Il est temps de mettre un terme à l’évolution humaine, dit un généticien

Aux États-Unis, le nombre de cas de rougeole a atteint son plus haut niveau en 25 ans, avec 78 nouvelles infections au cours de la dernière semaine seulement.

Signe des temps, un bateau de croisière avec des centaines de scientologues à son bord a été mis en quarantaine à Sainte-Lucie après qu’un passager eut reçu un diagnostic de la maladie. C’est le genre de nouvelles auxquelles on peut s’attendre lorsque les parents cessent de vacciner leurs enfants, ce que beaucoup ont fait à partir des années 1990 par crainte que les scientifiques ne leur imposent des remèdes plus dangereux que les maladies elles-mêmes.

Comme la société est devenue de plus en plus pratique, hygiénique et enveloppée dans du film alimentaire, beaucoup reviennent avec un regard amoureux vers le style de vie naturel et soi-disant sain de nos ancêtres à l’époque préindustrielle. Outre la peur suscitée par les vaccins, de plus en plus de gens font confiance au mouvement biologique, au lobby anti-OGM et aux philosophies New Age. Ils ont de plus en plus rejeté la capacité de la science à améliorer nos vies, plaçant une confiance presque religieuse dans la bienveillance de Mère Nature à la place.

À cela s’ajoute une vision très positive de l’évolution. Elle est perçue comme une force humaine et compatissante qui nous a façonnés, nous et le reste du monde naturel. Il semble presque que l’on croit de plus en plus que si l’évolution naturelle était laissée à elle-même, alors tout fonctionnerait pour le mieux.

Mais cette idée d’évolution comme étant bénigne est extrêmement large. L’évolution est un adversaire brutal et indifférent, voire obscène, que le monde médical cherche constamment à dépasser et à surmonter. Peut-être à cause de l’intelligence de la théorie de Charles Darwin, l’évolution est facile depuis bien trop longtemps. Il est temps que nous commencions à faire face à la vérité sur ce qu’elle signifie vraiment – avant qu’elle ne mange d’autres de nos enfants.

L’évolution démasquée

L’évolution découle de l’incapacité d’un organisme à toujours transmettre une copie parfaite de son ADN à la génération suivante. Pour cela, nous pouvons remercier des facteurs tels que la faillibilité de la machinerie dans les organismes vivants qui copient l’ADN ; et l’instabilité fondamentale de l’ADN lorsqu’il est exposé à certains produits chimiques ou types de rayonnement qui ont toujours existé dans notre environnement. Cela signifie que personne n’a jamais hérité d’une copie parfaite de l’ADN de ses parents. En effet, l’une des raisons pour lesquelles nous avons deux parents est de nous assurer que, si une copie de nos gènes devient bizarre, nous avons un deuxième gène de secours à couvrir.

Lorsque notre ADN mute, la sélection naturelle entre en jeu – et c’est là que les choses deviennent vraiment moches. La sélection naturelle est le processus par lequel les mutations d’une espèce “mieux adaptée” à son environnement se développent, tandis que celles qui sont “moins adaptées” meurent. Elle a dicté tout ce que nous voyons autour de nous, de la longueur du cou des girafes à la forme des nageoires des requins.

Dans le passé, nos ancêtres étaient soumis à une sélection naturelle à pleine puissance, non diluée, sans CFC, pure, organique et sans additif. Les plus grands bénéficiaires étaient les jeunes enfants, pour lesquels l’évolution avait le plus grand appétit de tous. Ceux qui ont les mutations les moins utiles pourraient s’attendre à une mort horrible par la famine, les prédateurs, le cannibalisme, la maladie, la sécheresse, les inondations soudaines, la noyade et bien plus encore. Au cours d’une durée de vie humaine moyenne de 30 à 40 ans, les mères produiraient huit à dix enfants pour en voir quatre ou cinq mourir avant d’atteindre l’âge où ils pourraient transmettre leurs gènes à la génération suivante.

C’était l’érosion cruelle et inexorable de la grande majorité des individus, qui n’avaient qu’un seul ensemble de gènes, en faveur de la minuscule minorité chanceuse qui avait la capacité génétique de survivre jusqu’à ce qu’ils puissent perpétuer ce cycle cruel. En courant un peu plus vite que leur frère ou leur sœur, les gagnants génétiques ont évité de se faire déchiqueter par une meute de loups affamés. Tandis qu’ils s’accrochaient à la vie en période de famine ou de maladie, ils regardaient leurs frères et sœurs s’effacer et mourir. Si l’on en croit les données sur la diversité humaine, nous sommes une espèce qui a été réduite à environ 600 individus il y a plus de 100 000 ans. C’est la réalité d’où nous venons, de la façon dont “Mère Nature” nous a façonnés en tant qu’individus.

Malheureusement, bien sûr, les humains évoluent encore aujourd’hui. Des gens meurent encore de maladies et meurent de faim à cause des privations causées par l’inégalité des sociétés et le manque d’accès à la nourriture et aux médicaments. Nous restons à la merci de la sélection naturelle, la façon la moins morale pour une espèce de se développer. Et pour la majorité d’entre nous qui déplorons la cruauté et éprouvons de la compassion pour notre prochain, homme, femme et enfant, je dirais que cela crée une obligation morale : arrêter de toute urgence l’évolution de l’espèce humaine.

La seule façon d’y parvenir est d’embrasser les résultats de la recherche scientifique. Notre plus grande réussite en tant qu’espèce a été de nous libérer de la férocité pure et simple de l’évolution. Cela signifie que nous avons besoin de nourriture génétiquement modifiée pour éviter la famine. Nous avons besoin d’additifs pour nous assurer que les aliments que nous cultivons peuvent être consommés en toute sécurité avant qu’ils ne se détériorent – une considération importante pour une population croissante. Et surtout, nous avons besoin de vaccins pour prévenir les maladies. Nous ne devons plus jamais exposer nos enfants à la fureur saine, entièrement organique, sans tache et obscène de Mère Nature déchaînée.

Lire aussi : Le « ciseau génétique » CRISPR a été utilisé sur deux humains atteints d’un cancer

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. Alain dit :

    C’est un point de vue…
    Par-contre si on suit cette logique, il faudrait aussi arrêter les guerres qui en tuent des millier d’autres.
    Dites-ça aux États-Uniens!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *