Les scientifiques éberlués par une planète «monstre» dont l’existence contredit la théorie


Une planète gigantesque, dont l’existence a toujours paru improbable, a été découverte par une équipe internationale de scientifiques dirigée par les spécialistes de l’Université de Warwick, dans le Royaume-Uni, a rapporté le portail EurekAlert.

Un géant gazeux, baptisé NGTS-1b, et faisant la taille de Jupiter, a été découvert par une équipe internationale de scientifiques dirigée par les spécialistes de l’Université de Warwick, dans la constellation du Pigeon, à quelque 600 années lumières de la Terre, a indiqué le portail EurekAlert.

D’après les chercheurs, cette planète fait 20% de moins que la masse de Jupiter tandis que la température à sa surface s’élève à 530°C. Il est également indiqué qu’une année sur cette planète ne dure que 2,6 jours. La distance au Soleil est égale de 3% de la distance entre le Soleil et la Terre.

Les calculs des scientifiques démontrent que cette planète est seulement deux fois plus petite que le Soleil autour duquel elle tourne, ce qui fait d’elle le plus important géant gazeux dans cette partie de l’Univers.

L’existence de NGTS-1b dément toutes les théories sur la formation des planètes, selon lesquelles les astres relativement petits sont susceptibles de former autour d’eux des corps célestes durs, mais pas des géants gazeux, pour la formation desquels ces astres ne possèdent pas assez de matière.

«La découverte de NGTS-1b a été pour nous une véritable surprise, nous ne nous attendions pas à trouver une planète aussi grande à côté d’un astre aussi petit. Ceci met en cause tout ce que nous connaissons sur la formations des planètes», a admis le directeur de la recherche, Daniel Bayliss.

Par ailleurs, un autre spécialiste, Peter Wheatley, a qualifié la nouvelle planète de «monstre» pour sa taille considérable.

«NGTS-1b était difficile à trouver malgré le fait que c’est un monstre, car son astre parental est petit et faible. Les petites étoiles sont les plus répandues dans l’univers, donc il est possible qu’il existe beaucoup de géants qui n’ont pas encore été trouvés», a-t-il conclu.

Source : Sputnik


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *