Envie de vivre jusqu’à 150 ans ? Des scientifiques travaillent à désactiver les gènes responsables du vieillissement

gènes-vieillissement

Les gens pourraient un jour vivre jusqu’à 150 simplement en “désactivant” certains gènes de vieillissement, selon une étude.

Une étude pionnière a conclu que nous pourrions étendre nos vies d’au moins 60% si certains gènes sont “supprimés”. Les scientifiques ont découvert plus de 200 gènes qui, avec un “ajustement” pour les rendre inactifs, pourrait débloquer le secret pour prolonger la vie de plusieurs décennies.

L’étude a révélé que cela pourrait prolonger la vie de certains organismes d’au moins 60%. L’espérance de vie moyenne pour les hommes et les femmes au Royaume-Uni serait alors 81-149.

Les experts de America’s Buck Institute for Research on Ageing et l’université de Washington ont passé une décennie à identifier quelques 238 gènes, et s’ils sont “désactivés”, cela a pour effet d’augmenter la durée de vie des cellules de levure.

gènes-responsable-vieillissement

En désactivant des gènes sélectionnés, les scientifiques ont été en mesure de prolonger la durée de vie de 60%

vieux-gènes-vieillissement

Un grand nombre des gènes «désactivés» dans la levure sont également présents chez les humains

Bon nombre de ces gènes sont aussi présents chez les mammifères, y compris les humains, ce qui suggère que les désactiver pourrait considérablement augmenter la durée de vie.

Dr Brian Kennedy, auteur principal de l’étude, a déclaré : «Cette étude nous donne une image plus complète de ce que le vieillissement est. Près de la moitié des gènes que nous avons trouvé et qui affectent le vieillissement sont conservés chez les mammifères. En théorie, n’importe lequel de ces facteurs pourraient être une cible thérapeutique pour étendre la durée de vie. Ce que nous avons à faire maintenant est de déterminer quels sont ceux qui sont susceptibles d’être ciblés”.

Dr Mark McCormick, de l’Institut Buck a déclaré que les résultats de la neutralisation de certains des gènes vieillissants ont été spectaculaires.

levure-gènes-vieillissement

Si cette méthode est appliquée sur l’humain, cela pourrait signifier une espérance de vie moyenne de 149 ans

Il a poursuivi : «Nos meilleurs résultats étaient sur les suppressions de gènes seuls qui ont augmenté la durée de vie d’environ 60% par rapport à la levure classique.”

Pour déterminer quels gènes sont responsables du vieillissement, les scientifiques ont examiné 4698 souches de levure. En supprimant un seul gène de chacune, ils ont alors surveillé combien de temps les cellules ont vécu avant qu’elles n’arrêtent de se diviser.

L’étude a été publiée dans la revue Cell Metabolism.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *