Environ 8 000 ans de plus que les pyramides ; voici l’une des plus anciennes villes du monde


Avec des traces d’habitation remontant jusqu’à la dernière période glaciaire.

Des milliers d’années avant la conception de la première pyramide d’Égypte, une ville antique a été construite dans l’actuelle Syrie.

Avec des traces d’habitation remontant à la dernière période glaciaire, l’ancienne ville d’Alep est considérée comme l’une des plus anciennes villes de la surface de la planète, alors que la ville était au départ un petit centre de population.

Des fouilles archéologiques menées sur un site situé à moins de 24 kilomètres du centre de la ville antique ont permis d’obtenir des preuves archéologiques qui montrent clairement que la ville, ainsi que sa région environnante, a été habitée pendant au moins 13 000 ans.

Ce seul fait fait de l’ancienne ville d’Alep et de ses environs l’une des plus anciennes villes occupées en permanence à la surface de la planète.

De l’Antiquité aux civilisations anciennes, les établissements qui donneront finalement naissance à Alep sont antérieurs à la plus ancienne des pyramides égyptiennes. Son nom d’origine, comme celui de nombreuses autres villes anciennes, reste une énigme car les textes anciens provenant de la fondation des anciennes colonies n’ont jamais été découverts.

Bien que son histoire remonte à une époque où elle n’était probablement même pas rapportée, la ville a été mentionnée pour la première fois dans des tablettes cunéiformes en argile fabriquées il y a environ 5000 ans, qui mentionnent déjà la ville comme une puissance commerciale et militaire.

Cela signifie que la ville était déjà un centre important dans la région, ce qui nous indique que bien avant 5 000 ans, la ville était populaire parmi les habitants de la région. Ses parties les plus centrales étaient probablement habitées depuis le 6e millénaire avant J.-C.

Des fouilles à Tell as-Sawda et Tell al-Ansari, juste au sud de la vieille ville d’Alep, montrent que la région était occupée par les Amorrites depuis au moins la fin du 3e millénaire avant J.-C.

Une image du temple de Hadad à l’intérieur de la citadelle d’Alep. Crédit image : Wikimedia Commons.

Cette popularité est peut-être due à sa situation géographique, située entre la mer Méditerranée et la Mésopotamie – précisément au bout de la route de la soie, qui allait de l’Asie centrale à la Mésopotamie.

En d’autres termes, la situation privilégiée de la ville lui a permis de devenir l’un des plus importants centres commerciaux de cette partie du monde. Alep apparaît dans les archives historiques comme une ville importante beaucoup plus tôt que Damas (la capitale de l’actuelle Syrie), ce qui suggère qu’au moment où Damas est devenue une ville importante, Alep était bien en avance sur eux.

En ce qui concerne Damas, de nombreux spécialistes affirment qu’elle est plus ancienne qu’Alep, mais les preuves de son existence remontent à environ 11 000 ans.

Cela a été prouvé par des fouilles archéologiques sur un site appelé Tell Ramad, non loin du centre de la ville. L’analyse des vestiges archéologiques suggère que l’on peut situer l’habitation dans la région à environ 9 000 ans avant Jésus-Christ.

C’est pourquoi il n’est pas surprenant d’apprendre qu’il existe des récits anciens qui suggèrent que les gens de l’Antiquité considéraient Alep comme le centre du monde antique.

Malgré son importance et son âge, l’ancienne ville d’Alep n’a pas été beaucoup étudiée par les archéologues, en partie parce que la ville moderne a été construite sur le site antique.

Les experts estiment que l’ancienne ville d’Alep a une superficie d’environ 160 hectares. Les archives historiques suggèrent que l’ancienne ville était entourée d’un mur historique de 5 km qui a été reconstruit pour la dernière fois par les mamelouks.

Cependant, comme une grande partie de la ville antique a été détruite, le mur a également presque disparu depuis. Néanmoins, nous savons qu’elle avait neuf portes, dont cinq sont heureusement bien préservées. Le mur qui entourait la ville était à son tour entouré d’un large et profond fossé, qui offrait une protection supplémentaire contre les intrus potentiels.

Dans les tablettes d’Ebla, l’ancienne ville d’Alep était appelée Ha-lam. La première mention d’Alep remonte très probablement au troisième millénaire avant J.-C. si l’identification d’Alep comme Armi, une cité-État étroitement liée à Ebla, est correcte.

Une vue de côté de la citadelle d’Alep. Crédit image : Guillaume Piolle / Wikimedia Commons.

L’une de ses parties les plus célèbres – bien que moins ancienne que la ville elle-même – est la “Citadelle d’Alep”, un grand palais médiéval fortifié situé au centre même de la ville ancienne. En fait, cette structure est considérée comme l’un des plus anciens et des plus grands châteaux construits à la surface de la planète.

Les preuves de l’histoire de la citadelle remontent au 3ème millénaire avant J.-C. Bien que la ville ait été conquise par de nombreuses civilisations anciennes, la majorité de la construction de la citadelle est attribuée à la période Ayyoubide.

La colline au sommet de laquelle la citadelle a été construite est considérée comme très importante car c’est là que le prophète Abraham aurait traîné ses brebis.

Les chercheurs estiment qu’environ 30 % de l’ancienne ville d’Alep a été détruite lors des récents combats militaires.

On pense que les pyramides égyptiennes sont nées sous la troisième dynastie du pharaon Djéser si la chronologie historique établie par les égyptologues est correcte.

La pyramide de Djéser à Saqqarah est largement reconnue comme le plus ancien bâtiment colossal en pierre d’Égypte ainsi que la première construction en pierre de taille à grande échelle. La pyramide a été achevée en moins de 19 ans, période pendant laquelle les constructeurs ont non seulement érigé la pyramide, ses temples et le mur de calcaire qui l’entoure, mais aussi un monde souterrain massif d’une longueur d’environ 5,7 kilomètres.

Il est intéressant de mentionner qu’au moment où Alep a été établie comme colonie, un mystérieux groupe de personnes a construit non loin de la Syrie ce qui est considéré comme le plus vieux temple de la surface de la planète.

Précédant Stonehenge d’environ 6 000 ans, Göbekli Tepe est situé dans le sud-est de la Turquie et on pense qu’il a été érigé par des chasseurs-cueilleurs il y a entre 13 000 et 11 000 ans.

Les piliers massifs de Göbekli Tepe. Crédit image : Wikimedia Commons.

À ce jour, les archéologues ont découvert plus de 200 piliers à Göbekli Tepe, tous construits à l’intérieur de 20 cercles. Certains des piliers de Göbekli Tepe pèsent plus de 10 tonnes.

Ce fait a conduit de nombreux experts à se demander si les chasseurs-cueilleurs étaient assez sophistiqués pour construire un ancien complexe de temples sur le site de Göbekli Tepe à la fin de la dernière période glaciaire sur Terre.

Göbekli Tepe est situé à environ 13 kilomètres de la ville de Şanlıurfa.

Şanlıurfa, à son tour, est situé à environ 230 kilomètres de l’ancienne ville d’Alep. Étant donné la proximité relative des deux sites, cela suggère qu’il y a entre 13 000 et 11 000 ans, la région au sens large était habitée par des gens qui étaient beaucoup plus sophistiqués que les chasseurs-cueilleurs ou les nomades.

Tout ceci suggère que quelque 8 000 ans avant la pyramide de Saqqarah, les habitants de la région d’Alep avaient la capacité d’ériger des structures de pierre debout.

Lire aussi : Nouveau bombardement de rayons cosmiques de la Grande Pyramide – La recherche de la chambre cachée continue

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *