Des crânes anciens dans des grottes sous-marines montrent que les premiers Américains étaient un groupe diversifié


Au fond d’une caverne remplie d’eau au Mexique, les archéologues ont découvert un certain nombre de crânes qui remettent en question ce que nous savons des premiers humains en Amérique du Nord. Il s’avère que ces personnes étaient peut-être beaucoup plus diverses que ce que nous avions supposé auparavant.

Des chercheurs de l’université d’État de l’Ohio ont récemment étudié quatre crânes anciens découverts dans les systèmes de grottes de Tulum, dans la péninsule du Yucatán, au Mexique. Les crânes appartenaient à des personnes qui vivaient il y a 9 000 à 13 000 ans, une époque où les gens vivaient dans les grottes avant qu’elles ne soient inondées d’eau.

En publiant leurs découvertes dans la revue PLOS ONE, les chercheurs ont étudié la structure et la forme de ces crânes dans le but d’en savoir plus sur ces mystérieux peuples. En comparant la morphologie des crânes à un ensemble de données sur les populations humaines modernes du monde entier, ils ont découvert que ces premiers Américains étaient remarquablement divers, présentant des similitudes avec les différentes populations qui vivent dans une plus grande partie de l’Europe et de l’Asie.

Le crâne le plus ancien présentait des similitudes étroites avec les populations indigènes modernes du Groenland et de l’Alaska, tandis que le deuxième crâne le plus ancien ressemblait davantage aux populations européennes modernes. Un autre crâne présentait des liens étroits avec les groupes asiatiques et amérindiens et le dernier crâne présentait un mélange de caractéristiques observées chez les populations arctiques et certaines populations modernes d’Amérique du Sud.

“Les premiers Américains étaient beaucoup plus complexes, beaucoup plus diversifiés que nous le pensions”, a déclaré Mark Hubbe, co-auteur de l’étude et professeur d’anthropologie à l’université d’État de l’Ohio, dans un communiqué.

anciens-crânes-grotte

Les quatre crânes analysés dans cette étude. Alejandro Terrazas Mata via PLOS ONE

Cela suggère que les personnes qui sont arrivées en Amérique du Nord en provenance d’Asie n’étaient pas simplement un groupe uniforme issu du même milieu. Il s’agissait plutôt d’un groupe diversifié qui avait peut-être des origines dans d’autres coins éloignés de l’Eurasie. Cependant, la diversité semble avoir diminué au moment où les humains se sont dispersés en Amérique du Sud, pour des raisons inconnues.

“Nous avons toujours supposé que ce qui se passait en Amérique du Sud était vrai en Amérique du Nord. Maintenant, nous devons réviser cela”, a déclaré M. Hubbe.

“Nous devons arrêter de parler de la colonisation des Amériques. Nous devons parler de la colonisation de l’Amérique du Nord et de la colonisation de l’Amérique du Sud comme étant très différentes.

Ce que nous avons pensé de la colonisation des Amériques n’est probablement pas toute l’histoire. Nous avons encore beaucoup à apprendre”, a-t-il conclu.

La péninsule du Yucatán, au Mexique, est pleine de systèmes de grottes sous-marines qui sont comme un véritable trésor pour les archéologues. Des plongeurs ont même découvert la dent d’un requin mégalodon éteint dans l’une de ces grottes intérieures.

L’une des découvertes les plus incroyables est celle des restes d’une femme de 14 000 ans, surnommée Eve de Naharon, que l’on pense être le plus vieux squelette humain découvert en Amérique. Les chercheurs ont même construit le visage d’une jeune femme, ce qui donne un aperçu fascinant de ce à quoi cette personne très importante aurait pu ressembler.

Lire aussi : Des squelettes d’ours et de carnivore ressemblant à un loup découverts dans une grotte sous-marine mexicaine

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *