Protée de 420 kilomètres de diamètre. Et Protée porte une cicatrice – un cratère d’impact géant appelé Pharos.

Les lunes intérieures de Neptune, selon l’hypothèse, ont eu de nombreuses rencontres avec des comètes. Il est possible qu’un impact avec une comète, quelque temps dans le passé de Protée, ait projeté des débris de la plus grande lune en orbite autour de Neptune. Puis, avec le temps, une partie aurait pu se fondre dans Hippocampe, qui ne représente que 2 % de la masse manquante dans le cratère du Pharos.

On ne sait pas où est allé le reste, mais il n’est pas impossible qu’il se soit formé dans l’un des arcs ou des anneaux entourant Neptune.

Il n’est pas impossible non plus que la lune se soit formée d’une autre façon. Mais Showalter nous a dit qu’il pense que le scénario d’impact est le plus probable.

Hippocampe

Une comparaison de la taille des 7 lunes intérieures de Neptune. (Institut SETI)

“Pour moi, la chose la plus intéressante à propos d’Hippocampe, c’est qu’elle ne devrait pas être là “, dit-il.

“D’après ce que nous savions sur l’évolution orbitale de Protée, il n’y avait absolument aucune raison de s’attendre à une lune à l’endroit où Hippocampe est arrivée. C’est une des raisons pour lesquelles nous pensons que Hippocampe est un morceau de Protée qui a été laissé pour compte.”

Ce n’est qu’une minuscule lune, mais Hippocampe s’est avérée être assez excitante. Cela pourrait nous éclairer sur la façon dont les anneaux, les arcs et les lunes de Neptune se sont formés. Et la technique révèle qu’il existe encore des moyens de faire en sorte que MacGuyver dispose de notre technologie pour faire de nouvelles découvertes, même à notre porte cosmique.

“La vérité, c’est que j’ai failli rater celle-là. Si je n’avais pas trouvé une nouvelle façon de traiter les données, nous n’aurions probablement pas vu Hippocampe”, a déclaré Showalter à ScienceAlert.

Et il s’attend à ce qu’il y ait encore plus de surprises cachées, aux confins du système solaire.

“Nous savons que Cassini a trouvé six lunes de Saturne trop petites pour que Voyager les voie. Je suis sûr qu’il y aura de plus petites lunes d’Uranus et de Neptune, ainsi qu’une foule d’autres surprises, qui se présenteront lorsque la NASA et l’ESA enverront enfin des orbiteurs à Uranus et Neptune.”

L’article de l’équipe a été publié dans la revue Nature.

Lire aussi : Bedin 1 : Des astronomes ont accidentellement découvert une petite galaxie voisine

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *