Katherine Johnson est “l’ordinateur” humain qui nous a aidés à aller dans l’espace


Katherine Johnson, l’une des femmes de la vie réelle qui a inspiré le film “Les Figures de l’ombre”, était une mathématicienne ayant apporté des contributions monumentales au voyage spatial à une époque où les occasions pour les femmes noires étaient rares.

katherine-johnson-espace

Pourquoi elle est inspirante

Pensez à ce qu’il faudrait pour devenir mathématicien dans le cadre du programme spatial de la NASA. Songez ensuite à ce qu’il faudrait pour devenir mathématicienne dans le programme spatial de la NASA en tant que femme dans les années 1950. Songez ensuite à ce qu’il faudrait pour devenir mathématicienne dans le programme spatial de la NASA en tant que femme afro-américaine dans les années 1950. Vous avez maintenant une idée de ce à quoi Katherine Johnson, la physicienne et mathématicienne qui a joué un rôle essentiel dans le succès du programme Apollo de la NASA, a dû faire face.

Katherine Johnson est née à White Sulfur Springs, en Virginie-Occidentale, le 26 août 1918, et son père, Joshua, savait qu’elle avait quelque chose de spécial avant même son adolescence. Bien que Joshua était agriculteur, il a déménagé avec sa famille dans la ville de l’Institut, à presque 200 kilomètres de son travail à White Sulfur Springs, afin que Katherine puisse obtenir une bonne éducation. À l’âge de 10 ans, Katherine fréquentait l’école secondaire. À 14 ans, elle a obtenu son diplôme d’études secondaires et, à 18 ans, elle a obtenu un diplôme d’études collégiales. Après avoir passé quelque temps comme enseignante, elle a remarqué que le Langley Research Center de la NASA cherchait des “ordinateurs” noirs – le mot du jour pour les femmes qui faisaient des calculs mathématiques à la main, puisque les ordinateurs électroniques n’existaient pas encore. Elle a été embauchée en 1953 et a rapidement prouvé à la NASA que c’était une sage décision.

Katherine G. Johnson, physicienne à la NASA en 1966.

Pourquoi elle est importante

Sa première réalisation fut le calcul de la trajectoire d’Alan Shepard, le premier Américain dans l’espace, en 1961. “Au début, lorsqu’ils ont dit qu’ils voulaient que la capsule descende à un certain endroit, ils ont essayé de calculer quand elle devait commencer”, a dit Johnson à la NASA. “J’ai dit : ‘Laissez-moi faire. Vous me dites quand vous voulez qu’il atterrisse et où vous voulez qu’il atterrisse, je le fais à l’envers et je vous dis quand décoller. C’était mon point fort.'”

Même lorsque les ordinateurs électroniques ont commencé à prendre le relais, beaucoup de gens se sont quand même tournés vers Johnson pour revérifier les calculs les plus importants. Célèbre, l’un d’eux était John Glenn, pour la mission qui a fait de lui le premier Américain à orbiter autour de la Terre. Dans “Les Figures de l’ombre”, avant que Glenn ne veuille monter à bord de la fusée qui l’emmènera dans l’espace, il prononce la fameuse phrase : “Demandez à la fille de vérifier les numéros.” En réalité, cette demande a eu lieu des semaines avant la mission et il a fallu plusieurs jours à Johnson pour la calculer, mais elle montre néanmoins à quel point la NASA faisait confiance à l’intelligence de Johnson.

Elle a travaillé à la NASA jusqu’en 1986, et ses contributions ont été essentielles au succès du programme Apollo et aux débuts du programme de la navette spatiale. En 2015, elle a reçu la Médaille présidentielle de la Liberté en 2015. En 2016, l’actrice Taraji P. Henson joue le rôle de Johnson dans le film “Les Figures de l’ombre”.

Lire aussi : Martha Mitchell : La femme que personne ne croyait sur le Watergate

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *